Jumelage développement durable

L’expertise de la France dans le domaine de la protection de l’Environnement et du Développement Durable

Dominique Étienne, ingénieur en chef des Ponts, des Eaux et Forêts au ministère français de l’Écologie, du Développement durable et de l’Énergie (MEDDE), est arrivé en Tunisie en septembre 2013. Conseiller résident de jumelage (CRJ), il a pris en route le projet "Appui institutionnel au secrétariat d’État au Développement durable dans le domaine de la protection de l’environnement et du développement durable", engagé début 2012 par un consortium d’institutions de France, de Finlande et des Pays-Bas et l’a conduit jusqu’en juin 2014.

Objectifs et axes d’intervention du jumelage

Doté d’un budget de 1,2 million d’euros de fonds européens, au titre de l’Accord d’association et du Plan d’action voisinage entre la Tunisie et l’Union européenne, le projet était porté par l’agence de coopération technique ADETEF, dans le cadre des projets d’assistance communautaire visant à renforcer l’intégration économique entre l’UE et les pays du sud de la Méditerranée.

Le Jumelage visait à promouvoir un développement durable en Tunisie, en appuyant la stratégie nationale de protection de l’environnement et de préservation des richesses naturelles. Cela passait par le renforcement institutionnel des structures du secrétariat d’État chargées de l’environnement et du développement durable et de ses organismes de tutelle :

- l’Agence nationale pour la protection de l’environnement (ANPE,
- l’Agence de protection et d’aménagement du littoral (APAL),
- et le Centre international des technologies de l’environnement de Tunis (CITET).

Une soixantaine d’experts européens sont intervenus en Tunisie pour ce projet. Leur contribution technique, alliée à l’engagement de leurs collègues tunisiens, a permis d’atteindre les résultats souhaités :

- Rapprochement du cadre juridique tunisien de l’environnement avec le cadre européen, pour cinq thématiques prioritaires (information et participation du public, protection de la biodiversité, polices de l’environnement, installations industrielles classées, gestion des déchets).
Une revue du cadre existant a systématiquement été faite et une série d’entrevues ont été organisées avec les acteurs les plus directement concernés par ces sujets en Tunisie (cadres de l’administration et des agences, promoteurs de projets d’aménagements, ingénieurs, représentants d’ONG, etc.).

Atelier de restitution du volet juridique du jumelage,
25 février 2014, au CITET.

2- Meilleure intégration du développement durable dans la gouvernance :

La stratégie nationale du développement durable a été revue en fonction des enjeux nationaux et régionaux actuels, des recommandations ont été formulées pour la mise en place de l’instance constitutionnelle du développement durable, des ateliers d’échange d’expérience se sont tenus sur la promotion de l’économie verte.

Atelier régional sur la Stratégie Nationale de Développement Durable
Gabès, 14 mai 2014.

3- Renforcement de capacités opérationnelles des institutions en charge de l’environnement :

Des ateliers de formation et des visites d’études ont été organisés sur le management environnemental des zones industrielles, sur le développement de nouveaux services d’assistance aux entreprises, sur la conduite de la concertation publique, sur la négociation et sur le management de projet.
Ce jumelage a su s’appuyer sur des activités concrètes et de terrain. Ainsi en Tunisie, plusieurs sessions de coaching ont été organisées au CITET, directement dans les laboratoires et sur des sites industriels pilotes. Des exercices de concertation en région ont également été réalisés, à Bizerte, Kairouan ou Gabès. En France et en Finlande, les visites d’étude effectuées ont permis aux cadres de l’administration tunisienne d’échanger avec des représentants d’organismes homologues sur les modalités concrètes d’exercice de leurs missions.


Bilan de ce projet
Dominique Etienne estime ses mois de coopération avec la Tunisie « intenses, passionnants et enrichissants ».
Intenses parce qu’il lui a fallu, dès son arrivée, nouer une relation de qualité avec ses interlocuteurs, mobiliser de nombreux nouveaux experts européens, accélérer le rythme de progression du projet et mettre en place un système de management approprié.
Passionnants par les thématiques traitées, le Jumelage abordait en effet l’information et la participation du public, dont les principes sont actés par la nouvelle Constitution tunisienne, ou encore la stratégie de gestion intégrée des zones côtières du littoral, dont les enjeux de préservation sont importants en Tunisie.
Enrichissants par les échanges entre experts européens et cadres tunisiens, mais aussi entre experts des trois Etats membres (France, Finlande et Pays-Bas), par les relations qui se sont tissées entre institutions homologues de part et d’autre de la Méditerranée. Autant d’atouts qui sont un réel avantage pour préserver les acquis de ce jumelage dans le domaine de la protection de l’environnement et la promotion du développement durable.
Dominique Etienne a quitté son poste avant le début de l’été, après un séminaire de clôture, le 18 juin 2014

Visite d’étude organisée en France par le Conservatoire du Littoral
avec les cadres de l’APAL du 14 au 18 avril 2014.

Dernière modification : 24/10/2016

Haut de page