Infrastructures et formation professionnelle : deux appuis clefs

En visite en Tunisie, le ministre délégué au Développement Pascal Canfin s’est rendu sur deux importants chantiers appuyés par la coopération française, dans le secteur des transports et celui de la formation professionnelle.


Soutien à la modernisation et l’extension du Métro léger de Tunis

L’ Agence française de développement (AFD) a accordé à la République tunisienne un prêt de 40 M€ pour un programme de modernisation et d’extension du réseau de Métro léger (tramway) de Tunis d’un montant global de 325 M€.

Guidé par plusieurs responsables des transports tunisiens, Pascal Canfin a parcouru quelques kilomètres à bord d’une rame, depuis la station Tunis Marine jusqu’à la station Ennesri, située dans la banlieue sud de Tunis.

JPEG

Le financement de l’AFD a notamment permis l’extension de cette ligne sur une distance de 6,7 km, permettant de desservir des quartiers populaires du sud du Grand Tunis. La population touchée est estimée à 120 000 personnes. Cette ligne et plus largement une partie du réseau sont équipées de rames (Citadis) fournies par Alstom et financées à travers les financements française "Réserve pays émergents" (RPE).

Le programme concerne aussi l’extension d’une autre ligne vers l’Ouest du Grand Tunis (Manouba). Cette ligne est également opérationnelle. La dernière partie du programme concerne des travaux de réhabilitation de la ligne Tunis-Goulette-Marsa (TGM). Outre les financements français, le programme bénéficie aussi d’un financement de la Banque européenne d’investissement.

Cette extension du Métro léger sera bientôt complétée par le Réseau ferré rapide (RFR), projet actuellement en cours de réalisation.
À terme, cinq nouvelles lignes verront le jour, désenclavant plusieurs zones défavorisées du Grand Tunis. Il s’agit de l’un des plus important projet de transport urbain au Maghreb. Il est en partie financé par l’AFD et l’Union européenne.

(en savoir plus sur le sujet).

JPEG - 107.3 ko
Pascal Canfin (à g.) accompagné par les résponsables de plusieurs sociétés de transport public tunisien.

Financement du centre de formation professionnelle de Kabaria

Le centre de formation professionnelle de Kabaria – Ibn Sina est spécialisé dans les métiers de la construction.
En cours de finalisation, le site deviendra le plus grand centre de formation du pays. Ateliers dédiés aux nouveaux matériaux, aux équipements électriques, salles de lecture, salles de classe... Pascal Canfin a pu se rendre compte de l’avancée des travaux, accompagné par Naoufel Jemmali, ministre tunisien de la Formation professionnelle et de l’emploi.

JPEG - 98.6 ko
Pascal Canfin, ministre délégué au Développement et Naoufel Jemmali, ministre tunisien de la Formation professionnelle et de l’Emploi

1200 apprenants sortiront de cette école chaque année avec des diplômes de différents niveau. Ils seront formés aux nouvelles techniques de construction et aux nouveaux matériaux, prenant en compte les techniques les plus récentes en termes d’efficacité énergétique et de respect de l’environnement. "Nous formons à 27 métiers différents, dont certains sont tout nouveaux en Tunisie" témoigne Hamza Elfil, directeur général de l’Agence tunisienne de formation professionnelle.

JPEG - 80.2 ko
Le centre de formation professionnel de Kabaria, dans la banlieue sud de Tunis, devrait ouvrir ses portes en septembre 2013.

Sur un budget total de 23MDT, 14,4MDT ont été mis à disposition du projet par la France dans le cadre du développement solidaire. La somme a servi à la construction et à l’équipement du site. Une partie des enseignants tunisiens sont actuellement en stage de perfectionnement à Strasbourg.

Kabaria est l’un des quatre nouveaux centres de formation professionnelle qui font actuellement l’objet d’une aide de la coopération française, pour un montant total de 17,8M€ (en subvention).

JPEG - 89.8 ko
Les ministres Pascal Canfin et Naoufel Jemmali, accompagnés de plusieurs responsables de la formation professionnelle tunisienne et de leurs partenaires français.

Le soutien financier apporté à ces pôles de formation s’ajoute à celui dont ont déjà bénéficié 24 centres déjà construits ou réhabilités avec le concours de la coopération française, dont la démarche consiste a dialoguer en permanence avec les filières professionnelles, afin d’assurer l’employabilité des diplômés (en savoir plus sur cette approche).

Dernière modification : 24/10/2016

Haut de page