Institut de recherche pour le développement (IRD)

L’activité de l’Institut de recherche pour le développement est centrée sur les relations entre l’homme et son environnement dans la zone intertropicale et méditerranéenne.

JPEG - 19.7 ko
Cliquez pour en savoir plus sur l’IRD Tunisie

Coordonnées

Adresse géographique : 5, impasse Chahrazed - El Menzah 4 - Tunis
Adresse postale : BP 434 - 1004 El Menzah 4 - Tunis
Téléphone : (00 216) 71 750 009 - (00 216) 71 750 783
Télécopie : (00 216) 71 750 254

Représentant de l’IRD : M. Abdelghani CHEHBOUNI


Des priorités pour favoriser le développement

L’institut de recherche pour le développement (IRD) est un établissement public français à caractère scientifique et technologique qui intervient depuis plus de 65 ans dans les pays du Sud. Il est placé sous la double tutelle des ministères chargés de la Recherche et de la Coopération.

Il remplit trois missions fondamentales :

- la recherche,
- l’expertise,
- et la formation.

L’IRD est présent en Afrique, en Asie, dans l’Océan indien, en Amérique latine, dans le Pacifique et en Méditerranée. Ses activités de recherche, d’expertise, de valorisation et de formation ont pour objectif de contribuer au développement économique, social et culturel des pays du Sud. Elles se déclinent autour de six priorités scientifiques :

- lutte contre la pauvreté,
- migrations internationales,
- maladies émergentes infectieuses,
- changements climatiques et aléas naturels,
- ressources en eau et accès à l’eau,
- écosystèmes et ressources naturelles.

À travers l’Agence inter-établissement de recherche pour le développement (AIRD), l’IRD a pour mission de mobiliser les universités et les grands organismes de recherche français et européens sur les priorités de la recherche pour le développement. Les membres fondateurs de l’AIRD sont :

- le Centre de coopération internationale en recherche agronomique pour le développement (CIRAD),
- le Centre national de la recherche scientifique (CNRS),
- la Conférence des présidents d’université (CPU),
- l’Institut national de la santé et de la recherche médicale (INSERM),
- l’Institut Pasteur,
- l’IRD.


Depuis plus de 50 ans en Tunisie

L’IRD est présent en Tunisie depuis 1957 et travaille dans le cadre d’un accord de coopération en matière de recherche scientifique et technologique signé le 19 octobre 2007 pour cinq ans entre l’IRD et le ministère tunisien de l’Enseignement supérieur, de la Recherche scientifique et de la Technologie. Cet accord porte sur la définition, la réalisation et l’évaluation de programmes de recherche conjoints, ainsi que sur leur valorisation, les actions de formation à la recherche et de soutien à des équipes de recherche.

En 2012, l’IRD-Tunisie met à la disposition de ses partenaires tunisiens une vingtaine de chercheurs, ingénieurs et techniciens français issus de l’IRD et d’autres institutions françaises de recherche (CNRS, INRA, INSERM, universités). À cela, s’ajoute un staff permanent administratif et comptable d’agents locaux composé d’une dizaine de personnes. Par ailleurs l’IRD-Tunisie accueille et encadre, via ses chercheurs, une quinzaine de chercheurs, étudiants ou stagiaires tunisiens et français.

L’IRD-Tunisie possède un centre documentaire, une bibliothèque et une salle de visioconférence, mis à disposition pour ses partenaires tunisiens et français.


Programmes de recherche de l’IRD en Tunisie

En Tunisie, l’IRD déploie ses activités de recherche dans les grands domaines suivants :

- l’environnement dans ses relations avec le développement (changement environnementaux, gestion durable des ressources et des écosystèmes),
- la gestion de l’eau, acteurs et usages,
- biologie appliquée à la protection des cultures et aux biotechnologies,
- dynamiques sociales, économiques, identitaires et spatiales,
- nouvelles migrations, mondialisation et co-développement,
- transfert en climat semi-aride méditerranéen des contaminations industrielles et analyse des expositions sur les populations,
- écologie microbienne, écosystèmes lagunaires et écotoxicologie marine,
- transition nutritionnelle et santé humaine en relation avec les changements sociaux et environnementaux.

Cliquez ICI pour en savoir plus sur les programmes en cours.

JPEG - 20.1 ko
Programmes en cours en 2012

Manifestations prévues en 2012

Atelier international : COMETES / COntaminations MEtalliques en Tunisie : environnement et santé - Projet scientifique pilote de Jebel Ressas, Tunisie

Tunis, une journée dans la semaine du 16 au 20 avril – date à confirmer

Organisateurs
- Sylvia Becerra (CNRS),
- Margot Munoz (CNRS-IRD),
- Hassane Mouri (Université de Sfax).

