Formation professionnelle : les acteurs, les approches, les projets

Construction de centres de formation, appui aux organismes de formation tunisiens, formation à distance… la coopération dans le domaine de la formation professionnelle concerne des projets variés dans tous les secteurs d’activité de l’économie tunisienne.

Un dossier pour comprendre les acteurs, les approches et les projets.


Acteurs, bailleurs et cadres juridiques

Accéder directement à la page consacrée aux acteurs de la coopération dans le domaine de la formation professionnelle.

Résumé :

- Tour d’horizon des différents acteurs de la coopération dans le domaine, avec pour chef de file, côté français, l’Agence française de développement (AFD), l’Institut français de Tunisie (IFT) ou encore l’Association nationale pour la formation professionnelle des adultes (AFPA). Principaux bénéficiaire de ces actions : le ministère tunisien de la Formation professionnelle et de l’Emploi, à travers ses agences et ses centres de formation, à Tunis et dans les régions.

- Liste des organisations syndicales, patronales ou sectorielles apportant leur expertise sur des projets, contribuant à la concertation entre les structures de formations et les acteurs économiques tunisiens et français.

- Les principaux bailleurs de fonds et l’Accord cadre relatif à la gestion concertée des migrations et au développement solidaire signé en 2008.

JPEG


Les projets

Voir la page consacrée aux projets de la coopération dans le domaine de la formation professionnelle.

Résumé :

- La formation professionnelle destinée aux jeunes :
Plus de 25 centres de formations subventionnés par l’AFD, quatre nouveaux projets en cours, des écoles et des centres de formations centrés sur des besoins ponctuels (la conservation du patrimoine, le textile...), des incitations financières à l’embauche d’apprentis...

- La France contribue également à la formation de formateurs et au renforcement des agences de formation tunisiennes, notamment à travers des missions de conseil et d’expertise.

- Dans le domaine de formation continue, la coopération française repose sur le Conservatoire national des arts et métiers (CNAM) et des opérations menées dans le cadre de la coopération décentralisée.

- De nouvelles coopérations ont vu le jour dans le but d’accompagner la Tunisie dans la phase de transition démocratique, en renforçant par exemple les formations et les échanges d’expertise dans le domaine des médias ou de la magistrature.


Former utile : une approche basée sur la concertation

Voir la page consacrée à l’approche choisie par la coopération dans le domaine de la formation professionnelle.

Résumé :

Les acteurs de la coopération franco-tunisienne poursuivent un double objectif :
- que les entreprises installées en Tunisie trouvent sur place les compétences dont elles ont besoin,
- que les jeunes qui sortent d’un cursus de formation professionnelle trouvent rapidement un employeur.

Le rapprochement entre les sphères publiques et les acteurs économiques est l’une des clefs pour atteindre ce double objectif, en permettant de cerner avec précision les besoins des entreprises et les évolutions du marchés du travail.

Et c’est dans le but de pérenniser cette démarche faite de concertation entre acteurs publics et privés que les programmes de coopération cherchent à impliquer de façon croissante les syndicats et les organisations professionnelles.

Il s’agit aussi de valoriser les savoir faire développés en Tunisie à un niveau international, un élément clef de la compétitivité des entreprises et de l’insertion du pays dans le marché mondial.

JPEG


Pour aller plus loin

- Présentation du dossier sur la formation professionnelle
- Acteurs, bailleurs et cadre de la coopération
- "Former utile" : concertation, implication du secteur privé.
- Les projets en détail
- Inauguration du Centre de formation professionnelle Ibn Sina (17 avril 2014)

Dernière modification : 27/02/2015

Haut de page