Agence française de développement en Tunisie

Présentation de l’AFD

L’Agence française de développement, est un établissement public à caractère industriel et commercial. Cette institution financière est au cœur du dispositif français de l’aide publique en faveur des pays pauvres. Sa mission : participer au financement du développement.

Au plus près du terrain en Afrique, en Asie, dans le pourtour méditerranéen, au Moyen-Orient, en Europe de l’Est et dans l’Outre-mer, l’AFD intervient dans plus de soixante pays.

Forte de 41 représentations à l’étranger, l’AFD concourt au financement d’investissements économiques et sociaux par le biais d’instruments financiers diversifiés. Ses domaines d’intervention couvrent les projets productifs publics et privés, les infrastructures, l’éducation, la santé et l’environnement.


Coordonnées de l’agence de Tunis

L’agence est installée dans le quartier moderne des Berges du Lac. En juin 2011, elle s’est déplacée de quelques centaines de mètres pour emménager dans de nouveaux locaux, près de l’hôtel "Acropole".

Adresse :
Immeuble Melika
Rue du Lac Windermere
1053 – Les Berges du lac

Standard : 71 861 799
Fax : 71 861 825
Mél : afdtunis@afd.fr
Internet : www.afd-tunisie.org


JPEG - 11.4 ko
Plan de situation AFD

Action de l’AFD en Tunisie

En Tunisie depuis 1992, le groupe "Agence française de développement" intervient, sur ressources propres et à ses risques, à travers ses trois composantes :

- l’Agence française de développement (AFD), établissement public à caractère industriel et commercial et institution financière spécialisée relevant de la loi bancaire, est spécialisée dans les prêts concessionnels à long terme jusqu’à présent accordés à l’Etat tunisien (ou garantis par celui-ci. Depuis 2006, elle octroie également des prêts dits "non-souverains", accordés à taux concessionnels et sans la garantie de l’Etat à des entreprises publiques du secteur marchand ou à des établissements de crédit, pour la conduite de politiques publiques.

- La Société de promotion et de participation pour la coopération économique (PROPARCO), filiale de l’AFD dont 31,9 % du capital est détenu par 38 entreprises et établissements financiers français et étrangers, est dédiée au financement du secteur privé : prêts directs aux entreprises ou en intermédiation par le bais des banques ou du secteur du leasing, octroi de garanties, opérations en fonds propres ou quasi fonds propres, dynamisation du marché financier.

- Le Centre d’études financières, économiques et bancaires (CEFEB), est un organisme de formation basé à Marseille qui participe à différents séminaires spécialisés, organisés en France ou à l’étranger. A ce jour, 66 stagiaires tunisiens ont suivi la session annuelle diplômante. Depuis 2007, le CEFEB est habilité à délivrer un Master professionnel avec reconnaissance de son diplôme dans le cadre européen LMD (Licence, 3 ans / Master, 5 ans / Doctorat, 8 ans).

Le groupe Agence française de développement assure également le secrétariat du Fonds français pour l’environnement mondial (FFEM) et participe à ce titre au financement sous forme de don, de six projets de conservation et de gestion des ressources naturelles en Tunisie.


Engagements du groupe

À travers cette large palette d’outils, la Tunisie est, sur les 15 dernières années, le premier bénéficiaire des financements du Groupe AFD avec plus de 1,5 milliard d’euros engagés en cumulé et une montée en puissance des volumes de financements annuels, marquée par l’apparition des prêts non souverains, qui présentent avantage de financer des politiques publiques sans peser sur l’endettement de l’État.

Derniers financements en date :

À Deauville, pendant le déroulement du G8, le gouvernement de la République tunisienne et l’Agence française de développement (AFD) ont signé le 27 mai 2011 deux conventions de financement :

- 185 millions d’euros en prêt, destinés au programme d’appui à la relance (PAR) de l’économie tunisienne
- 15 millions d’euros en prêt pour la construction de l’École nationale d’ingénieurs de Bizerte (ENIB).

