Jack Lang aux Dunes électroniques

<table_des_matieres2453]

Jack Lang, père de la Fête de musique et actuel président de l’Institut du monde arabe, tenait à participer aux "Dunes électroniques", premier événement culturel de dimension internationale depuis l’adoption de la Constitution tunisienne.

Il a fait le déplacement à Nefta pour manifester la confiance de la France dans la capacité du peuple de Tunisie à continuer sur la voie de la transition démocratique.

JPEG


Que sont les Dunes électroniques ?

Les organisateurs l’avouent : ils se sont sous-estimés. Lorsqu’ils ont commencé à plancher sur la première édition des "Dunes électroniques", ce festival d’électro qui a réuni pendant trois jours des DJs d’envergure mondiale et les étoiles montantes de la nouvelle scène tunisienne, ils espéraient accueillir 800 visiteurs.

Mais ce sont près de 10.000 festivaliers qui ont pris la direction de Nefta, berceau du soufisme maghrébin. Organisé par Panda Events, en partenariat avec l’Office national du tourisme (ONT), le festival a vite trouvé pour partenaires de prestigieuses entreprises tunisiennes et françaises.

JPEG - 94.3 ko
Cliquez sur l’image pour en savoir plus

Jack Lang : une nouvelle ambition pour l’IMA

L’ancien ministre de la Culture de François Mitterrand est nommé Président de l’Institut du monde arabe (IMA) au début de l’année 2013, alors que le monde arabe traverse une période de transition tant au plan politique, qu’économique, culturel ou artistique.

Pour Jack Lang, il convient évidemment de prendre en compte les nouveaux acteurs apparus à la faveur de cette évolution, qu’il s’agisse des sociétés civiles ou de la jeunesse.

Par ailleurs, le "monde arabe" ne doit plus être considéré comme une entité circonscrite aux frontières des seuls Etats arabes ; il importe d’y associer des populations d’origine arabe et d’importances diverses, présentes tant en France qu’en Europe, en Amérique du Sud, en Afrique sub-saharienne et partout dans le monde.

C’est dans ce contexte que Jack Lang s’emploie à repositionner l’Institut du monde arabe sur la scène parisienne et à réinventer le rôle de l’IMA, en cherchant à interroger, à expliquer et à rendre intelligible ce nouveau monde arabe auprès d’un public plus vaste et diversifié.

JPEG

Dernière modification : 23/06/2014

Haut de page