Éric Besson visite le pôle El Gazala

VISITE DE M. ÉRIC BESSON,
MINISTRE CHARGÉ DE L’INDUSTRIE, DE L’ÉNERGIE ET DE L’ÉCONOMIE NUMÉRIQUE,
AU TECHNOPÔLE "EL GAZALA"

(Tunis, le 4 juillet 2011)

Lors d’un déplacement en Tunisie, le 4 juillet 2011, le ministre chargé de l’Industrie, de l’Énergie et de l’Économie numérique Éric Besson a rencontré au technopôle El Gazala des acteurs tunisiens et français dans le domaine des TIC.

JPEG - 61.4 ko
Pôle El Gazala des technologies de la communication

Intervention de M. Éric Besson

Monsieur le Ministre, cher Adel Gaaloul,
Monsieur l’Ambassadeur,
Monsieur le directeur général du Technoparc d’El Gazala,
Mesdames et Messieurs les présidents et directeurs,
Chers amis,

Je me réjouis de vous retrouver ici au Technoparc El Gazala qui représente l’excellence tunisienne dans les technologies de l’information et de la communication.

La France, nous l’avions évoqué dès notre première rencontre, veut que le secteur du numérique soit au cœur de sa coopération avec la Tunisie nouvelle parce que :

- Nous partageons la même conviction que l’économie numérique est un formidable levier de croissance et d’emplois, notamment pour les jeunes diplômés. C’est aussi une opportunité pour le développement régional et le rééquilibrage territorial ;

- Avec ses écoles, ses centres de recherche et ses entreprises, certaines parmi les plus performantes, la Tunisie dispose de tous les atouts pour devenir un pôle de référence dans la zone euro-méditerranéenne.

- Nos deux pays présentent toutes les complémentarités pour constituer une véritable filière tuniso-française, franco-tunisienne, de l’industrie et des services numériques.

C’est pourquoi nous avons ensemble décidé d’agir dans deux directions :

La première, c’est de coopérer pour former les très petites entreprises et les PME tunisiennes à l’usage des technologies de l’information et de la communication. Nous allons signer dans quelques instants un accord pour adapter en Tunisie l’expérience française, que nous considérons nous, dans notre pays, réussie, du "passeport pour l’économie numérique". L’objectif est d’optimiser la croissance des petites entreprises, des TPE comme on dit, et des moyennes entreprises, les PME, en les inscrivant dans cette croissance dynamique de l’économie d’internet. Par exemple, le e-commerce pourrait offrir de nouvelles opportunités aux artisans tunisiens ou encore au développement du tourisme rural qui, chez vous, a des potentialités de développement importantes.
Il ne s’agit pas, évidemment de faire, entre guillemets, du « copier-coller ». La Tunisie devra s’approprier le "passeport pour l’économie numérique" pour développer son propre modèle.

Le deuxième point c’est que nous allons appuyer nos entreprises du logiciel libre dans leurs projets conjoints de nouveaux services numériques.
Le 9 mai dernier, cela a été évoqué, nous avons mis en place un groupe de travail, qui associe les deux fédérations tunisienne et française du logiciel libre et de l’open source. Je veux saluer le travail accompli par les présidents, qui viennent de s’exprimer. Merci à Alexandre Zapolsky et à Saïd el Ouerghi, pour le travail, qu’ils ont fait dans des délais très courts.

Sur la base de leurs recommandations, nous avons décidé de mettre en œuvre trois actions :

- Organiser début octobre en Tunisie les premières rencontres franco-tunisiennes du logiciel libre.

- Faciliter la mobilité circulaire et la formation professionnelle des jeunes diplômés tunisiens dans les entreprises françaises, avec l’objectif d’un retour des compétences dans le pays d’origine.

- Encourager des réponses conjointes des entreprises tunisiennes et françaises aux appels à projets lancés dans le cadre de la politique française des pôles de compétitivité.

Ces trois actions font l’objet du 2ème accord que nous signerons, avec Adel Gaaloul, dans un instant. Le nouveau partenariat entre nos deux pays bénéficiera également des coopérations existantes entre les pôles de compétitivité français, les technopôles tunisiens et nos grandes écoles. Je voudrais citer tout particulièrement le pôle Systematic de Paris-Région, les écoles françaises de l’Institut Telecom, l’École supérieure de communication de Tunis "Sup’Com" et, bien sûr, le technoparc El Gazala, qui nous accueille ce matin.

Voila, je suis une nouvelle fois ravi d’avoir pu travailler ici avec vous. Je pense que ces deux accords, dont la signature va avoir lieu dans un instant, sont une nouvelle étape sur la voie de ce que nous allons faire ensemble. Merci beaucoup Adel.