Ces deux conventions représentent la première tranche des 350 millions d’euros annoncés par le ministre des Affaires étrangères et européennes, M. Alain Juppé, lors de son déplacement à Tunis en avril dernier. Il s’agit d’un prêt à décaissement rapide qui va permettre d’appuyer les priorités définies par les autorités tunisiennes.


Stratégie du groupe AFD en Tunisie

La stratégie d’intervention de l’AFD en Tunisie repose sur une double finalité : renforcer l’ancrage euro-méditerranéen du pays et atténuer ses vulnérabilités environnementales.

Elle se décline en trois objectifs et sept activités opérationnelles. La production financière et la production intellectuelle s’articulent au sein de chacune des sept activités. Le "Mémorandum pour un dialogue stratégique" dote les deux parties, tunisienne et française, d’un outil de partenariat et de réflexion sur les politiques publiques.

Trois objectifs :

1) Poursuivre la convergence économique avec l’Europe (en savoir plus) ;
2) Accentuer la convergence des politiques de maitrise de l’énergie avec l’Europe (en savoir plus) ;
3) Réduire les vulnérabilités environnementales (en savoir plus).

Sept activités opérationnelles :

1) Renforcement des capacités (en savoir plus) ;
2) Soutien au développement des PME et aux dynamiques privées (en savoir plus) ;
3) Amélioration de l’intensité énergétique et du mix énergétique (en savoir plus) ;
4) Développement urbain durable et transports sobres en carbone (en savoir plus) ;
5) Gestion intégrée des ressources en eau (en savoir plus) ;
6) Mise en œuvre du nouvel agenda agricole (en savoir plus) ;
7) Protection des écosystème sensibles (en savoir plus).


Relations de partenariat

Depuis 2005, la stratégie de l’AFD s’articule autour des trois secteurs de concentration inscrits dans le Document cadre de partenariat (DCP) franco-tunisien. Les deux premiers, à savoir le soutien au secteur productif et le développement des infrastructures de base, poursuivent les actions engagées depuis 1992 avec certaines inflexions nouvelles. Le troisième secteur est nouveau. Il s’agit du développement durable qui devient une priorité transversale touchant à la fois à l’économique et au social, même s’il répond en premier lieu à des préoccupations environnementales.

- Le renforcement de la productivité et de la compétitivité des entreprises est justifié par l’ouverture de la Tunisie à la concurrence internationale, processus dont la première phase doit aboutir dès 2008. L’AFD continuera d’apporter son soutien à la mise à niveau des entreprises au côté de l’État tunisien et d’autres bailleurs de fonds (dont l’Union européenne et la Banque mondiale), notamment dans les domaines de la formation professionnelle et de l’appui à la restructuration financière des entreprises, en complément des plans de mise à niveau technique engagées par ces dernières.
En outre, l’Agence apporte son appui au développement touristique tunisien en finançant un projet pilote de mise à niveau des établissements hôteliers et en appuyant les réflexions sur le redéploiement des activités du secteur.
Elle s’efforcera d’appuyer également la modernisation des filières de production et de distribution des produits agricoles, afin de renforcer le secteur agro-alimentaire.

- L’amélioration des conditions de vie des populations. En zone urbaine, les interventions de l’AFD viseront à renforcer les capacités de gestion urbaine des institutions en charge de ce secteur. A cet effet, les interventions en faveur des quartiers sous équipés seront plus intégrées (infrastructures, équipements socio-collectifs, espaces verts, développement de l’activité).
L’AFD s’efforcera aussi de favoriser une approche globale de la dynamique urbaine, tant dans les quartiers d’habitat "spontané", que dans les centres historiques à forte valeur patrimoniale ou dans des zones d’aménagement programmé.
En zone rurale, les concours de l’Agence se sont orientés vers des programmes d’adduction d’eau. Les soutiens de l’AFD dans ces domaines seront poursuivis. Ils seront apportés dans l’optique prioritaire d’améliorer la qualité des services de base (eau et assainissement, voirie, mais aussi transport urbain) rendus aux usagers. Un important programme de 80 M € a ainsi été approuvé fin 2006 pour réhabiliter les réseaux d’assainissement sur 13 gouvernorats (population touchée : 1 million de personnes).

