Boris Boillon visite "Aquaculture tunisienne"

Vendredi 4 mai 2012, l’Ambassadeur de France a visité “Aquaculture tunisienne”, une entreprise leader dans son secteur d’activité. Ces dernières années, c’est dans son sillage que s’est fortement développé le poisson d’élevage tunisien.

JPEG - 122.6 ko
Les bassins d’Aquaculture tunisienne, sur le site de Chott Meriam, près de Sousse.

Entreprise familiale et pionnière

Implanté près de Sousse, le site d’Aquaculture Tunisienne s’étend sur près de 35 hectares, en bord de mer. Avec plus de 400 bassins d’éclosion et d’élevage, cette ferme piscicole est l’une des plus grandes en Méditerranée. Elle est aussi la première ferme de ce type créée en Tunisie. Ses productions : des daurades et des loups.

Depuis la fondation de la structure, en 1988, Aquaculture tunisienne a misé sur une double stratégie. D’abord, l’exportation, avec la conquête du marché haut de gamme européen ; ensuite, l’amélioration constante de la qualité. Ce double pari s’est avéré gagnant pour cette entreprise familiale. En dépit de l’émergence d’une forte concurrence locale, Aquaculture tunisienne préserve aujourd’hui sa place de leader. 70% de sa production est exportée, achetée notamment par de grands noms de la restauration française.

JPEG - 126.9 ko
La phase de conditionnement, notamment pour l’export.

Par sa présence, l’Ambassadeur de France a salué cette dynamique et la détermination des entrepreneurs. Karim Garnaoui, le pdg, a expliqué combien il avait fallu persévérer pour lancer l’élevage de poissons en Tunisie. Dans les années 1980, aucune structure d’accompagnement et de formation n’existait.

GIF - 8.5 ko
Production de poisson d’élevage en Tunisie depuis 1950
La production aquacole a connu son véritable essor à la fin des années 1980
(statistiques FAO).

Expertise française

Avec les équipes de la ferme, Boris Boillon s’est entretenu de la place des savoir-faire français dans ce domaine d’activité.

JPEG - 92.6 ko
Boris Boillon avec Karim Garnaoui (à droite) et le vétérinaire de la ferme.

Depuis plusieurs années, une joint-venture avec le laboratoire français Océan Conseil permet un suivi très précis de la qualité des productions, en particulier de celle des alevins. « Les analyses les plus poussées sont faites à Marseille ainsi que dans d’autres laboratoires européens agréés » détaille le vétérinaire du groupe avant d’ajouter : « Ce sont des partenaires de très haut niveau intellectuel et humain ».

JPEG - 139.7 ko
L’élevage des alevins nécessite des soins constants. Cette activité occupe une place croissante dans l’entreprise.

Grâce aux procédures de suivi, le taux de mortalité des alevins nés à la ferme est exceptionnellement faible : 7%. De fait, les techniques et les variétés employées ont valeur d’exemple pour d’autres éleveurs. Cette réussite a poussé Karim Garnaoui à renforcer les investissements dans les bassins dédiés à la reproduction et la "nursery". L’entreprise fournit désormais d’autres fermes tunisiennes et européennes en alevins.

JPEG - 146.9 ko
La phase de sélection des alevins est effectuée à la main. Aquaculture tunisienne emploie 175 personnes.

Le vétérinaire conclut :« Au nord et au sud de la Méditerranée les milieux naturels sont similaires, c’est une chance en terme de partage de savoir faire ».


Lire aussi

Précédentes visites de l’ambassadeur Boris Boillon dans des entreprises :

- Sagemcom Tunisie : électronique de pointe
- Boris Boillon chez Total Tunisie
- Entreprises françaises dans la ZI de M’ghira
- Élevage : synergie entre le tunisien Poulina et le français Ceva
- Hammam Zriba : des entreprises françaises qui embauchent
- Boris Boillon visite une boulangerie industrielle

Dernière modification : 07/11/2013

Haut de page