Hélène Conway-Mouret à Tunis

Mme Hélène Conway-Mouret, ministre déléguée chargée des Français de l’étranger, s’est rendue en Tunisie les 14 et 15 janvier 2013. Elle a représenté la France aux cérémonies marquant le deuxième anniversaire de la révolution, parmi les invités du président de la République tunisienne, M. Moncef Marzouki.

Elle s’est entretenue avec le Premier ministre, M. Hamadi Jebali, avec le secrétaire d’État chargé des Affaires européennes, M. Touhami Abdouli, avec le secrétaire d’État chargé de l’Immigration et des Tunisiens à l’étranger, M. Houcine Jaziri, ainsi qu’avec le président de l’Assemblée constituante, M. Mustapha Ben Jaafar, et des députés.


Rencontre avec la communauté française

La visite de Mme Conway-Mouret a également été marquée par une rencontre avec les représentants de la communauté française installée dans le pays.

JPEG

La Ministre a appelé chacun à se mobiliser pour faire face aux défis économiques et politiques qui s’annoncent, évoquant le rôle capital que jouent les entreprises, les associations et le réseau éducatif francophone (lire l’intégralité du discours).


De nouveaux locaux pour le lycée français Pierrre-Mendès-France

Au deuxième jour de sa visite, Hélène Conway-Mouret, s’est rendue au pôle scolaire français de Mutuelleville, regroupant le lycée et le collège Pierrre-Mendès-France. Devant les élèves et les enseignants elle a inauguré les nouveaux locaux dédiés aux enseignements scientifiques ainsi que la nouvelle salle polyvalente, dans un bâtiment de trois étages tout juste sorti de terre.
Cet espace a été pensé comme un carrefour pour les 2000 jeunes qui fréquentent l’établissement.

Au cours des dernières années d’importants travaux de modernisation ont eu lieu dans les établissements scolaires français en Tunisie. La Ministre a expliqué vouloir entretenir cette dynamique, notamment à Sousse et à la Marsa, où de nouveaux chantiers devraient être lancés prochainement.

PDF - 64.4 ko
Cliquez pour lire le discours d’Hélène Conway-Mouret au lycée Pierrre-Mendès-France.

Le réseau d’établissements piloté par l’Agence pour l’enseignement français à l’étranger (AEFE), « est un vecteur privilégié de notre diplomatie culturelle. Il permet de tisser des liens d’amitié et de solidarité, profonds et durables » a souligné Hélène Conway-Mouret. De par ses effectifs, le réseau tunisien de l’AEFE est le cinquième réseau d’enseignement français au monde.

À l’issue de la cérémonie, la Ministre a parcouru les nouvelles installations et a rencontré les représentants du corps enseignants ainsi que les parents d’élèves, avec lesquels elle a discuté des pistes de développement du réseau scolaire français en Tunisie. Son propos : coller au plus près aux réalités vécues par les acteurs de terrain.

JPEG - 99.9 ko

Inauguration de la Maison des associations

Le 15 janvier, toujours à Tunis, Hélène Conway-Mouret a également inauguré la Maison des associations, une structure clef pour animer les échanges entre les sociétés civiles tunisiennes et françaises et soutenir l’essor du tissu associatif local.

Installée rue Ibn Charaf, à deux pas de la place Pasteur, la Maison est une initiative lancée par l’ONG française "Développement sans frontières" (DSF), avec le soutien de l’Institut français de Tunisie (IFT).

JPEG - 76.1 ko
La Maison des associations, à l’angle des rues Ibn Charaf et Mohamed Ali Janah, à deux pas de la place Pasteur (Tunis).
La structure appuie les associations tunisiennes dans leurs projets (formations, mise en réseau, recherche de financements…).

Le lieu est déjà animé : plusieurs structures y ont élu domicile :
- l’antenne tunisienne de France-volontaires, qui accompagne les missions de nombreux volontaires français en Tunisie ;
- l’antenne tunisienne de Solidarité laïque, réseau international d’ONG ;
- le Bureau associations conseil (BAC), une équipe de jeunes volontaires français qui apportent leur appui aux nouvelles associations tunisiennes : formations, aide au montage de leur projet, recherche de financements…

JPEG - 83.3 ko
La Ministre Hélène Conway-Mouret est accueillie par les jeunes volontaires de la Maison des associations.

La Ministre a souligné l’importance de l’engagement de ces jeunes, alors que, depuis 2011, la Tunisie voit éclore une myriade de projets associatifs, de nouvelles structures qui expriment souvent de nouveaux besoins. Ces deux dernières années, la France a soutenu près de 120 associations tunisiennes, pour un montant global de 1.7 million d’euros.

Mme Conway-Mouret a tenu à rappeler l’origine de cette dynamique, en saluant l’importance du partenariat noué entre l’IFT et plusieurs associations tunisiennes, un rapprochement capital dans le succès des forums tuniso-français de la société civile, en 2011 et 2012 (lire l’intégralité du discours).

C’est lors de la première édition de ce forum, au lendemain de la révolution qu’avait été lancée l’idée de la création du Bureau associations conseil (BAC) doublé d’un programme d’échange de volontaires : faire circuler les compétences en envoyant en Tunisie de jeunes professionnels français et en invitant de jeunes tunisiens à vivre une expérience associative en France.


Rencontre avec les correspondants de la presse française

Avant de quitter Tunis, Mme Hélène Conway-Mouret a répondu aux questions des correspondants de la presse française :

« Toute la journée d’hier, j’ai rencontré les associations, les élus, les entrepreneurs. Vous savez, les Français ici sont intégrés. Ce sont des gens qui ont vécu la révolution, qui ne sont pas partis et qui continuent à croire en ce pays. J’ai noté une forme de passion, même, pour certains et une volonté d’être présents pour participer à la construction de la Tunisie de demain. »

JPEG

« Bien sûr, il y a cette impatience que j’ai rencontrée hier au sein de la communauté française et dans le monde économique (…). Deux ans, c’est déjà trop long pour certains qui souhaitent des décisions politiques pour pouvoir avancer, pour pouvoir s’impliquer davantage et que les échanges économique progressent. »

« Certains m’ont dit avoir des stratégies très déterminées et très précises. Ils pensent que le développement de la Tunisie n’attend qu’une résolution politique, avec la mise en place de la Constitution, d’un gouvernement et qu’ensuite tout en découlera. Ils sont confiants quant à l’avenir de la Tunisie parce qu’ils pensent qu’elle possède tous les atouts. Ils sont sur les starting-blocks et ils attendent le coup d’envoi pour se lancer. »

« il y a la réalité des chiffres et de l’engagement de la France. Ces engagements se situent à tous les niveaux, qu’ils soient financiers, qu’ils soient dans les échanges. En Tunisie, il y a 1300 entreprises françaises qui emploient 120.000 personnes. Le budget du service de coopération de l’ambassade de France en Tunisie est environ de 6.000.000 d’euros. La Tunisie continue à être l’un des principaux bénéficiaires des financements de l’Agence française de développement. »

Cliquez ICI pour lire le texte intégral.

Dernière modification : 26/03/2013

Haut de page