- La promotion du développement durable qui se traduit, outre la poursuite des actions précitées sur l’eau et l’assainissement, par la mise en œuvre de programmes qui visent à protéger l’environnement et à optimiser la gestion des ressources naturelles (eau, sols, air, énergie, etc...) :

  • le renforcement des capacités tunisiennes de gestion et du contrôle de la qualité de l’air, programme qui se met en place avec l’Agence nationale de protection de l’environnement (ANPE) rattachée au ministère de l’Environnement et du Développement durable,
  • la préparation d’un important programme intégré de préservation et de bonne gestion des eaux, des sols et du couvert forestier en milieu rural avec le ministère de l’Agriculture,
  • la promotion de la maîtrise de l’énergie dans l’industrie avec la mise en place d’une ligne de crédit interbancaire à taux concessionnels destinée à refinancer des investissements, de type environnementaux ou de dépollution industrielle et visant à promouvoir les investissements d’efficacité énergétique (cogénération, énergie éolienne ou solaire).
  • l’optimisation des ressources de gaz dont dispose la Tunisie par un projet d’extension du réseau de distribution du gaz pour les industries (bassin minier de Gafsa) et les particuliers (Sahel, Cap Bon et Gafsa),
  • les 6 projets du FFEM en cours, qui soutiennent la préservation de la biodiversité en Méditerranée (aires marines protégées, conservation des espaces littoraux et protection du golfe de Tunis) mais aussi l’agroécologie (semis direct) et l’efficacité énergétique dans l’habitat.

Parallèlement, l’AFD souhaite poursuivre l’évolution de ses modalités d’intervention en privilégiant le financement de programmes publics sectoriels plus globaux, en appui au XIème Plan quinquennal tunisien et en coordination avec les autres bailleurs de fonds.

Le partenariat instauré avec les autorités tunisiennes repose certes sur l’importance des concours engagés par l’AFD, au surplus concentrés sur quelques secteurs clés, mais aussi sur la capacité à mobiliser les fonds accordés : les versements AFD/PROPARCO ont ainsi atteint 83 M€ en 2006.


Activités de PROPARCO

PROPARCO vise trois objectifs :

- Améliorer le financement des entreprises : elle a accordé depuis 1997 des ressources à long terme (plus de 95 M€) à plusieurs banques privées et sociétés de leasing, en prêts ou prêts subordonnés, notamment afin d’adosser la durée des emplois de ces établissements de crédit à la durée de leurs ressources et de permettre ainsi le financement d’investissements longs.

- Contribuer à la dynamisation du marché financier : PROPARCO promeut, aux côtés de partenaires tunisiens (intermédiaires en Bourse et établissement dépositaire) un Fonds commun de placement novateur puisque garanti en capital et rendement minimum. Ce fonds est destiné à drainer l’épargne des investisseurs institutionnels en bourse et, partant, devrait contribuer à dynamiser le marché des actions.

- Renforcer les fonds propres des entreprises :

  • en direct : prises de participations en devises dans des entreprises ou des établissements financiers. PROPARCO est par exemple actionnaire d’une compagnie privée d’assurances IARD et Vie ;
  • en intermédiation : PROPARCO est actionnaire de quatre fonds d’investissement locaux pour faire jouer un effet de levier (multiplication des ressources, rotation des participations). En vue de favoriser l’expertise locale, elle est en outre à l’origine de la création d’un nouveau fonds régional off shore qui sera géré par une équipe tunisienne.

Dernière modification : 21/09/2016

Haut de page