Gendarmerie et police : direction de la coopération internationale

Service de sécurité intérieure de Tunis

Le SSI de Tunis comprend un Attaché de sécurité intérieure, le colonel de gendarmerie Philippe OTT, et un officier de liaison, le commandant de police Olivier ROSSO.

Adresse : 2, place de l’Indépendance - 1000 Tunis RP
Tél : (00 216) 71 105 142
Fax : (00 216) 71 105 194

Colonel de gendarmerie Philippe OTT
Attaché de sécurité intérieure

Commandant de police Olivier ROSSO
Officier de liaison

Missions du Service de sécurité intérieure

Conseiller de l’ambassadeur pour toutes les questions relatives à la sécurité intérieure ainsi que celles relevant des différents services du ministère de l’Intérieur, l’attaché de sécurité intérieure (ASI) anime et coordonne la coopération bilatérale de sécurité et de gouvernance ainsi que la coopération multilatérale, en particulier dans leurs aspects techniques, opérationnels et institutionnels.

L’ASI dispose du statut diplomatique et met en œuvre la coopération définie par le ministre de l’Intérieur, en cohérence avec les orientations générales de notre politique extérieure. Interlocuteur privilégié des autorités de police ou de gendarmerie locales, il est est, dans son poste à l’étranger, le représentant de l’ensemble du ministère de l’Intérieur. Il propose et met en œuvre des programmes de coopération, participe à la mission d’assistance à la communauté française résidente et contribue, par son action, à la sécurité intérieure de la France.

Pour l’exercice de ses attributions, l’attaché de sécurité intérieure peut être secondé par un attaché de sécurité intérieure adjoint et par des officiers de liaison, des experts techniques internationaux, coopérants de la police ou de la gendarmerie nationales, dont il anime et coordonne les activités.

Ses missions conduisent le Service de sécurité intérieure à développer les échanges d’informations opérationnelles avec la police du pays de résidence, notamment en ce qui concerne la criminalité internationale (immigration irrégulière, criminalité organisée, terrorisme, trafic de drogue, d’armes et d’êtres humains…). Il constitue un maillon essentiel de la mise en œuvre des mandats d’arrêts européens. Il participe à l’accompagnement des commissions rogatoires internationales. Il apporte également son concours à la promotion de l’industrie française dans le domaine des équipements de sécurité et prend part à la mission d’assistance à la communauté française résidente. Par son action quotidienne ou dans la préparation d’accords de coopération bilatéraux ou multilatéraux, le SSI contribue directement à la sécurité intérieure de la France.

JPEG - 56.9 ko
Réseau des services de sécurité intérieure dans le monde

Direction de la coopération Internationale (DCI)

Créée le 1er septembre 2010, la direction de la coopération internationale (DCI) est une direction commune à la police et à la gendarmerie nationales. Elle rassemble policiers et gendarmes et applique la stratégie internationale du ministère de l’intérieur. Elle met en œuvre la politique étrangère de la France dans les domaines relevant du ministère de l’Intérieur.

Par leur présence au sein de leurs pays d’affectation, ces policiers et gendarmes assurent un réseau de coopération policière unique au monde, tant par le nombre des postes que par le large champ d’action qu’ils couvrent.

Œuvrant au développement de la coopération entre la France et leur pays d’affectation, les militaires et fonctionnaires français de la DCI ont en charge la protection des citoyens français expatriés ainsi que la protection des intérêts de la France. Leurs actions visent prioritairement à à consolider la sécurité intérieure de la France.

Une réponse internationale aux défis multiples d’un monde en mutation
Pour mieux contrer les diverses menaces qui prennent naissance hors de nos frontières, comme le terrorisme, la criminalité organisée transnationale, les trafics de drogue ou d’armes, la lutte contre l’immigration irrégulière ou la cybercriminalité, la coopération entre pays doit s’accentuer. Afin de mener à bien des coopérations tant bilatérales que multilatérales, la France peut s’appuyer sur son réseau des Services de sécurité intérieure déployé dans 78 ambassades. Ce réseau, composé de 300 policiers et gendarmes, couvre 153 pays. Il est constitué des attachés de sécurité intérieure (ASI), de leurs adjoints, des officiers de liaison, des assistants, des coopérants ou encore d’experts techniques internationaux.

Une mission de coordination et d’animation
La DCI anime et coordonne les coopérations technique, institutionnelle et opérationnelle de la police et de la gendarmerie nationales, à l’exception des questions relevant exclusivement des services de renseignement.

Elle est également chargée de la mise en œuvre de la coopération technique du ministère de l’Intérieur, notamment pour le compte du secrétariat général, de la direction générale de la sécurité civile, de la direction générale des étrangers en France, de la direction générale des collectivités locales et de la délégation à la sécurité et à la circulation routières.

Pour assurer ses missions, la DCI s’appuie sur un échelon central et des services déconcentrés implantés à l’étranger, les services de sécurité intérieure (SSI).

Une quête de cohérence et d’efficacité
La création de la DCI permet de réduire les coûts et d’améliorer les performances en réunissant dans une seule et même structure, les acteurs majeurs de la coopération internationale policière.

JPEG

Coopération France / Tunisie en matière de sécurité intérieure

Quelques exemples de coopérations placées sous la responsabilité du service de sécurité intérieure de Tunis :
- Protection civile : poursuite d’une coopération
- 800.000 euros pour la protection civile tunisienne
- Dons matériels pour la police des frontières tunisiennes

Dernière modification : 02/11/2016

Haut de page