14 juillet 2016 en Tunisie : photos et discours

JPEG - 71 ko
Entrée de la résidence de France, le 14 juillet 2016

Discours de l’ambassadeur François Gouyette

Monsieur le ministre de la Justice, représentant officiel du gouvernement tunisien,
Monsieur le Président de l’Assemblée des Représentants du peuple,
Mesdames et Messieurs les ministres,
Mesdames et Messieurs les députés,
Mesdames et Messieurs les ambassadeurs,
Mesdames et Messieurs les conseillers consulaires,
Mes chers compatriotes,
Chers amis

C’est avec le plus grand plaisir que mon épouse et moi-même vous accueillons à la Résidence de France, comme chaque année, à l’occasion de la fête nationale. Ce soir, néanmoins, c’est aussi, à l’approche de notre départ, avec une réelle émotion que nous vous retrouvons ici ce soir.

JPEG - 58.2 ko
Allocution de François Gouyette, en présence de Omar Mansour, ministre de la Justice

C’est toujours, à la fois, un honneur et un privilège de représenter la France et de servir la relation entre deux pays, lorsque leurs intérêts, leurs peuples et leurs destins sont aussi liés que ceux de la France et de la Tunisie. Dans mon cas précis, ce fut une source constante d’apprentissage et de satisfaction, en même temps qu’une grande responsabilité d’accomplir cette mission dans une période si cruciale.

Nous avons vécu ici quatre années d’une transition fascinante, non pas seulement à observer, à analyser et à décrypter, mais également à accompagner, en partenaires anciens, en alliés convaincus et déterminés, en amis sincères, surtout, conscients qu’il s’agissait là d’un processus long, difficile et exigeant.

Ces années ont été denses, parfois étourdissantes, toujours pleines de promesses, mais, hélas, jalonnées aussi d’événements tragiques.

Je veux avoir une pensée ce soir pour toutes celles et tous ceux qui ont perdu la vie dans les soubresauts violents de la révolution et de la transition tunisiennes, dans le soulèvement de décembre 2010 et janvier 2011, dans les assassinats politiques de l’année 2013, dans les attentats effroyables qui nous ont tous endeuillés l’an dernier.

A chaque fois, nous avons partagé l’inquiétude de nos amis tunisiens face aux impasses et aux obstacles infranchissables qui semblaient se dresser. Puis, à chaque fois, avec un soulagement et un enthousiasme comparables aux leurs, nous les avons vus mettre toute leur énergie pour sortir des crises en faisant émerger des solutions singulières.

En décembre dernier, en décernant le prix Nobel de la paix au quartet du dialogue national, le comité norvégien s’est fait l’interprète de la communauté internationale tout entière. Il récompensait, certes, quatre associations et syndicats tunisiens, mais il rendait également hommage à l’audace et à la vigueur de la société civile, au sens des responsabilités de la classe politique et à la farouche volonté de réussir du peuple tunisien dans son ensemble.

JPEG

La trajectoire exemplaire que vous avez dessinée et le chemin remarquable qui a été parcouru forcent l’admiration, nous ne le dirons jamais assez.
Ils fondent la confiance que les partenaires de la Tunisie ont en votre jeune démocratie, et ce malgré les difficultés, les flottements et les lenteurs que nous observons parfois. Lorsque nous le faisons, sachez que nous sommes animés de l’exigence bienveillante, de la loyauté, et du devoir de franchise que se doivent, en toutes circonstances, les amis véritables. Jamais, en aucun cas, comme donneurs de leçons.

Maintenant que des équilibres politiques ont été trouvés, permettant aux institutions de la 2ème République de se mettre en place, de se stabiliser et de fonctionner, la Tunisie est entrée dans le temps, sans doute plus austère, en apparence moins pressant, du parachèvement de la démocratie et de l’Etat de droit, du redressement économique et d’un développement régional plus égalitaire, de la lutte pour la sécurité dans un environnement régional tourmenté.

L’enjeu est aujourd’hui de taille : il s’agit de satisfaire les attentes sociales qui se sont
justement exprimées en 2010 et 2011, tout en préservant les acquis démocratiques. Répondre à l’urgence économique et affronter les menaces sécuritaires, tels sont les deux grands défis que la Tunisie doit désormais relever, et pour lesquels la France est décidée à apporter tout son soutien.

La menace terroriste, en particulier, a lourdement éprouvé la Tunisie et la France au cours de l’année 2015. A Paris en janvier, en mars au Bardo, à Sousse en juin, à Paris et Tunis de nouveau en novembre.
Par ces actes odieux, les groupes terroristes cherchent à instiller la suspicion et de la méfiance. Au sein-même de nos sociétés d’abord, pour les diviser de l’intérieur et les polariser, en jouant sur les peurs, les rancoeurs et le sentiment d’exclusion, en espérant provoquer des dérives policières et judiciaires et susciter chez les acteurs politiques des discours de clivage.

