Coopération décentralisée : l’Essonne et l’Ariana se rapprochent

Dans les prochains mois, le gouvernorat de l’Ariana et le Conseil général de l’Essonne devraient conclure un protocole d’accord de coopération décentralisée. C’est pour travailler à cet accord qu’une délégation d’élus français conduite par Jérôme Guedj président du conseil général, s’est rendue en Tunisie du 17 au 19 avril 2013, à la rencontre de représentants de l’Ariana.

JPEG - 64.9 ko
Jérome Guedjn président du Conseil général de l’Essonne.

"Nous partageons les mêmes préoccupations"

L’un en banlieue de Tunis, l’autre au sud de Paris, le gouvernorat de l’Ariana et le département de l’Essonne se situent en bordure de grandes agglomérations, une similitude géographique qui se double de nombreux points communs : tout deux sont associés à une importante plateforme aéroportuaire et possèdent des pôles d’excellence technologique et universitaire. Ces deux zones urbaines sont également confrontées à des questions sociales comparables, marquées par une forte proximité entre quartiers huppés, quartiers populaires et zones rurales.

"Lorsque nous avons rencontré des représentants du gouvernorat de l’Ariana, en novembre 2012, aux Assises de la coopération décentralisée de Monastir, nous nous sommes rendu compte que nos régions avaient des atouts comparables, mais aussi des problèmes similaires. C’est de là qu’est née l’idée de monter un programme de coopération" explique Romain Colas, vice-président du Conseil général chargé de la coopération décentralisée.

Moins de six mois plus tard, l’élu est de retour en Tunisie au sein d’une importante délégation conduite par le président du Conseil général, Jérôme Guedj. Pendant trois jours, les élus de l’Essonne multiplient les rencontres et les échanges avec les représentants de l’Ariana. Objectif : jeter les bases d’un protocole d’accord de coopération décentralisée.


"Apprendre les uns des autres en terme de décentralisation"

"Comme en France ces dernières décennies, la Tunisie sera sans doute amenée à faire une plus large place aux régions et aux communes. La décentralisation, c’est ce à quoi travaillent beaucoup de pays à travers le monde" assure Jérôme Guedj.

"Au Conseil général de l’Essonne, nous avions suivi avec beaucoup d’attention les évènements tunisiens de 2011. Des changements institutionnels sont en cours et, à notre échelle, nous souhaitions nous mettre à la disposition d’une structure régionale tunisienne qui en exprimerait le besoin. Il s’agit d’un apport de savoir faire, de construire des projets communs mais aussi d’apprendre de nos partenaires tunisiens, en profitant de leur phase de réflexion et de construction" poursuit l’élu.

En fonction des attentes et des capacités de chacun, ce rapprochement se traduira, au niveau institutionnel, par des échanges d’expériences et des formations à destination des élus et des personnels, mais également au niveau des entreprises, des centres de recherches ou des associations.

JPEG


Des pistes d’action très concrètes

Sans s’engager sur le futur accord, les élus tracent les grandes lignes des projets de coopération.

Dans le domaine des administrations, les échanges pourraient concerner en premier lieu la planification urbaine, les questions de mixité sociale, le handicap ou encore la gestion des déchets.

Dans le champ économique, la coopération pourrait concerner les technopôles existants dans les deux régions, notamment dans le domaine des technologies de l’information et de la communication (Systematic dans l’Essonne, Elgazala Technopark à l’Ariana), et dans le domaine des biotechnologies (Meditech Santé et le Génopole d’Evry, dans l’Essonne ; Biopôle de Sidi Thabet à l’Ariana).
"Chercheurs et entreprises de nos deux régions ont déjà tissé des liens dans ces domaines et nous voulons les encourager à aller plus loin. La Tunisie peut notamment faire valoir son expertise dans la zone maghrébine. Ensemble, Tunisiens et Français pourraient se tourner vers les marchés algérien, libyen mais aussi vers l’Afrique subsaharienne" imagine le président du département.

Enfin, dans le champ de la société civile, l’accent serait mis sur la citoyenneté et la jeunesse. Jérôme Guedj explique que dans les prochains jours, les 19, 20 et 21 avril 2013, plusieurs jeunes de l’Essonne participeront au Forum de la Jeunesse de Monastir, accompagné de Bruno Piriou, vice-président du Conseil général chargé de la jeunesse. Ensemble, ils échangeront avec de jeunes représentants de la société civile tunisienne.

"L’accord de coopération que nous préparons va donner le coup d’envoi d’échanges techniques et institutionnels, mais pas seulement : tous les acteurs économiques et associatifs qui le souhaitent sont susceptibles de s’y associer. D’ailleurs, nous sommes heureux de constater que beaucoup d’associations et d’entreprises ne nous ont pas attendus pour travailler ensemble !" se réjouit Jérôme Guedj.


Pour aller plus loin

Les Assises de la coopération décentralisée de Monastir, en 2012.

Quelques exemples de projets de coopération décentralisée :

- Hérault/Médenine
- Grenoble/Sfax
- Provence-Alpes-Côte d’Azur/Kasserine
- Saône-et-Loire/Sidi Bouzid

Dernière modification : 04/04/2014

Haut de page