Agence française de développement en Tunisie

JPEG

Présentation du groupe AFD

Depuis trois générations, l’Agence Française de Développement (AFD) affronte les défis de l’Histoire et se transforme, pour incarner toujours l’esprit de liberté, d’innovation, de solidarité et d’ouverture au monde des Françaises et des Français.

Une agence de financement du développement

L’Agence Française de Développement (AFD), institution financière publique qui met en œuvre la politique définie par le gouvernement français, agit pour combattre la pauvreté et favoriser le développement durable. Présente sur quatre continents à travers un réseau de 75 bureaux, l’AFD finance et accompagne des projets qui améliorent les conditions de vie des populations, soutiennent la croissance économique et protègent la planète. En 2015, l’AFD a consacré 8,3 milliards d’euros au financement de projets dans les pays en développement et en faveur des Outre-mer. www.afd.fr

Filiale de l’Agence Française de Développement (AFD) dédiée au secteur privé, Proparco intervient depuis près de 40 ans en faveur du développement durable. Présente dans 73 pays d’Afrique, d’Asie, d’Amérique latine ou encore du Moyen-Orient, elle participe au financement et à l’accompagnement, de projets d’entreprises et d’institutions financières. Elle compte aujourd’hui près de 400 clients à travers le monde. L’action de Proparco se concentre sur les secteurs clés du développement : les infrastructures avec un focus sur les énergies renouvelables, l’agro-industrie, la finance, la santé, l’éducation… Ses interventions participent à la construction d’une croissance économique durable, la création d’emplois, la fourniture de biens et de services essentiels, et plus largement à la réduction de la pauvreté et la lutte contre le changement climatique. Avec un bilan de 4,66 Md€ en 2014, Proparco figure parmi les principales institutions européennes de financement du développement, avec lesquelles elle réalise de nombreuses opérations conjointes. www.proparco.fr

Le Fonds Français pour l’Environnement Mondial (FFEM) est un instrument financier de la politique française de coopération et de développement, dédié à la protection de l’environnement. Depuis 20 ans, son mandat est de cofinancer des projets à forte composante environnementale, dans les pays en développement. Il intervient dans six domaines de l’environnement mondial : biodiversité, changement climatique, eaux internationales, dégradation des terres, polluants organiques persistants, couche d’ozone stratosphérique. Son pilotage est assuré par cinq ministères (économie et finances, affaires étrangères, développement durable, recherche, agriculture) et l’Agence Française de Développement (AFD). Son secrétariat et sa gestion financière sont confiés à l’AFD. A la fin 2014, le FFEM a cofinancé 275 projets, à hauteur de 317 millions d’euros dont 68% sont situés en Afrique et en Méditerranée. www.ffem.fr - ffem@afd.fr

Pour mettre en œuvre des actions de renforcement de capacité à court, moyen et long terme au bénéfice de l’ensemble des acteurs du développement, le CEFEB (Centre d’études économiques, financières et bancaires) basé à Marseille depuis 1995, développe l’Université d’entreprise du groupe AFD sur les thématiques phares de l’Agence. Il a pour mission la transmission des savoirs et la valorisation des bonnes pratiques, indispensables aux métiers du développement exercés par les acteurs de l’écosystème de l’AFD. Outil d’accompagnement du changement, il intervient sur le renforcement de capacités des individus et des organisations. Ses activités s’organisent à travers trois plateformes ; formations (diplômante et qualifiante), dialogue avec les acteurs du développement (partage d’expérience, bonnes pratiques) et valorisation de l’expertise françaises (voyages d’études, stages).

Des impacts concrets

Les actions de l’AFD sont porteuses d’impacts concrets. Entre 2013 et 2015, les projets en cours ont permis :

  • La scolarisation de 2,6 millions d’enfants au primaire et au collège ;
  • L’amélioration de l’habitat pour 2,6 millions de personnes ;
  • L’accès de 3,8 millions de personnes à une source pérenne d’eau potable ;
  • L’appui au développement de 150 000 petites entreprises ;
  • Le soutien à 710 000 exploitations agricoles familiales ;
  • La conservation et la gestion durable de 34 millions d’hectares d’espaces naturels permettant la préservation de la biodiversité.

