Discours de départ de M. François Gouyette

Réception de départ – 5 septembre 2016
Discours de l’ambassadeur de France, M. François Gouyette

JPEG

Mesdames et Messieurs les ministres,
Mesdames et Messieurs les députés,
Mesdames et Messieurs les ambassadeurs,
Tunisiens et Français,
Chers amis,

C’est avec une vive émotion que mon épouse Halima et moi-même vous accueillons, pour la dernière fois, et à la veille de notre départ, à la Résidence de France. Je voudrais remercier chacune et chacun d’entre vous pour sa présence, ici ce soir, et vous dire combien je suis heureux de partager ces derniers moments avec vous.

***

Cela aura été, je l’ai dit souvent mais c’est vrai, à la fois un honneur et un privilège de représenter la France ici, de servir la relation entre nos deux pays, dont les intérêts, les peuples et les destins sont durablement et intimement liés, et où les visites et les échanges bilatéraux sont si nombreux. J’ai également beaucoup appris, dans cette période cruciale pour la Tunisie, fascinante à observer, à analyser, et à accompagner, au nom de la France.

J’ai, comme vous le savez, pris mes fonctions à la veille de l’attaque contre l’ambassade américaine, en septembre 2012. Je me souviens ensuite d’une longue période émaillée de violences, à travers notamment les assassinats politiques de l’année 2013, dans le pays qui portait, pourtant, les plus grands espoirs de la région. Ce climat tendu aura profondément marqué la première partie de mon séjour. La menace terroriste aura également lourdement éprouvé la Tunisie et la France au cours de l’année 2015, ainsi qu’en 2016, lors d’attentats effroyables qui nous ont tous profondément marqués et endeuillés.

A l’inverse, le lancement du dialogue national est sans doute l’un des souvenirs les plus heureux de mon passage en Tunisie. Une sortie de crise se dessinait enfin, un mécanisme de dialogue tuniso-tunisien se mettait en place, sans aucune médiation internationale, et nous reprenions espoir dans le processus de transition ! Ma joie fut grande lorsque le comité Nobel décida d’en récompenser les principaux acteurs : ce prix Nobel de la paix 2015 a rappelé à chacun des diplomates déjà en poste en Tunisie en 2013 combien le soulagement fut grand pour tous à cette époque, comme l’admiration que nous éprouvions alors pour nos amis tunisiens. Je me suis senti, enfin, particulièrement chanceux d’avoir pu assister à l’adoption de la nouvelle constitution, à la tenue des premières élections libres et démocratiques du pays, à l’instauration de la deuxième République tunisienne.

***

Je sais que je quitte la Tunisie à l’aube d’une nouvelle période. Le chemin parcouru est immense, mais les défis qu’il reste à relever le sont tout autant : il s’agit désormais de satisfaire les attentes économiques et sociales qui se sont exprimées en 2010 et 2011, de parachever la démocratie et l’Etat de droit, de redresser l’économie et de créer des dynamiques de développement plus égalitaires, de lutter pour la sécurité dans l’environnement régional difficile. Je souhaite, à cet égard, plein succès au nouveau gouvernement de M. Chahed.

La France continuera d’être mobilisée aux côtés de la Tunisie, notamment pour l’accompagner dans les grands rendez-vous de la rentrée. A commencer par la conférence internationale des bailleurs et des investisseurs « Tunisia 2020 », qui se tiendra à Tunis fin novembre et dont la France souhaite l’entière réussite.

***

JPEG

Je tiens, enfin, à remercier l’ensemble des personnes présentes, ici, ce soir, pour la qualité et la richesse de nos échanges. Ils ont nourri, tout au long de mon séjour, ma connaissance de ce pays, mes observations et mes analyses de la situation politique, économique et culturelle de la Tunisie.

Je me tourne également vers l’ensemble de mes collaborateurs, qui ont œuvré, à mes côtés, au cours des quatre années passées, dans les différents services rattachés à l’ambassade, pour mettre en œuvre les actions de coopération qui contribuent, aujourd’hui, au dynamisme de la relation franco-tunisienne. Certains sont déjà partis, et j’ai ce soir pour eux une pensée amicale. Ce fut un réel plaisir de travailler à leur côté et de conduire, avec leur aide, la politique de la France en Tunisie.

Dans tous les domaines, nous avons œuvré, ensemble, pour approfondir et dynamiser la coopération entre la France et la Tunisie, que ce soit la coopération de défense et de sécurité, l’aide publique au développement ou encore la mobilisation de nos entreprises françaises pour qu’elles puissent apporter leur contribution à la reprise de la croissance et à la création d’emplois en Tunisie. Nous n’avons cessé de marquer notre pleine disponibilité auprès de nos partenaires tunisiens pour leur fournir notre aide et notre expertise dans la consolidation de l’Etat de droit et le parachèvement de l’architecture institutionnelle et l’organisation administrative du pays. Nous avons aussi su maintenir à un haut niveau d’ambition nos échanges culturels, artistiques, scientifiques et universitaires.

Je tiens à vous dire combien je suis fier des avancées accomplies et des résultats obtenus dans tous ces secteurs, dont nous avons été, collectivement, les artisans.

***

Mesdames et Messieurs les ministres,
Mesdames et Messieurs les députés,
Mesdames et Messieurs les ambassadeurs,
Mes chers compatriotes, mes chers amis,

A la veille de notre départ vers de nouveaux horizons, c’est donc avec un pincement au cœur que mon épouse et moi-même quittons un pays que nous avons tant aimé ; c’est aussi avec la satisfaction que nous procure tout ce qui a été accompli durant ces quatre dernières années ; et c’est enfin avec beaucoup d’espoir et de confiance en l’avenir de la Tunisie et en celui de la relation bilatérale.

Le nouvel Ambassadeur de France, mon ami, M. Olivier Poivre d’Arvor, prendra ses fonctions dès le lendemain de mon départ, le 11 septembre. Je lui souhaite le meilleur et je sais que je laisse la relation bilatérale franco-tunisienne entre de bonnes mains. Je sais qu’il a pleinement conscience de l’enjeu que représente, pour notre pays, pour la région et pour l’Europe, la pleine réussite de la Tunisie.

Je renouvelle à tous mes remerciements pour votre présence ici, et vous dis à bientôt peut-être, sous d’autres cieux.

Vive la France, vive la Tunisie, vive l’amitié franco-tunisienne !

Dernière modification : 12/10/2016

Haut de page