Un lieu parisien en hommage à Mohamed Bouazizi

Un lieu parisien porte désormais le nom de Mohamed Bouazizi, en vertu d’une décision prise à l’unanimité par le Conseil de Paris, le 8 février 2011.

JPEG - 93.5 ko
Mohamed Bouazizi, symbole de la révolution tunisienne, s’est immolé par le feu le 17 décembre 2010. Il est décédé des suites de ses brûlures le 4 janvier 2011.

Communiqué de la mairie de Paris - 8 février 2011

Sur proposition des élus des groupes communistes et Europe écologie - Les Verts, Bertrand Delanoë, le maire de Paris, a proposé aux conseillers de Paris de rendre hommage à Mohamed Bouazizi en donnant son nom à un lieu parisien. Ce vœu a été adopté à l’unanimité par le Conseil de Paris.

Bertrand Delanoë, le maire de Paris, a salué le vote de ce vœu qui « est déjà apprécié en Tunisie et ressenti comme un vrai moment de fraternité du peuple de Paris pour le peuple tunisien. C’est important pour le peuple tunisien que le Conseil de Paris lui exprime aujourd’hui sa solidarité, son amitié, son admiration, mais aussi son soutien. »

Il a ajouté « qu’il est important que, au-delà de nous, dans certaines circonstances, où les valeurs sont vraiment en cause, que nous sachions nous, les Parisiens, porter ce message que nous avons reçu, notamment de la Libération de Paris le 25 août 1944 : la liberté, la démocratie et les Droits de l’Homme ; ce n’est pas réservé à tel ou tel peuple, à telle ou telle race ou à telle ou telle religion. La liberté, la démocratie, les Droits de l’homme, l’égalité entre les femmes et les hommes, c’est pour tous les peuples de la planète. »


Communiqué de la mairie de Paris - 4 février 2011

Lors du Conseil de Paris des 7 et 8 février, sur proposition des élus des groupes communistes et Europe écologie - Les Verts, Bertrand Delanoë, le maire de Paris, proposera aux conseillers de Paris de rendre hommage à Mohamed Bouazizi en donnant son nom à un lieu parisien.

Ville marquée par son attachement indéfectible aux valeurs de la liberté et de la démocratie, Paris, son maire et ses élus souhaitent saluer ainsi la mémoire du jeune homme qui s’est immolé le 17 décembre 2010 en signe de protestation contre la situation désespérée dans laquelle lui, sa famille et ses compatriotes se trouvaient face à la corruption et la répression des autorités tunisiennes.

Décédé de ses blessures le 4 janvier dernier, Mohamed Bouazizi est une figure emblématique qui, par son acte de résistance, symbolise le combat des Tunisiens pour la démocratie, la justice et la liberté.

Dernière modification : 20/03/2012

Haut de page