Une agence à la hauteur des enjeux

Le Président de la République a annoncé en septembre 2015 une nouvelle ambition pour la politique de développement de la France, portant son outil bilatéral l’AFD à la hauteur des enjeux du nouvel agenda international du développement et du climat adopté en 2015, et engageant un rapprochement avec le groupe CDC. Pour ce faire, la capacité d’intervention du groupe AFD augmentera de 50% pour atteindre 12,5 milliards d’euros en 2020, et verra ses fonds propres doublés dès 2016. Les financements en prêt en faveur des pays en développement et de la solidarité internationale augmenteront de 4 Mds € d’ici 2020, dont 2 Mds pour la lutte contre le changement climatique et ses conséquences, tandis que les dons augmenteront de près de 400 M €.

Une agence qui vient de fêter ses 75 ans.

Anniversaire, renforcement des moyens de financement, nouveau projet, rapprochement avec la Caisse des Dépôts, 2016 a été une année charnière pour l’AFD. Plus forte, plus ouverte, plus agile, l’Agence engage un véritable virage stratégique. Pour marquer cette évolution, en décembre 2016, l’AFD change d’identité visuelle.


L’action de l’AFD en Tunisie

Un bilan positif de 25 ans de partenariat entre le Groupe AFD et la Tunisie.
La Tunisie compte parmi les principaux pays d’intervention de l’AFD dans le monde.
Le groupe AFD présent depuis 1992 y déploie l’ensemble de ses outils de financement (prêts, subventions, garanties, participations) en faveur de l’Etat, des entreprises publiques et privées, des institutions financières (banques, fonds d’investissement, microfinance…), des collectivités locales et du secteur associatif. Le groupe AFD octroie ainsi :

- des prêts à long terme à des conditions préférentielles à l’Etat et aux entreprises publiques en soutien aux politiques publiques
- des prêts au secteur privé (banques, entreprises, institutions de microfinance),
- des garanties aux banques (ARIZ) pour favoriser l’accès au crédit des petites et moyennes entreprises (PME) ;
- des prises de participation dans le capital d’entreprises ou de fonds d’investissement, via sa filiale PROPARCO.

Ces instruments permettent de soutenir des projets de nature et de montant différent répondant ainsi aux besoins variés de ces différents partenaires.
Les modes d’intervention de l’Agence entendent encourager la concertation et l’implication de la société civile et renforcer le rôle des maîtrises d’ouvrage dans l’exécution des projets.

En plus des financements, l’intervention de l’AFD en faveur de la Tunisie prend également la forme de formations dispensées par le CEFEB, masters professionnels ou formations courtes ainsi qu’une participation de l’AFD aux réflexions stratégiques sectorielles et transversales nationales.

Depuis le début de ses activités en Tunisie, le groupe AFD a soutenu plus d’une centaine de projets et programmes représentant plus de 2,2 Mds € d’engagements financiers. Sur la seule période 2011-2015, le groupe AFD a octroyé à la Tunisie plus de 750 millions d’euros de financements.

L’appui financier de l’AFD à la Tunisie a fortement progressé depuis le début de son intervention en Tunisie. Ses moyennes d’engagements annuels sont ainsi passés d’environ 40 M€ sur la période 1993-1998 à 80 M€ sur la période 1999-2004 puis 100 M€ sur la période 2005-2010 et enfin 160 M€ sur celle de 2011-2015.

L’Agence a également permis à la Tunisie de bénéficier par son intermédiaire d’environ 100 millions d’euros de subventions de l’Union Européenne.
Historiquement, les financements de l’AFD sont concentrés autour des domaines d’intervention suivants : (i) la formation professionnelle, l’emploi et le soutien au développement des PME, (ii) le développement urbain durable et les transports sobres en carbone, (iii) la gestion intégrée des ressources en eau, la mise en œuvre du nouvel agenda agricole et la protection des écosystèmes sensibles.
En réponse à la demande de l’Etat tunisien et aux priorités de celui-ci, son action s’est particulièrement centrée ces dernières années sur des objectifs visant la création d’emplois, l’insertion sociale et professionnelle des jeunes et le développement durable des territoires..

L’année 2015 marque un record historique d’intervention, avec 275 M€ d’engagements qui illustrent la poursuite de l’accompagnement de l’AFD en faveur de la transition économique de la Tunisie.
L’année 2016 a vu une reprise significative du niveau des décaissements de l’AFD en faveur de la Tunisie.