Entre nos sociétés ensuite, pour qu’elles cessent de s’associer, de se mélanger, pour qu’elles se tournent le dos, voire qu’elles se combattent. Ces projets funestes sont voués à l’échec, car la Tunisie et la France continueront de leur opposer la défense de la liberté, de l’égalité et de la justice, ainsi que le renforcement de leur coopération dans tous les domaines

Le dialogue politique ne faiblira pas. Rares sont les pays où le président de la République française s’est rendutrois fois en deux ans, et où les visites officielles se succèdent à un rythme aussi soutenu. La Tunisie en fait partie. S’il ne peut être parmi nous ce soir, c’est précisément parce que le ministre des Affaires étrangères tunisien, M. Khemaies Jhinaoui, est en déplacement à Paris, où il a assisté, comme invité d’honneur, au défilé de ce matin.

Notre coopération de défense et de sécurité continuera, elle aussi, de se développer. L’aide matérielle et financière fournie par la France a déjà enregistré une augmentation significative au cours des douze derniers mois, et nous travaillons sans relâche à améliorer sa cohérence et son efficacité, en veillant à assurer une meilleure coordination avec les autres partenaires de la Tunisie.

Nous intensifierons, par ailleurs, notre soutien aux autorités tunisiennes dans leur action de réduction des inégalités entre les régions et au sein de la société, et pour le redressement et le développement économiques du pays. Je rappelle, à cet égard, que le Président Hollande a annoncé, au cours de la visite du Chef du gouvernement tunisien, M. Habib Essid, à Paris le 22 janvier dernier, un plan d’aide d’un milliard d’euros sur cinq ans, principalement axé sur le soutien aux régions défavorisées et à la jeunesse et mettant l’accent sur l’emploi.

Le soutien à la jeunesse et à la société civile demeurera d’ailleurs l’un des piliers majeurs de notre action en Tunisie. De nouveaux outils, destinés à mieux les accompagner, ont été lancés cette année ou sont en cours d’élaboration.

Nous resterons ensuite à la disposition de nos partenaires tunisiens chaque fois qu’ils solliciteront notre aide et notre expertise pour consolider l’État de droit et parachever l’architecture institutionnelle mais aussi l’organisation administrative de leur pays.
J’ouvre à ce propos une parenthèse, pour sortir un peu du cadre de l’aide publique au développement que fournit l’état français.

Le développement de la Tunisie passera aussi et surtout par la mobilisation du secteur privé. Les entreprises françaises, qu’elles soient déjà installées en Tunisie ou envisagent d’y investir, sont prêtes à apporter leur contribution à la reprise de la croissance et à la création d’emplois. Elles nous le répètent sans cesse, elles ont confiance dans l’avenir du pays, et veulent concourir à sa réussite. Elles n’attendent, pour accroître leurs investissements, que quelques signaux législatifs et une plus grande fluidité administrative, qui augmenteront l’attractivité de la Tunisie et justifieront leur installation durable dans ce pays.

Je dois le dire, les partenaires publics sont tout autant attentifs à la mise en œuvre des réformes et des agencements institutionnels qui permettront un meilleur décaissement de l’aide, très significative, qui est fournie au pays. C’est pourquoi la France se tient au service du gouvernement tunisien pour améliorer le fonctionnement de l’État.

Enfin, nous maintiendrons au même niveau d’ambition nos échanges culturels, artistiques, scientifiques et universitaires. Je me réjouis particulièrement, à cet égard, que le nouveau site de l’Institut français de Tunisie, qui coordonne toute cette action, se soit imposé, un en un peu plus d’un an, comme un espace de rencontres incontournable, au cœur même de Tunis.

Je tiens à remercier l’ensemble des agents qui, dans les différents services rattachés à l’ambassade, mettent en œuvre les actions de coopération que je viens de citer. Ce fut un réel plaisir de travailler à leur côté et de conduire, avec leur aide, la politique de la France en Tunisie.

JPEG - 102.7 ko
Exécution des hymnes nationaux après l’allocution de François Gouyette

Je souhaite maintenant m’adresser plus particulièrement aux ressortissants français réunis ici ce soir.

Mes chers compatriotes,

Vous êtes nombreux, près de 30 000, à avoir choisi de vivre en Tunisie, de manière temporaire ou depuis toujours. L’ambassade et le Consulat général ont la chance d’accompagner une communauté aussi diversifiée que dynamique, aussi mobilisée qu’intégrée. Ils prennent aussi la mesure des responsabilités qui en découlent.

Votre présence en Tunisie – comme celle de centaines de milliers de Tunisiens et Franco-Tunisiens installés en France – est un élément fondamental de la relation bilatérale ; elle en constitue même, en quelque sorte, le paramètre central, l’âme et le moteur. C’est vous qui la portez, c’est vous qui la déclinez dans le monde réel, vous qui lui donnez corps, concrètement, au quotidien, quelles que soient vos activités, publiques ou privées, dans les entreprises, dans les classes d’écoles et les lycées, dans les associations…

Notre devoir premier est donc de vous accompagner.
Notre priorité absolue, vous le savez – et le ministre des Affaires étrangères, M. Jean-Marc Ayrault, comme le Secrétaire d’Etat en charge des français de l’étranger, M. Mathias Fekl l’ont rappelé à l’occasion de leurs récentes visites – notre priorité absolue est de garantir votre sécurité.