Présentation
Le travail scientifique mené à Jebel Ressas (Tunisie) depuis 2009 et le nouveau contexte politique dans le pays ont ouvert l’opportunité de proposer un atelier de travail avec les agences, les administrations et institutions étatiques et les Organisations non gouvernementales spécialisées dans la santé et l’environnement. L’objectif de cet atelier est de transférer les résultats scientifiques aux acteurs opérationnels et de discuter des modalités de coopération entre les différents partenaires scientifiques et institutionnels pour la mise en place d’une étude épidémiologique sur le site et, à plus long terme, d’un projet de développement durable.

****

Séminaire international : recherches biomédicales transnationales - Éthique de la recherche dans les pays aux économies émergentes ou en développement

Tunis, 23-24 mars 2012

Organisateurs
- Pr Amel Aouij Mrad (Unité de recherches "Santé, éthique, argent" de la Faculté de droit et des sciences politiques de Tunis)
- Michel Doucin, ambassadeur chargé de la bioéthique (France)
- Pr Ben Amar, directeur général de la santé.

Partenaires
- IFT,
- IRD,
- Association internationale droit, éthique et sciences,
- Réseau international francophone de bioéthique,
- Association tunisienne de droit de la santé,
- soutien du gouvernement du Québec.

****

Séminaire international : "Les lagunes de Thau et Bizerte, entre pressions environnementales et gestion durable"

Bizerte, 3 et 4 mai

Organisateurs
- IRD,
- Faculté des Sciences de Bizerte,
- Institut national des sciences et technologies de la mer (INSTM),
- IFT.

PDF - 863.1 ko
Lire le compte rendu

Présentation
Situées à l’interface entre mer et continent, les lagunes côtières sont fréquemment présentées comme des systèmes hautement productifs qui subissent d’importantes fluctuations environnementales et qui présentent une biodiversité remarquable. Ces écosystèmes ont un rôle fondamental en recevant et en piégeant une large fraction des apports naturels ou anthropogènes originaires des bassins versants.

Un accroissement des forçages physiques, chimiques et biologiques y est partout constaté. Les lagunes côtières font parties des zones les plus sensibles et les plus durement touchées par l’anthropisation (PNUE 2007). Un consensus de plus en plus large s’établit autour du processus en cours vers une extinction d’une certaine biodiversité (à définir), fortement liée aux activités humaines et au changement global.

Dans ce contexte, les lagunes méditerranéennes de Thau (façade nord) et la lagune de Bizerte (façade sud) sont de parfaites illustrations des contraintes visant à concilier l’anthropisation croissante et le développement durable des ressources.

L’Unité mixte de recherche de l’IRD "5119 ECOLAG/ECOSYM", autour de sa problématique générale relative aux impacts des pressions anthropiques et climatiques sur le fonctionnement des systèmes marins côtiers, développe des recherches sur la dynamique générale de la lagune de Thau depuis plus de 20 ans (de l’hydrodynamisme à la dynamique des communautés biologiques en passant par les espèces invasives sous l’influence des rejets urbains, agricoles et industriels).

L’INSTM développe en particulier des études visant à mieux comprendre la diversité des espèces pélagiques (poissons) et benthiques (bivalves) dans les lagunes de Tunisie.

Les chercheurs de la faculté de Bizerte s’intéressent depuis une quinzaine d’années aux activités humaines sur l’environnement et à la bio-surveillance des environnements aquatiques.

Ces partenaires tunisiens et français collaborent activement pour étudier ces écosystèmes sensibles. Des invités étrangers (italiens, espagnols et algériens) présents à ce séminaire ont apporté leur expérience dans un domaine particulier (espèces invasives et domaine benthique).


Colloque international : les Instituts Pasteur au Maghreb - Mémoire et devenir

Tunis, fin du premier semestre 2012

Organisateurs
IRMC,
IFT,
IRD.

Présentation
De manière à promouvoir un large débat d’idées autour de la recherche biomédicale, ce colloque de portée internationale donnera l’occasion d’une confrontation entre plusieurs générations d’intellectuels français, tunisiens, maghrébins. Il questionnera à la fois l’histoire institutionnelle des réseaux médicaux et celle de la prise de décision des politiques publiques. Il combinera plusieurs des thématiques préconisées par l’appel à proposition du Fonds d’Alembert, à savoir :

- les transformations sociales et politiques survenues dans l’espace méditerranéen avec un nouveau rôle à jouer des sociétés civiles dans les pays du Maghreb,
- le progrès social et le développement humain face aux politiques publiques visant la maîtrise des situations sanitaires,
- les nouveaux enjeux scientifiques de la gouvernance mondiale,
- l’évolution de l’industrie pharmaceutique, de la recherche médicale et l’émergence de questions d’éthique et de responsabilités sociales.

Dernière modification : 12/09/2014

Haut de page