AUTORISATIONS (en MEUR)201120122013201420152016
AFD185,553,45,2190,7209,9144,5
Délégation UE7,832,0-32,023,66,2
POPRACO----39,330,0
FFEM0,3-1,0-2,0-
TOTAL193,693,96,2220,9274,8180,7
Versements(en MEUR)182,618553,969,756,388,4

Financements récents du groupe AFD en Tunisie

A l’occasion de la conférence Tunisia 2020, le Groupe AFD a signé les 28 et 29 novembre 2016 en présence du Chef du gouvernement tunisien et de son homologue français ainsi que de nombreux ministres une douzaine de protocoles d’accord et de conventions de financement. Ces engagements de l’AFD pour plus de 200 M € viennent soutenir par des financements à destination des secteurs public et privé le renforcement de la croissance et l’emploi, le développement des territoires et la gestion des ressources naturelles, les énergies renouvelables et l’efficacité énergétique, l’assainissement, la formation technique et professionnelle, la microfinance et la réduction des inégalités femmes/hommes.
Parmi les conventions signées peuvent être évoqués les projets adossés aux objectifs suivants :

  • Préserver la méditerranée et améliorer les conditions de vie des populations- Programme DEPOLMED – 60 M €.

Cofinancé par la Banque Européenne d’Investissement (BEI), l’Union Européenne et l’AFD, le programme DEPOLMED a pour objectif de contribuer à la préservation de la qualité des eaux du littoral méditerranéen tunisien et l’amélioration les conditions de vie des populations sur le littoral par un accès à un service d’assainissement performant fourni par l’Office National d’Assainissement (ONAS).
La réalisation de la première tranche prioritaire d’investissement prévoit la réhabilitation et l’extension des 4 stations d’épuration (STEP) littorales de Sud Méliane, Sousse Nord, Jedaida et Kelibia, et d’environ 540 km de réseaux, 53 stations de pompage et 29 000 boîtes de branchement. Le programme s’attachera en outre à renforcer les capacités de l’ONAS dans des domaines clefs de sa mission (gestion de projets d’investissement, exploitation et maintenance, contrôle de l’assainissement industriel mais aussi communication et consultation du public).
DEPOLMED aura pour effet principal de réduire les pollutions hydriques et de protéger le milieu marin méditerranéen et les milieux écologiques sensibles adjacents (oued, zones humides), ainsi que leur biodiversité, par une capacité d’épuration améliorée ou supplémentaire de plus de 115 000 m³ d’effluents domestiques, et le renforcement du contrôle des rejets industriels dans les zones concernées. Il permettra de raccorder 60 000 nouvelles personnes et d’améliorer le service et le bien-être individuel pour près de 1,2 M de personnes déjà raccordées.

  • Renforcer l’adaptation au changement climatique des territoires ruraux – PACTE - 53,5 M €.

Le programme, centré sur cinq gouvernorats (Bizerte, Kairouan, Le Kef, Sidi Bouzid et Siliana), a pour objectifs : (i) la gestion rationnelle et durable des ressources naturelles vulnérables, (ii) le développement économique des territoires ruraux et (iii) l’amélioration de la gouvernance du développement territorial. Il va entre autres permettre une planification concertée de la gestion des ressources naturelles, une animation territoriale et des investissements pour la mise en œuvre de plans de gestion intégrée des ressources naturelles à l’échelle des territoires.
Le programme financera également la réalisation des activités issues de la concertation et de la planification locales qui prendront la forme d’investissements (aménagements de conservation des eaux et des sols, investissements forestiers, etc.), de prestations de conseil technicoéconomique (agroécologie, structuration de filières, etc.) ou d’aménagements fonciers (remembrement). Le programme sera financé à hauteur de 51,5 M € par l’AFD, répartis entre 50 M € de prêt et 1,5 M € de subvention, et par le Fonds Français de l’Environnement Mondial (subvention de 2 M €).

