A Bizerte, recherche et protection de l’environnement

En déplacement dans le gouvernorat de Bizerte, l’ambassadeur de France François Gouyette a rencontré le doyen de la Faculté des sciences de Bizerte, Abdessalem Hadj Amara.

Dans cette région au patrimoine naturel exceptionnel, chercheurs français et tunisiens collaborent sur les questions d’environnement, aux côtés de la société civile locale.

JPEG


Un patrimoine naturel unique en Tunisie

Les espaces côtiers et lacustres sont au centre des travaux des chercheurs et des actions des associations. Il s’agit d’écosystèmes sensibles dont la protection est essentielle pour les habitants et les pêcheurs, tout comme pour les visiteurs occasionnels, les touristes... et les oiseaux migrateurs.

Situé à proximité de Menzel Bouguiba, relié à la mer par la lagune de Bizerte, le lac d’Ichkeul est l’unique lac naturel de Tunisie. Ses rives sont les lieux privilégiés pour l’arrêt et la nidification de plusieurs centaines de milliers d’oiseaux, dans leurs voyages entre l’Europe et l’Afrique subsaharienne.

Classé au patrimoine mondial de l’UNESCO en1980, il est aussi inscrit sur la liste du patrimoine mondial en péril à cause d’une augmentation de la salinité de ses eaux, une menace pour son écosystème, les animaux qui y vivent et les populations humaines qui en dépendent.


Recherche franco-tunisienne sur les zones humides

Mieux connaitre ces milieux naturels, lac et lagune, mesurer les pollutions, évaluer leurs conséquences biologiques et humaines, c’est ce à quoi travaillent chercheurs français et tunisiens dans la région de Bizerte, en liaison avec les associations, les éleveurs, les industriels, les pêcheurs et les responsables politiques locaux.

L’opération est le fruit d’un partenariat entre l’Institut de recherche pour le développement (IRD) et la Faculté des sciences de Bizerte.

Trois chercheurs/ingénieurs français (IRD/CNRS) sont affectés à Bizerte, où ils travaillent en étroit partenariat avec les équipes de la faculté. Ensemble, ils encadrent une équipe de cinq étudiants. Lancé en 2011, le programme est doté de 35.000 €.

Les chercheurs travaillent plus spécifiquement sur la question des micro-organismes, souvent les premiers touchés par la pollution. Il s’agit notamment de mesurer l’impact de la salinisation, l’influence des produits chimiques, et d’étudier les proliférations d’algues toxiques, qui font courir un risque pour les filières de la pêche et de l’aquaculture.

À terme, pour les experts et les associations, il s’agit de proposer des politiques de gestion adaptées aux décideurs institutionnels, de chercher des pistes pour prévenir les pollutions et sensibiliser les acteurs économiques locaux.


Des retombées pour la formation d’étudiants tunisiens

Le programme de recherche piloté par l’IRD et la Faculté des sciences de Bizerte comprend un important volet universitaire. Y sont associés l’Institut national agronomique de Tunis (INAT), l’Université de Carthage, l’Institut national des sciences et technologies de la mer (INSTM) et, côté français, l’Université Montpellier II et le Centre national de la recherche scientifique.

À cet effet plusieurs licences et mastères appliqués viennent d’être lancés à la Faculté des Sciences de Bizerte, dont la licence appliquée en "Protection de l’Environnement" et le mastère professionnel "Biosurveillance de l’environnement".

JPEG


Des associations locales fortement mobilisées

Aux recherches menées par l’équipe tuniso-française s’ajoutent les actions de terrain menées par les associations locales, parmi lesquelles on peut citer :

- l’Association de protection et de sauvegarde du littoral de Bizerte,
- l’Association tunisienne santé-environnement (Menzel Bourguiba, Bizerte),
- l’Association des amis de la forêt de Remel,
- l’association "C’est à vous de changer Bizerte",
- l’association "Hyppo Dirutus, renouveler Bizerte",
- l’Association de développement régional de Bizerte (DERB),
- le Bureau d’étude sur l’environnement à Bizerte,
- l’Association des sports subaquatiques et de l’environnement de Bizerte (ASSEB),
- l’Association de l’avenir et du développement durable,
- l’Amicale des anciens élèves des lycées de Bizerte.


Aller plus loin sur la coopération dans la recherche et le développement durable :

- Panorama des actions de coopération en faveur de l’environnement
- Programmes de coopération de l’IRD en Tunisie

Dernière modification : 30/06/2014

Haut de page