Imen, Inès et Fatou, rencontrées au Forum Jeunesse 2013

Imen, Fatou et Inès, Conseil de la jeunesse d’Amiens et de Creil

Elles sont étudiantes en architecture d’intérieur, en droit, en ressources humaines, elles ont moins de 25 ans et… elles sont déjà élues.

Imen vient d’Amiens, Fatou et Ines de Creil, deux villes non loin de Paris dans lesquelles les jeunes femmes siègent au Conseil de la Jeunesse, un dispositif lancé en 2010 par les municipalités. 48 élus à Amiens, 20 à Creil, tous entre 18 et 25 ans, ces jeunes prennent des décisions à part entière et gèrent un budget que leur délèguent les communes.

JPEG

« L’idée est de faire participer les jeunes à la politique de la ville. Nous sommes élus par d’autres jeunes et nous lançons des actions sur des sujets qui nous préoccupent vraiment : les activités culturelles, sportives mais aussi la lutte contre les discriminations, la prévention routière » énumère Ines.

« Même chose à Amiens, reprend Imen, il y a un budget commun, dont l’utilisation est discutée par tous les jeunes élus. On cherche aussi des sponsors privés. On a lancé des cafés-théâtres pour se réunir tous ensemble, inviter d’autres jeunes et discuter de ces questions dans un cadre agréable ».

À ces budgets collectifs s’ajoute un budget que chaque élu gère à titre individuel et qui sert à lancer un projet « qui lui tient particulièrement à cœur ». L’été dernier, Fatou et Inès ont lancé un cycle de cinéma en plein air. « Cela a super bien marché, on en était même étonnées. C’était un vrai défi pour nous » s’enthousiasme Fatou, qui a déjà prévu de renouveler l’expérience l’été prochain… « Si nous sommes réélues ! » Les élections sont dans quelques semaines et elles comptent bien se représenter. D’autant qu’à Monastir leur engagement s’est renforcé.

« Il y avait des personnes marquantes ici » expliquent les trois jeunes femmes, impressionnées notamment par Amira Yahyaoui, fondatrice d’Al Bawsala, la plateforme d’observation des travaux de l’Assemblée constituante tunisienne « Amira, elle dit ce qu’elle à dire. Elle ne se préoccupe pas d’être aimée ou non, on voit qu’elle est très déterminée » explique Fatou « Cela pousse tout le monde à prendre ses engagements vraiment au sérieux, à s’investir ».

JPEG - 39.6 ko
Cliquez pour en savoir plus sur le Forum

Dernière modification : 08/05/2014

Haut de page