Dans les territoires ciblés, les effets directs porteront sur l’amélioration des sols, la régénération du couvert végétal et des ressources forestières et une meilleure maîtrise des eaux de ruissellement. Ils se traduiront également par l’amélioration des revenus issus de la valorisation de ces ressources (production agricole, pastorale et forestière). Ces effets participeront directement à l’adaptation des territoires ciblés aux effets des changements climatiques. Les zones d’intervention sont en effet particulièrement vulnérables à la sécheresse et à l’augmentation de la fréquence des épisodes extrêmes (fortes précipitations accentuant les phénomènes d’érosion).

  • Soutenir un développement industriel responsable sur les aspects environnementaux et sociaux – Groupe Chimique Tunisien (GCT) – 45 M €.

L’objectif principal du programme financièrement appuyé par la BEI, l’Union Européenne et l’AFD est de réduire l’impact environnemental de l’activité des sites industriels du GCT grâce à la limitation des émissions atmosphériques, hydriques et solides et par conséquent d’améliorer les conditions de vie des populations avoisinantes. In fine, il contribuera au développement économique durable des régions concernées, dans le respect de l’environnement ainsi qu’à la préservation de la biodiversité par l’arrêt des rejets dans la mer méditerranée d’eaux fluorées.

Le projet consiste en la réhabilitation environnementale d’unités de production sur les sites de Skhira, M’Dhilla et Gabès autour de solutions durables permettant de limiter les émissions et d’améliorer la gestion des déchets solides (phosphogypse).
Les programmes d’investissement qui seront financés concerneront des équipements de réduction des émissions et de dépoussiérage, la construction d’une station d’épuration des eaux usées domestiques, l’aménagement d’aires de stockage de phosphogypse et de décharges sèches, la protection des terrils, des plantations de rideaux verts, des systèmes de récupération des eaux de drainage.

En outre, l’AFD accompagnera par ce financement le GCT dans la mise en place d’une démarche de Responsabilité sociétale d’entreprise (RSE).

  • Favoriser l’insertion socioprofessionnelle des jeunes - PAFIP – 3 M €.

L’objectif du Programme d’Appui à la Formation et à l’Insertion Professionnelle est d’améliorer l’efficacité du dispositif de formation professionnelle en tant que vecteur d’insertion des sortants sur le marché de l’emploi à travers (i) l’amélioration de la qualité des formations par une montée en gamme globale du dispositif et donc un accompagnement de ses acteurs et (ii) le renforcement du lien entre la formation et le monde du travail, en encourageant l’ouverture du dispositif sur son environnement économique.

Concentré sur quatre bassins d’emplois du Nord et de l’Est du pays répartis sur neuf gouvernorats et ciblant le secteur industriel, le PAFIP vise un saut qualitatif du dispositif à tous les niveaux par un appui au fonctionnement de 17 centres de formation sur 15 filières-métier dans le secteur de l’industrie (construction métallique soudage, textile technique, usinage, agro-alimentaire, arts graphiques, etc.), un accompagnement du Centre national de formation des formateurs et d’ingénierie de la formation (CENAFFIF) dans la rénovation des formations, un renforcement des capacités de pilotage et d’animation des structures du Ministère de la formation professionnelle et de l’emploi et un soutien aux partenaires sociaux par la structuration des UAF (Unités d’Appui à la Formation) au sein de l’Union Tunisienne de l’Industrie, du Commerce et de l’Artisanat (UTICA) et de l’Union Syndicale des Travailleurs Tunisiens (UGTT) pour renforcer leur dialogue social avec l’État autour de la formation professionnelle.

Le concours de 3 M € sous forme de subvention a pour origine des fonds de la Facilité d’Investissement de Voisinage (FIV) délégués par l’Union Européenne à l’AFD.

Le programme favorisera l’insertion socioprofessionnelle des jeunes en formation initiale et la montée en compétences des travailleurs en formation continue, le développement des capacités des individus et l’amélioration de l’insertion socioprofessionnelle des jeunes hommes et femmes dans des emplois décents. En plaçant les acteurs de terrain au cœur du dispositif, le programme renforce la cohésion sociale au niveau des régions.

