Développement de la région de Dougga


Le projet "FSP Dougga et sa région"

Le FSP "Dougga" est un projet de coopération franco-tunisienne de grande envergure qui a permis au ministère tunisien de la Culture - à travers l’Institut national du patrimoine - et au Service de coopération et d’action culturelle de l’Ambassade de France, de sauvegarder et de mettre en valeur le site archéologique de Dougga en utilisant le patrimoine culturel tunisien comme outil de développement économique social et culturel, au niveau local et régional.

Ce projet a été mené à bien grâce au Fonds de solidarité prioritaire dont la vocation consiste à financer, par dons uniquement, l’appui apporté par le ministère français des Affaires étrangères aux pays de la zone de solidarité prioritaire (ZSP) en matière de développement institutionnel, social, culturel et de recherche.


Moyens mis en œuvre

Le projet a bénéficié d’un financement de 2 500 000 euros.

Après une période de mise en place de deux ans, il a débuté en mars 2003 et pris fin en décembre 2007.

Il s’est décliné en quatre composantes :
- amélioration physique du site (1 720 000 euros),
- formation et gestion du site (140 000 euros),
- appui au développement local (475 000 euros),
- et administration du projet (165 000 euros).


Réalisations

Les réalisations issues de ce projets sont principalement :

- une réflexion pour l’émergence et l’organisation du tourisme culturel en Tunisie,
- des études préalables à la préservation et à l’aménagement du site (PPMV),
- des études préalables à la construction d’un centre d’interprétation,
- l’évaluation de la stabilité du Capitole,
- l’analyse et la modélisation des principaux monuments du site,
- la couverture photographique professionnelle du site,
- une action de formation à l’entretien et à la restauration des vestiges archéologiques,
- une formation à la création artisanale,
- un appui à la création d’entreprises artisanales,
- la création d’un site internet.


Développement de l’artisanat local

Les objectifs de soutien à l’artisanat local ont été pris en charge dans le cadre du projet "Made in La Goulette" qui a bénéficié de 40 000 euros :

- Formation éclair, en quatre mois de véritables créateurs ayant pris conscience :

  • du potentiel patrimonial de la région de Dougga :
    • dans le domaine agricole (grenade, production traditionnelle de le région de Teboursouk),
    • sur le plan historique (Rome, Carthage, influences ottomanes et andalouses),
    • des atouts que représente le site archéologique de Dougga,
  • mais aussi de leur propre potentiel de créativité ;

- Utilisation de matériaux et de techniques simples et peu coûteuses (bois, tissus, broderie, pierre, peinture, matériaux de récupération), sans outillage lourd ;

- Exploration du marché (objets décoratifs, souvenirs, articles pour enfants, jeux de société) mettant l’accent sur l’universalité de l’objet artisanal ;

- Placer le patrimoine au cœur de la création artisanale, plutôt que la technique ;

- Fixer une population jeune dans la région et la pousser à la création de micro-entreprises, individuelles ou en association ;

- Favoriser les partenariats ;

- Responsabiliser le jeune artisan dans son entreprise.

JPEG


Remise de diplômes à Téboursouk

30 jeunes gens sélectionnés parmi les 70 candidats présentés par les autorités locales de Téboursouk et l’Union nationale des femmes tunisiennes (UNFT) ont bénéficié d’une formation dans le cadre du projet "Made in La Goulette".

La formation dispensée a couvert les domaines suivants :
- techniques artisanales,
- complément juridique,
- notions de marketing,
- notions de gestion.

Bilan de la formation :
- 15 artisans formés,
- création de deux entreprises regroupant six jeunes gens au total. Les statuts ont été déposés.

Le 18 janvier 2008 à Teboursouk, les participants à la formation ont reçu des trousses à outils, leurs attestations et leurs diplômes ainsi que les statuts des entreprises, au cours d’une cérémonie couverte par la presse nationale, en présence du Service de coopération et d’action culturelle de l’Ambassade de France, de l’Office national de l’artisanat et des autorités locales.

JPEG - 9.4 ko
Remise des diplômes à Teboursouk

Perspectives :
Ces nouveaux artisans bénéficieront d’un accompagnement jusqu’au Salon de la création artisanale prévu en mars 2008.

Dernière modification : 24/10/2016

Haut de page