De votre sécurité et de celle de vos enfants dépendra votre souhait de rester en Tunisie ou de vous y installer ; c’est naturel, c’est légitime. Soyez assuré à cet égard de la mobilisation constante des services de l’ambassade et du consulat général, en lien avec les autorités tunisiennes.

Je tiens d’ailleurs à les remercier, de nouveau, à travers vous, Monsieur le ministre de la Justice, pour leur grande disponibilité et les efforts significatifs qu’elles ont consentis, afin de renforcer les dispositifs déployés autour de nos emprises, notamment de nos établissements scolaires.

Notre rôle est ensuite de vous assister au mieux dans votre quotidien, dans vos activités professionnelles et votre vie familiale. Les entreprises françaises savent que le service économique de l’ambassade et Business France sont à leur disposition.

Les parents d’élèves peuvent compter sur un enseignement de qualité pour leurs enfants, et sur un réseau d’écoles et de lycées parmi les plus denses au monde, et qui va d’ailleurs se développer – la demande est immense et les projets immobiliers ne manquent pas ! Les plus fragiles d’entre nos compatriotes trouveront toujours au Consulat général une oreille attentive, et des agents mobilisés pour que soit maintenu le niveau des aides sociales qui leurs sont accordées.

Vous pouvez, enfin, compter sur l’énergie et l’investissement de vos conseillers consulaires ; je tiens à rendre ce soir un hommage appuyé au travail qu’ils accomplissent. En ce jour de fête nationale, M. Pouria Amirshahi, votre député, regrette de ne pas être présent parmi nous ; il m’a donc chargé de vous transmettre ses salutations les plus chaleureuses.

Mesdames et Messieurs, chers amis,

Mon épouse et moi-même quitterons bientôt la Tunisie, une Tunisie apaisée, malgré les défis, nombreux, qu’il reste à relever. Nous la quitterons avec déchirement, assurément, mais avec l’intime conviction qu’elle continuera d’avancer dans la bonne direction, c’est-à-dire celle qu’elle saura elle-même tracer, et qu’elle le fera avec le soutien sans cesse renouvelé de la France, représentée ici, à partir de septembre, par un nouvel Ambassadeur, M. Olivier Poivre d’Arvor. C’est un homme de talent et également un grand ami. La France est et restera donc, pour longtemps encore, votre premier partenaire, votre alliée, votre amie.

Vive l’amitié franco-tunisienne ! Vive la Tunisie et vive la France !

JPEG - 71 ko
Photo souvenir : Mohamed Ennaceur, Omar Mansour et François Gouyette

Merci aux sponseurs

JPEG - 1.3 Mo
M. et Mme Gouyette entourés par les chefs à la résidence de France

L’ambassade de France en Tunisie remercie les acteurs économiques qui ont accepté d’apporter leur contribution et d’associer leur nom à la célébration du 14 juillet 2016 :

- Banque tuniso-koweitienne (BTK)
- Banque UBCI
- Banque (UIB
- Business & Decision
- Concessionnaire automobile Artes Renault
- Concessionnaire automobile Loukil Citroën
- [DS automobiles http://www.dsautomobiles.fr/accueil.html?gclid=CKOr2PXwp84CFQafGwod2u4FwA&dclid=CPLQufbwp84CFdM6Gwod7fcJNQ]
- Courtier en asurances Gras Savoye
- Eric Kayser
- Hôtels Accor - Novotel
- Ibis hotels
- laboratoires CEVA (santé animale)
- laboratoires Pierre Fabre
- laboratoires Sanofi Aventis
- La Cave privée
- Producteur de vins Kurubis
- Restaurant Le Baroque
- Restaurant La cocotte Moules Frites
- Schneider Tunisie
- Diamants banquets à domicile
- Sarra de Réception
- Charcuterie Farah (viande halal)
- Les fromages Tarenti
- Société aéronautique Zodiac
- Société de distribution Magasin Général
- Société de fabrication des boissons de Tunisie (SFBT)
- Patisserie Propat
- TLScontact
- Total
- Horodote Voyages
- Société de restauration Newrest
- Société de restauration Sodexo
- Société de transport CMA CGM
- Société de transport Corsica linea
- Tunisie tentes et services (2TS)
- Valhrona
- Air liquide
- Evergreen
- Hamila Duty Free
- Patisseries et chocolats Farida Bouzguenda
- EST sécurité Tunisie
- Alstom
- Business & Decision
- Best Events : création événementiel & communication

Dernière modification : 05/08/2016

Haut de page