Jumelage européen pour l’éco-construction

Sur la période 2012 - 2014, la Direction générale des bâtiments civils du ministère tunisien de l’Équipement va bénéficier d’un programme d’échange d’expertise financé par l’Union européenne.

Le séminaire de lancement a eu lieu le 24 mai 2012, en présence du ministre de l’Équipement, de l’ambassadeur de France Boris Boillon et des représentants de l’UE, de l’Allemagne et du Portugal, les deux autres pays partenaires du projet.

Piloté par la France, ce jumelage entre administrations tunisiennes et européennes doit permettre de :

- Renforcer les lois et règles de l’éco-construction ;
- Développer et promouvoir l’éco-construction sur l’ensemble du territoire tunisien ;
- Renforcer les capacités de management de la Direction générale.

Ce jumelage institutionnel s’ajoute à d’autres partenariats du P3A, un programme de coopération financé par l’UE dans le cadre du partenariat euro-méditerranéen. Le dossier est suivi par le Service économique régional de l’Ambassade de France en Tunisie.

JPEG


Mobiliser les expertises françaises et européennes

L’équipe européenne constituée pour la mise en œuvre du jumelage européen pour l’éco-construction s’appuie sur plus de 50 experts issus des administrations des pays partenaires : le ministère français de l’Écologie, du Développement durable et de l’Énergie (MEDDTL), le ministère fédéral allemand des Transports, de la Construction et du Développement urbain (BMVBS) et le Laboratoire national de génie civil (LNEC) du Portugal.

JPEG - 84.3 ko
Les représentants de la France et de ses partenaires s’entretiennent avec le ministre de l’Équipement.

La France est l’un des pays leader dans le domaine de l’éco-construction :

- au niveau de la gouvernance : le Plan Bâtiment Grenelle, lancé en janvier 2009 par le MEDDTL, fédère un large réseau d’acteurs du bâtiment et de l’immobilier autour d’une mission commune : la réduction des consommations d’énergie et d’émission de gaz à effet de serre dans le secteur du bâtiment.

- au niveau technique : l’adoption récente de la très exigeante réglementation thermique (RT 2012), fixe une limite maximale à la consommation énergétique des bâtiments neufs pour le chauffage, la ventilation, la climatisation, la production d’eau chaude sanitaire et l’éclairage. Cette réglementation a poussé les structures françaises a perfectionner leurs offres et leurs techniques, renforçant leur compétitivité dans le domaine.

- au niveau de l’innovation, la France compte plusieurs pôles de compétitivité de renom international :

  • Le pôle FIBRES, dédié à l’innovation dans les matériaux fibreux et les éco-matériaux (Alsace),
  • 3 clusters en Aquitaine : le CREADH (pour Construction ressources environnement aménagement et habitats durables), NOBATEK (Technologies construction et aménagement durables) et le CDPEA (pour Construction durable et performance energétique en Aquitaine),
  • le pôle ADVANCITY en Île-de-France (efficience environnementale de la ville).

JPEG


Coopération française et enjeux de l’éco-construction en Tunisie

Le secteur du bâtiment constitue un gisement important d’économie d’énergie

Dans un contexte international de hausse des prix de l’énergie, d’accroissement rapide de la demande intérieure tunisienne et des dépenses de subventions accordées au secteur de l’énergie, la facture énergétique (qui dépasse 13% du PIB) pèse de plus en plus lourd dans la compétitivité économique du pays. Le secteur du bâtiment est responsable de 26% (dont 17% pour le résidentiel et 9% pour le tertiaire) de la consommation totale d’énergie en Tunisie et représente à ce titre un enjeu primordial.

Urbanisée à 65%, la Tunisie a vu son parc de logements résidentiels augmenter durant les trois dernières décennies à un rythme annuel de 3%, passant d’environ 1 million de logements en 1975 à plus de 2,5 millions en 2012. Le secteur du bâtiment s’est développé sans réelle prise en compte des enjeux environnementaux (mauvaise isolation des enveloppes des bâtiments, généralisation des équipements électroménagers à faible efficacité énergétique…), ce qui rend indispensable un large plan d’action visant à la rénovation et à l’isolation du parc immobilier.

Une politique volontariste, soutenue par la France

Les programmes d’efficacité énergétique dans le secteur du bâtiment en Tunisie sont pilotés par l’Agence nationale pour la maîtrise de l’énergie (ANME). Plusieurs d’entre eux sont appuyés par la France. Ils se concentrent sur deux aspects :

- L’amélioration de l’enveloppe extérieure des bâtiments
Ce projet est appuyé par le Fonds français pour l’environnement mondial (FFEM, géré par l’Agence française de développement (AFD)), dont l’apport financier s’élève à 1,9 M€. Il a également bénéficié de 4,2 M€ grâce à un co-financement du PNUD/FEM. 
Il intègre le programme volontaire "Promo-Isol" pour l’isolation thermique de 20.000 logements et 1.500 bâtiments collectifs existants.
La formation humaine et la sensibilisation tiennent une place importante dans cette stratégie d’amélioration de l’efficacité énergétique. La France participe à la mise en place d’un programme de formation des municipalités et des décideurs régionaux. Cette formation leur permettra de mieux évaluer le niveau d’efficacité énergétique des bâtiments à construire.

- L’évolution des modes de consommation des ménages
Le programme PROSOL vise à promouvoir l’énergie solaire pour le chauffage de l’eau sanitaire dans les constructions résidentielles et collectives. S’y ajoute un programme de certification favorisant le remplacement de réfrigérateurs de classes énergétiques trop consommatrices, un programme d’incitation à l’utilisation de lampes basse consommation, etc.

- Formation professionnelle
L’Agence française de développement appuie en outre la construction d’un centre de formation professionnelle aux métiers du bâtiment et des travaux publics à Ibn Sina / Kabaria (banlieue sud de Tunis). La formation dispensée dans ce centre englobe l’efficacité énergétique et le respect des normes environnementales.


Un mot sur le P3A

Le Programme d’appui à la mise en œuvre de l’Accord d’association et du Plan d’action voisinage (P3A) est un programme de coopération financé par l’UE dans le cadre du partenariat euro-méditerranéen. Il vise notamment au rapprochement des législations et à la mise à niveau des administrations, à travers des échanges d’expertise et des jumelages entre institutions.

Le programme repose sur une série de conventions de financement : une première de 20 M€ signée en 2003, une seconde de 30M€ en 2008 et la dernière, de 10 M€, signée le 9 mars 2012.

Depuis 2003, une quarantaine de jumelage ont été lancés. La France est l’unique opérateur européen pour 17 d’entre eux et assume le rôle de chef de file pour 12 autres.


Autres jumelages institutionnels lancés en 2012 :

- un jumelage pour la protection du consommateur,
- un jumelage sur la veille zoosanitaire, destiné à la prévention des épidémies animales,
- un jumelage dans le domaine de l’environnement

Dernière modification : 24/10/2016

Haut de page