L’AFD finance la réhabilitation urbaine

L’AFD, partenaire de longue date de l’ARRU

La Tunisie est l’un des pays les plus urbanisés de la région méditerranéenne. Plus des deux tiers de la population vit en milieu urbain. Ce phénomène de concentration rapide s’est traduit par le développement, en périphérie des villes, de quartiers spontanés dans lesquels se sont installées des populations vivant dans une situation économique et sociale précaire.

C’est ainsi que, depuis trente ans, l’Agence de rénovation et de réhabilitation urbaine (ARRU), s’est vu confier la mission de réaliser des opérations de réhabilitation et de rénovation urbaine de nature à améliorer les conditions d’habitat et d’équipement dans ces quartiers et à permettre une meilleure utilisation de l’espace urbain.

JPEG - 88.2 ko
À Bouakroucha, dans le gouvernorat de Ben Arous, un quartier en passe d’être réhabilité.

L’Agence française de développement accompagne cette politique publique, quasiment depuis son arrivée en Tunisie au milieu des années 90. Jusqu’à présent, l’AFD a contribué à hauteur de 130 M€ à ces opérations et accompagné la réhabilitation de plus de 900 quartiers, concernant environ 2 millions d’habitants. Elle a aussi apporté des appuis au renforcement des capacités de l’ARRU.

Cet accompagnement se poursuit aujourd’hui tout en évoluant pour s’adapter aux défis en matière d’aménagement urbain.


240 quartiers populaires en cours de rénovation

L’AFD finance actuellement un programme national de requalification urbaine dont la principale composante est l’aménagement de près de 240 quartiers populaires. Les travaux consistent principalement en de la voirie (plus de 500 km), des points lumineux (plus de 10 000 points) et des réseaux d’assainissement et de drainage (plus de 70 km).

Ce programme comporte aussi deux composantes innovantes :

- Une opération d’aménagement pilote de la zone d’El Matar à Sousse, visant à la production anticipée de terrains viabilisés afin de lutter contre la prolifération anarchique d’habitat spontané.

- La réhabilitation de quatre centres anciens emblématiques, à Tunis, Kairouan, Sfax et Sousse. En effet, le traitement des médinas apparaît aujourd’hui comme un défi majeur de la réhabilitation urbaine avec des enjeux très important en matière de gestion de l’espace urbain et de préservation du patrimoine culturel, dans une optique de redynamisation économique et sociale. Les investissements dans ces médinas concernent la mise en valeur de parcours sur lesquels doivent être réhabilités la voirie et les divers réseaux mais aussi les façades des habitations. L’ensemble des réalisations de ce programme est en cours et devrait s’achever l’année prochaine.

JPEG - 73.8 ko
La médina de Kairouan fait l’objet d’un plan de réhabilitation financé par l’AFD

Un programme supplémentaire de 119 quartiers

La période post-révolutionnaire a faire ressortir avec acuité les besoins en infrastructures sociales dans ces quartiers de la périphérie urbaine, justifiant une intensification des opérations jugées prioritaires. Un nouveau programme de réhabilitation de 119 grands quartiers populaires vient d’être mis au point. Il concernera, sur tout le territoire tunisien, près de 500.000 personnes et son contenu sera enrichi, au-delà des infrastructures de base, par des mesures d’amélioration de l’habitat et des équipements sociocollectifs.

JPEG - 95.7 ko
L’AFD travaille en partenariat avec l’ARRU

L’AFD, qui était depuis des années le seul bailleur de fonds de ces opérations a pu attirer d’autres partenaires, en premier lieu l’Union européenne. Pour ce programme d’un montant global de 200 M€, l’AFD apporte 30 M€ et se voit déléguer 33 M€ de l’Union européenne. La Commission européenne lui confie la gestion de ces fonds pour accompagner un programme qui inclura aussi un important volet d’appui institutionnel pour aider les autorités à mieux structurer leur politique de la ville. La BEI cofinancera également ce programme.

Dernière modification : 24/10/2016

Haut de page