À Sousse, Boris Boillon rencontre les acteurs économiques

Boris Boillon a fait un déplacement dans le gouvernorat de Sousse, les 10 et 11 janvier 2012.

Un important volet de la visite était consacré aux questions économiques :

- signature d’une convention de financement entre l’Agence française de développement (AFD) et le pôle de compétitivité de Sousse,
- débat avec des membres de la Chambre de commerce du Centre,
- visite de trois filiales françaises off-shore dans la zone industrielle de Messadine.

JPEG - 75.3 ko
Boris Boillon visite le premier cluster tunisien dédié à la mécatronique

Subvention de l’AFD au pôle de compétitivité de Sousse

Dirigé par M. Imed Turki, le Pôle de compétitivité de Sousse est dédié aux activités électriques, mécaniques, électroniques et informatiques, premier secteur d’exportation en Tunisie. En cours de réalisation, il devrait, à terme, permettre la création de 45.000 emplois. Le Pôle appuie la création et la mise en place du premier cluster d’entreprises en Tunisie dédié à la mécatronique.

L’Ambassadeur, les représentants de l’Agence française de développement (AFD) et leurs partenaires tunisiens ont signé une convention de subvention de 750.000 € dans le cadre du Programme de renforcement des capacités commerciales (PRCC), programme de l’AFD destiné à améliorer l’intégration des pays en développement dans le commerce international.

JPEG - 57.1 ko
Boris Boillon avec Ahmed Abdelkefi, président de la société du Cluster

Dans le gouvernorat de Sousse, renforcer l’essor d’activités à haute valeur ajoutée est une question prioritaire. Le secteur des industries mécaniques électriques et électroniques, domaine de compétence du Pôle, est aujourd’hui le premier secteur d’exportation de la Tunisie.

La signature a été suivie d’une visite des composantes opérationnelles du Pôle, à commencer par l’École nationale d’ingénieurs de Sousse (ENISO), qui a ouvert ses portes fin 2010 et forme des ingénieurs dans les spécialités de la mécatronique, avec un objectif de rapprochement entre l’enseignement et les entreprises.

La délégation a ensuite visité la pépinière d’entreprises SoftTech, où elle a fait une halte dans les locaux de la jeune entreprise Proxym-IT, qui opère dans le secteur de l’ingénierie du développement informatique pour le compte d’opérateurs français, dont Orange.

JPEG - 57.5 ko
Hichem Turki, directeur général du pôle de compétitivité de Sousse, décrit les installations à Boris Boillon

Déjeuner d’affaire organisé par la CCI de la région Centre

Le déjeuner organisé par la CCI de la région Centre (qui couvre les quatre gouvernorats de Kairouan, Sousse, Monastir et Madhia) a regroupé près d’une vingtaine d’homme d’affaires venus de divers horizons. Deux d’entre eux représentaient des filiales françaises : Hutchinson et Tunisie plastiques. L’échange a permis de dresser un panorama de l’activité économique de la région, centrée essentiellement sur les activités textiles, mécaniques et agricoles.

JPEG - 57.5 ko
Boris Boillon déjeune avec des chefs d’entreprise de la CCI de Sousse et de sa région

Un tour de table a permis de recueillir plusieurs sujets de préoccupation :

- Comme à Sfax et à Bizerte, l’Ambassadeur a relevé les préoccupations des chefs d’entreprise concernant l’obtention des visas. Il a été convenu là aussi que la CCI locale jouerait un rôle de centralisation des demandes.

- Les entrepreneurs de la région souhaitent également une simplification des démarches administratives liées à l’octroi de prêts sur la ligne de crédit PME- PMI qui fera l’objet d’une prochaine réunion d’information.

- Dans le domaine de l’industrie textile, les invités ont confirmé l’intérêt de la Tunisie pour l’implantation de sites de production. Aujourd’hui, beaucoup de grandes entreprises qui avaient délocalisé leur production en Chine remettent en cause cette stratégie et la Tunisie a de nouveau une carte à jouer.

- En matière agricole, les taxes douanières à l’exportation de produits dérivés de la minoterie vers l’UE sont dissuasives pour les produits tunisiens. La règlementation actuelle entrave la constitution d’une filière d’exportation de pâtes et de semoule de blé tunisiens. Ces questions devront être abordées dans le cadre des négociations à venir sur l’accord de libre-échange complet et approfondi.

- Des besoins ont été exprimés en matière de formation professionnelle. Les acteurs économiques demandent la multiplication de coopérations concrètes en matière formation. Un recensement précis des besoins tunisiens en la matière est nécessaire pour éviter le saupoudrage et canaliser les crédits sur les secteurs prioritaires.

- Les hommes d’affaires ont enfin souhaité disposer d’une évaluation des besoins français sur le marché du travail, auxquels pourrait répondre la main d’œuvre tunisienne. En l’absence d’institution française centralisant ces données, les Chambres de commerce régionales pourraient jouer ce rôle, compte tenu de leur connaissance du tissu micro-économique français.


Visite d’entreprises du Groupement des industries tunisiennes aéronautiques et spatiales (GITAS)

L’après midi du 10 janvier a été consacré à la visite de trois filiales françaises, en pointe dans le secteur de l’aéronautique.

Toutes trois sont membres du Groupement des industries tunisiennes aéronautiques et spatiales (GITAS). Depuis sa création, en 2006, le Groupement favorise les synergies entre entreprises et travaille à améliorer l’environnement économique et réglementaire pour ce secteur d’activité. Avec plus d’une trentaine de membres, il représente aujourd’hui plus de 3000 emplois directs.

JPEG - 50.3 ko
L’Ambassadeur sur les sites d’entreprises membres du GITAS

L’Ambassadeur a visité les installations de :
- SOTIP Tunisie - filiale à 100% de SOTIP France, qui produit de la tôlerie fine.,
- ITP Tunisie (Filiale à 100% d’Alcen), fabriquant de pièces techniques,
- Techni Protec Metal (filiale à 100% d’Exalios), spécialiste en traitement de surfaces d’outils de précision.

En tout, ces filiales emploient près de 150 personnes. Toutes trois envisagent de nouveaux investissement et une vague d’embauche dans les mois à venir, une dynamique que l’Ambassadeur a tenu à mettre en valeur.

JPEG - 56.8 ko
Boris Boillon rencontre les filliales françaises en pointe dans le domaine aéronautique

Ces structures ont été attirées par les facilités proposées dans la Zone industrielle de Messadine et la proximité de sous-traitants compétents. Elles continuent de travailler étroitement avec leurs partenaires français, contribuant au développement du marché des deux côté de la méditerranée. Plus de 90% des matières premières qu’elles utilisent sont d’ailleurs importées de France.

JPEG - 69 ko

Dernière modification : 24/10/2016

Haut de page