  • Derniers financements en date :

- Soutenir le développement du secteur privé – Ligne de crédit de Proparco à l’UBCI 30 M €
L’Union Bancaire pour le Commerce et l’Industrie (UBCI) et Proparco ont signé le 22 décembre 2016 une ligne de crédit senior de 30 M € destinée à soutenir le développement des entreprises en Tunisie.
Dans un contexte de reprise des investissements en Tunisie, cette nouvelle ligne de crédit devrait permettre de soutenir l’UBCI dans ses activités de prêteur à moyen et long termes aux entreprises. 60% des prêts accordés par l’UBCI concernent en effet des entreprises et 22% des crédits bénéficient à des TPE/PME, dont le développement est l’une des priorités de Proparco et de l’UBCI.

- Renforcer la microfinance et l’inclusion financière -_22 M €
En 2016, cet appui s’est renforcé et diversifié par :
o La signature avec le Centre Financier des Entreprises (CFE) d’une convention de subvention d’Assistance Technique pour un montant de 1 M€, doublée d’une entrée e Proparco au capital de l’IMF ;
o La signature d’une convention de prêt avec Enda Tamweel pour un montant de 10M € ciblant les produits ruraux de l’IMF, Mawsem et Mechia, dans les régions notamment du centre et du nord-ouest de la Tunisie.
Parallèlement PROPARCO a signé avec ENDA un prêt d’un montant de 8 M€ ainsi que d’une subvention d’assistance technique pour appuyer la politique genre de l’IMF ;
o L’octroi de couvertures de garanties de prêts octroyés par les banques commerciales à des IMF pour un montant de total de 3,2 M€ ;
o L’accompagnement du Ministère des Finances dans l’élaboration de la nouvelle stratégie concertée d’inclusion financière 2016-2020 du Gouvernement.

- Œuvrer au développement des territoires et améliorer les conditions de vie des populations urbaines - 135 M €
Afin de remédier à la situation préoccupante de stress hydrique accentuée sous l’effet des changements climatique frappant les régions du Grand Tunis, du Cap-Bon, du Sahel (Sousse, Monastir, Mahdia) et de Sfax qui comptent actuellement 6,1 millions d’habitants, le financement sous forme de prêt autorisé par le Conseil d’administration de l’AFD en décembre 2016 pour un montant de 60 M € viendra appuyer les efforts de l’Etat Tunisien pour la mise en œuvre d’un ambitieux programme de sécurisation de l’alimentation en eau potable. Ce programme contribuera au transfert et au traitement de l’excèdent d’eau de surface du Nord du pays aux profits de ces régions déficitaires en eau.

En matière de mobilité urbaine à Tunis, un financement de 75 M € auquel s’ajoute une subvention de 6,2 M € déléguée par l’Union Européenne permettra un réaménagement du plan de voies et des quais du métro pour lever les principaux conflits d’exploitation, fluidifier les circulations et créer un véritable pôle d’échanges multimodal sur la place de Barcelone. Cette dernière verra 70 000 passagers quotidiens supplémentaires y affluer par jour en plus des 230 000 actuels avec l’arrivée du RFR.


Stratégie du groupe AFD en Tunisie

Conformément aux dispositions du Protocole d’Accord signé entre l’AFD et la République de Tunisie le 28 novembre 2016 à l’occasion de la visite du Premier ministre français dans la cadre de la Conférence Tunisia 2020, le gouvernement tunisien et l’AFD souhaitent inscrire dans le futur leurs actions conjointes de coopération et leur relation institutionnelle et financière en parfaite cohérence et synergie avec les cinq axes du plan quinquennal de développement (bonne gouvernance, réforme de l’administration et lutte contre la corruption ; d’une économie à faible coût à un hub économique ; développement humain et inclusion sociale ; concrétisation des ambitions des régions ; économie verte, pilier du développement durable).

Dans ce cadre, trois lignes prioritaires d’interventions de l’AFD sont reconnues en faveur du développement durable et de la croissance partagée, équilibrée et inclusive de la Tunisie au bénéfice de son Etat, de ses territoires et de ses populations :

1/ Soutien à la réforme de l’Etat et appuis à la décentralisation et au développement économique des territoires ;

2/ Renforcement du capital humain, appuis à la jeunesse et promotion de l’emploi ;

3/ Lutte contre le changement climatique, gestion des ressources naturelles et aménagement de villes durables.

A l’occasion de la Conférence des Investisseurs Tunisia 2020 des 29 et 30 novembre 2016, le Premier Ministre français a également annoncé que l’AFD engagera au minimum 250 MEUR par an.


