Cérémonie d’accueil dans la nationalité française

Le 9 juillet 2014 à la mi-journée, une petite cérémonie s’est déroulée à l’ambassade de France en Tunisie. La consule générale a remis la nationalité française à une vingtaine de personnes, pour la plupart accompagnées de leur conjoint français.

Après un rappel des textes et des principes qui fondent la citoyenneté, Mme Martine Gambard-Trébucien a donné à chacun le document attestant qu’il est devenu français.

JPEG - 100.8 ko
Martine Gambard-Trébucien énonçant les fondements de la citoyenneté française.

Discours de la Consule générale

« Je vais vous remettre tout à l’heure, en tant que consule générale de France à Tunis, les documents officiels qui vous confèrent la nationalité française. C’est tout à la fois pour moi un plaisir et un grand privilège.

Accéder à la nationalité française est une étape importante pour chacune et chacun d’entre vous. C’est l’aboutissement d’un choix personnel et cette cérémonie témoigne de votre attachement au pays qui vous accueille. Elle consacre votre volonté d’appartenir à la communauté française.

JPEG

C’est une cérémonie qui a été voulue par le législateur. La loi du 24 juillet 2006 prévoit en effet que, dans le délai d’un mois à compter de l’acquisition de la nationalité française, soit organisée une cérémonie d’accueil dans la citoyenneté française. C’est ce que nous faisons aujourd’hui.

N’oubliez pas qu’en devenant Français, vous devenez également citoyen européen. Vous savez que la France est à l’origine même de la fondation de l’Union européenne et qu’elle tient un rôle particulier dans son fonctionnement.

JPEG

Dans le dossier que je vais vous remettre, outre la déclaration de nationalité enregistrée, qui prouve que vous êtes dorénavant français, et vos nouveaux documents d’état civil, vous trouverez les textes qui fondent notre citoyenneté : la Déclaration des droits de l’homme, la Marseillaise et la Constitution du 4 octobre 1958, ainsi que la Charte des droits et devoirs du citoyen.

La Déclaration des droits de l’homme et du citoyen du 26 août 1789 abolit les privilèges au sortir de la Révolution. Ce texte, qui marque l’apogée de l’idéologie de la révolution française, concentre en quelques lignes les principales revendications du peuple. Il représente l’une des premières pierres du droit constitutionnel moderne, basé essentiellement sur la description des libertés que l’homme doit pouvoir faire valoir à l’encontre de l’État.
Le Gouvernement a d’ailleurs pris la décision, il y a quelques années maintenant, d’afficher ce texte fondateur dans les écoles et les collèges français car l’apprentissage de l’histoire de la Nation, des symboles de la République et des textes fondamentaux de la démocratie moderne est primordial pour la formation de citoyens libres et éclairés.

JPEG

La Marseillaise est le chant patriotique de la Révolution française, adopté par la France comme hymne national : une première fois par la Convention du 14 juillet 1795 jusqu’à l’Empire en 1804, puis définitivement en 1884 sous la IIIe République. Son caractère d’hymne national est à nouveau affirmé par la Constitution du 27 octobre 1946 sous la IVe République et en 1958, par l’articule 2 de la Constitution de la Ve République, dont vous avez des extraits dans le dossier.

JPEG

Constitution dont je vais vous lire l’article 2 du Titre I : « De la souveraineté » :
« La langue de la République est le français.
L’emblème national est le drapeau tricolore, bleu, blanc et rouge.
L’hymne national est la Marseillaise.
La devise de la République est "Liberté, Égalité, Fraternité".
Son principe est : gouvernement du peuple, par le peuple, pour le peuple. »

Tous ces principes et valeurs essentiels de la République, ainsi que les droits et devoirs du citoyen résultant de la Constitution et de la Loi, sont repris dans la Charte des droits et devoirs du citoyen français, rédigée en application de l’article 21-24 du Code civil, qui indique que « nul ne peut être naturalisé s’il ne justifie de son assimilation à la communauté française, notamment par une connaissance suffisante, selon sa condition, de la langue française et des droits et devoirs conférés par la nationalité française ».

JPEG

Et comme le dit M. Kader Arif, qui est maintenant Secrétaire d’État aux Anciens combattants et à la Mémoire auprès du ministre de la Défense : « Être citoyen, c’est se nourrir de l’histoire de notre pays, en connaître la mémoire, vivre le quotidien. Être citoyen, c’est participer, réfléchir, voter, s’engager. C’est être soi, pour un vivre ensemble commun ».

Avant de remettre, au nom du Gouvernement français, à chacune et chacun d’entre vous les documents qui font de vous des membres à part entière de la Nation française, je vais vous lire très solennellement la lettre [1] qui vous est adressée par le président de la République François Hollande.

Soyez les bienvenus parmi nous. »

Martine Gambard-Trébucien
Consule générale de France à Tunis

JPEG - 962.3 ko
Cliquez pour lire la lettre du président de la République

[1pour lire la lettre du président de la République cliquer sur l’image ci-dessus

Dernière modification : 30/06/2016

Haut de page