Suites de l’assassinat du député Mohammed Brahmi

Déclaration du porte-parole du quai d’Orsay (29 juillet 2013)

Question : Que pensez-vous de la situation générale en Tunisie ?

Réponse : La France est préoccupée par les tensions politiques en Tunisie. Elle appelle l’ensemble des parties à la retenue.

La France soutient la transition en cours et est solidaire avec l’ensemble des Tunisiens. Elle encourage les autorités tunisiennes à mener cette transition à son terme, dans un esprit de dialogue et dans le respect de la feuille de route.

Elle rappelle la nécessité que prévale l’esprit de responsabilité de tous.

PDF - 31.8 ko

Déclaration du porte-parole du quai d’Orsay (26 juillet 2013)

« Le président de la République a condamné hier avec la plus grande fermeté l’odieux assassinat de M. Mohamed Brahmi, député d’opposition, élu à l’Assemblée Nationale Constituante (ANC) en 2011, fondateur et ancien secrétaire général du Mouvement du peuple.

L’assassinat de Mohamed Brahmi comme celui de Chokri Belaïd ne sauraient rester impunis. Toute la lumière doit être faite sur ces crimes qui, comme l’a rappelé hier le ministre des Affaires étrangères, visent à faire échouer la transition démocratique en Tunisie et la recherche d’une unité nationale.

Lors de sa visite d’État en Tunisie, les 4 et 5 juillet, le président de la République a réitéré le soutien de notre pays à la transition en cours et sa solidarité avec tous les Tunisiens attachés aux valeurs de la révolution. Il a aussi appelé à l’esprit de responsabilité nécessaire à la préservation de l’unité nationale comme au succès de la transition démocratique, qui prévoit l’adoption d’une Constitution et l’organisation d’élections d’ici la fin de l’année. »

JPEG - 33.9 ko
Le député tunisien Mohamed Brahmi (photo Mosaïque FM)

JPEG

Communiqué du président de la République (25 juillet 2013)

« Le président de la République condamne avec la plus grande fermeté l’assassinat ce matin à Tunis du député Mohammed Brahmi.

Il exprime ses condoléances à sa famille, à ses proches et au peuple tunisien, et demande que la lumière soit faite au plus vite sur ce meurtre, comme sur celui dont Chokri Belaïd a été la victime il y a moins de six mois.

Le chef de l’État appelle l’ensemble des forces politiques et sociales tunisiennes à faire plus que jamais preuve du nécessaire esprit de responsabilité pour préserver l’unité nationale et garantir la poursuite de la transition démocratique. »

PDF - 32.5 ko

Dernière modification : 05/12/2015

Haut de page