PNG

Activités de Proparco

La présence historique de Proparco en Tunisie, aux côtés de l’AFD, lui confère une solide connaissance des spécificités et besoins du pays et de ses acteurs économiques. Son activité vient en complément des concours de l’AFD au secteur privé et vise à (i) renforcer la compétitivité des entreprises et notamment des PME, (ii) augmenter les capacités de financement local, (iii) soutenir le financement des institutions de microfinance et (iv) accompagner le financement de grands projets industriels et d’infrastructures, ayant notamment un impact sur le développement du tissu des PME.

Avec un total d’octroi dépassant 60 M € et un portefeuille d’une dizaine de contreparties, Proparco finance aujourd’hui le secteur bancaire et financier, les institutions de microfinance, le secteur manufacturier, la santé et l’éducation en direct ou via des fonds d’investissement partenaires.

Proparco accompagne également les entreprises privées par l’octroi de financements longs au secteur bancaire et du leasing.

  • Soutien au secteur bancaire et de la micro-finance :
    Le secteur financier tunisien a historiquement concentré une part importante de l’intervention de Proparco qui a notamment refinancé les activités de crédit et de crédit-bail de la BIAT, de la BT, de l’UBCI, de l’ATB et de Tunisie Leasing. Proparco poursuit aujourd’hui ses efforts à destination du secteur, dans un contexte de fortes tensions sur la liquidité avec notamment l’octroi d’un prêt à la BTK filiale du Groupe BPCE à hauteur de 20 millions d’euros (2015) et la signature, fin décembre 2016 d’une ligne de crédit de 30 MEUR en faveur d’UBCI (filiale de BNP). Suite à l’évolution du cadre réglementaire de la microfinance, Proparco accompagne également le développement du secteur via différents projets et notamment d’une ligne de crédit de 8 M. EUR en faveur d’ENDA, plus importante institution de micro-crédit du pays.
  • Des interventions en capital-investissement :

Dans le but de contribuer au financement de la création, du développement et de la consolidation de la structure financière des PME, Proparco a historiquement déployé son activité de capital-investissement en Afrique du nord au travers de fonds d’investissement régionaux ou nationaux. Sur la zone, Proparco a pris des participations dans 14 fonds d’investissements gérés par 8 équipes de gestion dont Tuninvest, Abraaj et Swicorp. En 2014, Proparco a confirmé son soutien au secteur en investissant dans le dernier fonds régional d’Abraaj « Abraaj North Africa Fund II ».
Proparco a ainsi soutenu des projets dans l’éducation et la santé en prenant des participations dans Esprit (premier groupe d’enseignement supérieur privé en Tunisie) aux côtés de Tuninvest, et Unimed (PME pharmaceutique tunisienne) aux côtés d’Abraaj, et en finançant la création de la clinique Hannibal à Tunis (première clinique privée en Tunisie, spécialisée dans la cancérologie).

  • Une activité transversale de soutien au secteur privé

Proparco participe aussi à des projets d’infrastructures comme le financement de l’aéroport d’Enfidha.
Proparco accompagne les entreprises ou institutions financières privées dans leurs projets de développement à l’international. Partenaire historique de Tunisie Leasing, Proparco a accompagné le leader tunisien du crédit-bail dans son implantation en Algérie, au travers de la création de la filiale locale Maghreb Leasing Algérie en 2005, et dans le développement du groupe en Afrique Sub-Saharienne via le rachat du réseau de sociétés de crédit-bail Alios Finance en octobre 2014. Proparco s’est engagée dans le nouveau Fonds d’investissement Franco-Africain (FFA) promu par la Bpifrance et AfricInvest et lancé le 13 janvier à Bamako lors du sommet Afrique France. Il a pour objectif d’accélérer la croissance de PME innovantes africaines et françaises ayant des projets de développement sur les deux continents.


Coordonnées, plan d’accès et contacts de l’agence de Tunis

Adresse :
Immeuble Melika
Rue du Lac Windermere
1053 – Les Berges du lac

Standard : 71 861 799
Fax : 71 861 825
Mél : afdtunis@afd.fr
Internet : www.afd-tunisie.org

Plan de situation AFD

JPEG - 11.4 ko
Plan de situation AFD

Dernière modification : 07/02/2017

Haut de page