Intervention de M. Adel Gaaloul, secrétaire d’État chargé de la Technologie

Monsieur le Ministre, cher ami de la Tunisie, cher ami de l’économie numérique dans le Bassin méditerranéen,
Monsieur l’Ambassadeur,
Chers collègues français, tunisiens,

Au nom du gouvernement tunisien, je voudrais vous adresser, Éric, mes remerciements, pour l’accueil que vous m’avez réservé à Paris où nous nous sommes entendus sur un certain nombre d’axes de développement. Et voila, à peine deux mois après, nous sommes à Tunis, pour concrétiser ces lignes d’actions.

Entre la Tunisie et la France, la coopération est de longue date. Nous sommes deux pays amis, deux pays qui ont su développer une économie partagée, en particulier, dans le domaine des TIC. Ici, cet établissement a l’habitude de la coopération avec des technopôles et des pôles de compétitivité français. Les entreprises françaises ont contribué au développement de cette coopération.
Nous avons aussi chez nous un opérateur français, Orange, pour lequel nous avons beaucoup d’intérêt. Nous pensons que cette entreprise va se développer dans le futur, de manière très importante.

Monsieur le ministre, récemment à Paris et aujourd’hui en Tunisie, nous allons concrétiser notre programme de collaboration autour de deux axes :

- le renforcement des compétences des TPE, PME, à travers lequel nous voudrions développer le marché des TIC. Dans ce segment de marché, l’expérience française probante est tombée à pic pour nous, parce qu’il fallait dynamiser ce marché. Pourquoi ? Parce que nous avons besoin de développer de manière équitable, équilibrée, les régions de la Tunisie. Et nous pensons que cela ne peut se faire qu’à travers la dynamisation régionale de ce marché.

Nous avons besoin, Monsieur le ministre, de promouvoir réellement les TIC dans toutes les régions de Tunisie et d’instaurer un marché dans ce domaine. Pour cela, nous allons suivre un plan d’action pour l’économie numérique qui est en cours de réflexion aujourd’hui. La première ébauche a été réalisée. D’ores et déjà, je peux vous dire qu’il y a trois axes dans cette approche, en particulier envers les TPE, PME :

- Renforcer les infrastructures à travers le réseau, le réseau des technopoles mais surtout le réseau des cyberparcs. Nous comptons, dans notre programme pour 2011 et 2012, créer 150 000 m², pour héberger des entreprises. Cela, c’est le premier point.

- Le deuxième point va consister à renforcer et développer les écosystèmes des TIC, en particulier à travers l’initiative que nous allons signer aujourd’hui, pour le renforcement des compétences des entreprises. Mais nous comptons aussi mettre à niveau les entreprises TIC dans les régions pour leur permettre, à travers des offres concrètes et pertinentes, de répondre à cette demande que nous allons stimuler au niveau régional.

- Enfin, nous considérons que l’administration, dans cet effort formidable de mise en place de la démocratie, doit adopter de grands programmes d’informatisation en vue d’améliorer la transparence, dans le but d’instaurer une nouvelle forme d’administration ouverte, qui permette aux citoyens de participer activement à toutes les prises de décisions.

Je crois que ces trois axes vont développer cet écosystème TIC dans les régions.

Je compte beaucoup, Monsieur le ministre, sur l’expérience du Centre d’études et de formation des assistants techniques du commerce, des services et du tourisme, le CEFAC, sur le Centre d’études, de formation et de documentation sous tutelle du secrétariat d’État aux TIC, le CIFOTCOM, la direction générale de la mise à niveau, la direction générale des PME au ministère de l’industrie, l’UTICA (Union tunisienne de l’industrie, du commerce et de l’artisanat), INFOTICA (Chambre nationale des sociétés de services et d’ingénierie informatique) et d’autres partenaires que j’oublie peut-être ou qui seront identifiés pour le déploiement du passeport numérique.

Je compte aussi beaucoup sur les associations des professionnels du logiciel libre, de part et d’autre de la Méditerranée, qui vont œuvrer ensemble pour développer les compétences, pour qu’en Tunisie, très rapidement, se mette en place une véritable économie du logiciel libre, aussi bien pour répondre au marché tunisien, mais également au marché méditerranéen.

Je ne manquerai pas, de remercier, Monsieur le ministre, votre équipe, mais aussi, l’équipe de l’Ambassade de France qui a contribué fortement à la préparation de l’ensemble des documents que nous allons signer tout de suite. Je ne manquerai pas non plus de remercier mon équipe, et tous les amis et partenaires qui sont là pour assister à cette cérémonie.

Merci encore une fois, Monsieur le ministre, pour cette visite, très fructueuse.

Dernière modification : 07/07/2011

Haut de page