"Eau Secours !", une soirée pour frapper les esprits

Le 28 mars 2014, François Gouyette a ouvert une soirée consacrée aux enjeux de l’eau en Tunisie et organisée par l’Agence française de développement (AFD), avec le soutien de l’Institut français de Tunisie (IFT).


Rareté de l’eau en Tunisie

Cette soirée artistique a débuté par une présentation des enjeux de la rareté de l’eau en Tunisie et des réponses qui y sont apportées pour assurer le développement économique et social du pays.

L’ambassadeur de France a inauguré la soirée. Pour François Gouyette, "la Tunisie est un pays qui a su, depuis l’Antiquité, défier la rareté de l’eau. Cependant, les défis actuels sont multiples et la couverture des besoins devient un enjeu national".
"L’AFD accompagne depuis maintenant plus de vingt ans la Tunisie et la France entend rester pour elle un partenaire de référence sur ces dossiers" a t-il précisé.

JPEG - 89.6 ko
François Gouyette inaugure la soirée.


Cyrille Berton, directeur de l’AFD de Tunis, a présenté les actions financées par l’Agence afin d’améliorer les conditions de vie des populations rurales, précisant que l’AFD a mobilisé 93 millions d’euros en faveur de l’amélioration de la desserte en eau potable.

Pour Mounir Majdoub, secrétaire d’État au Développement durable, "la pénurie d’eau n’est pas une nouveauté en Tunisie. Cependant, ce n’est pas l’eau qui est le défi majeur, mais la manière dont elle est utilisée. L’agriculture n’est pas encore arrivée en Tunisie à maitriser convenablement la ressource en eau, que ce soit en matière d’irrigation ou en matière de choix de cultures grandes consommatrices", comme les dattes ou la tomate.

JPEG - 73.7 ko


Selon Hédi Bel Hadj, PDG de la Société nationale d’exploitation et de distribution des eaux (SONEDE), "en Tunisie, pays en stress hydrique, 100% de la population urbaine a accès à l’eau par des dessertes individuelles". Il précise cependant que la pénurie d’eau est "un réel danger et un défi majeur" mais la SONEDE peut encore "assurer l’alimentation en eau jusqu’à 2030 sans trop de soucis".

Abdessamad Ben Farhat-Boubaker, agriculteur et président du groupement de développement agricole (GDA) Tobias-Utique (Gouvernorat de Bizerte) expose la vocation d’un GDA : "gérer l’accès à l’eau, fournir cette ressource en quantité suffisante aux agriculteurs et entretenir les réseaux de distribution".

Pour lire l’intégralité du discours de François Gouyette, cliquez ICI.
Pour visualiser l’intervention de François Gouyette, cliquez ICI.


Échanges entre les acteurs de l’eau et le public

Le public présent dans la salle a ensuite été invité à débattre sur les questions liées à la rareté et à la distribution de l’eau en Tunisie, notamment dans les régions les plus défavorisées du pays.

Ne disposant que de 450 mètres cube par personne et par an, la Tunisie est l’un des pays les moins pourvus en eau de la planète et ses réserves devraient encore s’amenuiser d’ici 2030 du fait de l’augmentation de la population et du changement climatique.

JPEG - 88 ko
Le public est venu en grand nombre pour la soirée.


La Tunisie est également marquée par une disparité importante de la disponibilité en eau entre les régions du Nord et du Sud : 80% des ressources en eau de surface sont situées au Nord du pays et une importante partie des eaux souterraines du Sud sont saumâtres ou ne sont que partiellement renouvelables.

Le public est revenu sur les problèmes de mobilisation de l’eau et sur les économies à réaliser dans le domaine de l’agriculture. La question de la sensibilisation de la population face aux menaces de pénurie s’est imposée.


Une création chorégraphique pour communiquer et sensibiliser

Pour la réalisatrice et chorégraphe Nawel Skandrani, la préservation de l’environnement de notre planète est bien plus qu’un devoir, une urgence...

La création chorégraphique et musicale "Eau Secours !" est ainsi le fruit du travail d’artistes-citoyens soucieux d’utiliser l’art comme moyen de communication esthétique, pédagogique et ludique, en faveur de la préservation des ressources naturelles.

JPEG - 41.8 ko

Ce spectacle multidisciplinaire associe la danse contemporaine aux arts visuels, à la musique et à la parole, pour créer une série de personnages venus de différents pays qui racontent leur rapport à l’eau et l’importance de la préserver.

L’Institut français de Tunisie a soutenu la totalité de la tournée du spectacle "Eau Secours". Pour en savoir plus, cliquez ICI.


Le rôle de l’AFD en faveur de l’eau

L’AFD est présente depuis 20 ans en Tunisie. L’accès à l’eau et l’assainissement constituent l’un de ses axes d’intervention. L’agence a engagé près de 1,85 milliards d’euros de financements pour améliorer l’accès de tous à l’eau potable, promouvoir une gestion efficace de l’eau agricole et réduire la pollution hydrique.

Accès de tous à l’eau potable

L’AFD s’emploie à améliorer l’accès à l’eau des populations rurales. Depuis plus de 16 ans, elle a ainsi mobilisé 93 millions d’euros en faveur de la desserte en eau potable par la SONEDE. Ces financements ont permis à plus de 300.000 Tunisiens d’avoir un accès amélioré à l’eau potable.

Depuis 2001, l’AFD a également mobilisé 65 millions d’euros en faveur de la sécurisation de l’alimentation en eau potable des foyers tunisiens en participant au renforcement des conduites de transfert, à la construction et à la réhabilitation des stations de traitement et de pompage et à la réduction des pertes liées à l’entretien du réseau.

JPEG - 79.7 ko
Cyrille Berton et François Gouyette à la soirée "Eau Secours !".

Nécessité d’une gestion efficace de l’eau agricole

Afin de contribuer à la gestion rationnelle de l’eau, ressource rare et vitale dont 80% des réserves nationales sont utilisées pour l’agriculture, l’AFD investit en faveur de la gestion intégrée des ressources en eau :

- infrastructures de mobilisation de l’eau à usage agricole, construction et réhabilitation de périmètres irrigués,
- promotion d’une bonne gestion de ces périmètres et de la ressource hydrique,
- mise en œuvre d’actions de conservation des eaux et des sols.

JPEG - 78.7 ko
Cyrille Berton explique les actions de l’AFD en faveur de la Tunisie.

Réduire la pollution hydrique

La préservation de l’eau passe également par la lutte contre les pollutions générées par les activités humaines. L’AFD appuie l’Office national de l’assainissement (ONAS) en contribuant à l’amélioration des infrastructures de dépollution et des systèmes d’assainissement des quartiers populaires ou des zones rurales à l’intérieur du pays. Les projets en cours, mis en œuvre par l’AFD en faveur de l’ONAS, représentent 190 millions d’euros.

L’AFD, à travers le Fonds français pour l’environnement mondial (FFEM) soutient les actions relatives à la gestion des pesticides agricoles et à la promotion des bonnes pratiques d’utilisation de ces produits.

Dernière modification : 30/06/2016

Haut de page