De l’énergie solaire pour l’agriculture tunisienne

Une expérience pilote au bénéfice des agriculteurs du sud

Le 17 novembre 2012, la petite localité d’Om Somaa a accueilli le ministre de l’Agriculture, le gouverneur de Kébili et les PDG de la Société tunisienne d’électricité et de gaz (STEG) et de l’entreprise française Soitec. Ils y ont inauguré une micro-centrale solaire destinée au pompage et l’irrigation d’une palmeraie de 105 hectares ; un projet précieux pour les agriculteurs de la régions : 270 exploitants vont bénéficier de cette source d’énergie autonome.

Le projet est porteur d’innovation : la station d’Om Somaa est la première station tunisienne de production d’électricité photovoltaïque à concentration. Dans ce système, la lumière du soleil est focalisée sur des cellules solaires à haut rendement à l’aide de lentilles de Fresnel, pour une efficacité supérieure aux technologies standard à base de silicium (en savoir plus).

JPEG - 105.9 ko
Le site pilote de Soitec : la palmeraie d’Om Somaa, dans le gouvernorat de Kébili

L’expérience est appelée à faire boule de neige, en Tunisie et ailleurs. À court terme, ces petites unités de production électrique réputées robustes pourraient se multiplier dans les zones isolées et arides. Soitec et ses partenaires ont d’ailleurs annoncé leur intention de mettre en service quatre nouvelles unités dans le gouvernorat de Kébili d’ici fin 2012.

JPEG


Le fruit de partenariats locaux et internationaux

Au niveau local, l’entreprise française travaille en collaboration avec la STEG, un groupement de développement agricole, la société tunisienne Solar Energy Systems et les entreprises régionales de génie civil.

Au niveau national, cette expérience constitue la première étape de l’accord de coopération signé en juillet 2011 entre Soitec, la STEG et le Commissariat français à l’énergie atomique et aux énergies alternatives (CEA) pour le développement de la filière solaire tunisienne.

Le projet a d’ailleurs attiré l’attention des bailleurs publics. Il est financé par le ministère français de l’Économie et des Finances à hauteur de 240.000 euros, dans le cadre du Fonds d’études et d’aides au secteur privé (FASEP), un programme de dons destiné à appuyer des projets pilotes et des technologies innovantes dans les pays émergents.

Le recours au FASEP s’est récemment intensifié en Tunisie, avec le lancement de plusieurs études de faisabilité pour des investissements dans les énergies renouvelables (photovoltaïque mais aussi éolien) : au total, depuis janvier 2011, près de 2M d’euros ont été accordés par le FASEP, soit presque autant que les dons octroyés au cours des cinq années précédentes.

JPEG - 92.1 ko
Le directeur de la STEG et le fondateur de Soitec devant la première station tunisienne de production d’électricité photovoltaïque à concentration.

Un soutien global au développement des énergies renouvelables en Tunisie

Cette inauguration s’inscrit aussi dans un cadre plus large de soutien à la transition énergétique en Tunisie et notamment au Plan solaire tunisien (PST), élaboré en 2009 et appuyé par le ministère français de l’Écologie, du Développement durable et de l’Énergie. Ce plan bénéficie également de financements de la Banque européenne d’investissement (BEI).

S’ajoute à cette coopération un important budget débloqué par l’Union européenne à travers le Programme environnement énergie (PEE), signé en décembre 2008 : 33 M€ sont destinés à la transition énergétique tunisienne (ligne de crédit bonifiée, appui au Fonds national pour la maîtrise de l’énergie (FNME), appui au Fonds de dépollution (FODEP) et renforcement du ministère tunisien de l’Environnement et de ses agences)...

Enfin, complément de ces appuis au secteur public, UBIFRANCE travaille à développer les échanges franco-tunisiens dans la sphère privée. L’agence a organisé deux missions successives en décembre 2011 et février 2012, en partenariat avec les pôles de compétitivité DERBI, Capenergies, TENERRDIS et l’IMEDER et l’Ecopark de Borj Cedria pour la partie tunisienne. Chacune de ces manifestations a mobilisé une quarantaine d’entreprises françaises sur les problématiques des énergies renouvelables. Les entreprises innovantes et les laboratoires de recherche des pôles ont présenté leurs activités et leurs projets innovants dans le domaine de l’énergie solaire et de l’efficacité énergétique mais aussi les attentes françaises en termes de partenariats technologiques franco-tunisiens.

Les 5-7 décembre 2012, un forum méditerranéen, adossé au salon Energaïa de Montpellier, s’est focalisé sur les enjeux économiques des marchés des énergies renouvelables en Tunisie, au Maroc et en Algérie.

JPEG - 189.2 ko
Soitec et ses partenaires ont annoncé leur intention de mettre en service de nouvelles unités dans le gouvernorat de Kébili

Dernière modification : 24/10/2016

Haut de page