L’INA remet des archives audiovisuelles à la Tunisie

Emmanuel Hoog, président-directeur général de l’Institut national audiovisuel français (INA) et président de la Conférence permanente de l’audiovisuel méditerranéen (COPEAM) a participé à une conférence internationale sur "La radio numérique" organisée à l’occasion Festival de la radio tunisienne, les 4 et 5 juin 2009 à Tunis.

JPEG

À l’occasion de ce déplacement, une convention de coopération a été signée entre la Radio tunisienne et l’INA. Elle porte sur la remise de 150 documents sonores remontant à la période 1943-1956 qui a précédé l’indépendance de la Tunisie.

81 de ces documents, déjà numérisés, ont été remis à M. Mansour M’henni, le président-directeur général de la Radio tunisienne. Les autres sont en voie de numérisation.

L’INA est en contact avec la Télévision tunisienne dans la perspective d’une opération similaire.


L’INA en bref

GIF

Premier centre d’archives audiovisuelles dans le monde, première banque d’archives numérisées en Europe, l’Institut national de l’audiovisuel sauvegarde, numérise et communique les archives de la radio et de la télévision française, ce qui représente plus de 70 ans de programmes sonores et audiovisuels.

Ces 3 millions d’heures conservées représentent une source exceptionnelle d’archives pour la production, la diffusion, l’édition, mais aussi la recherche et l’éducation.

Le site web de l’INA place à la disposition des internautes plus 100.000 documents d’archives audiovisuelles à consulter ou à télécharger en ligne. Il propose également des formations ainsi qu’un observatoire des médias.


Présentation de la COPEAM

JPEG

Lancée officiellement au Caire en 1996, la Conférence permanente de l’audiovisuel Méditerranéen (COPEAM) est une association à but non lucratif.

Son ambition est d’offrir aux acteurs de l’audiovisuel méditerranéen un forum permanent d’échanges de compétences et de coopération. Elle est présidée depuis mai 2008 par Emmanuel Hoog, président de l’Institut national de l’audiovisuel français.

Forte de plus de 130 membres représentant 23 pays, la COPEAM agit
concrètement dans les domaines de la production, de la formation et
de la diffusion du patrimoine audiovisuel.

Interlocutrice privilégiée de l’Union européenne, reconnue au plan international pour son expertise, la COPEAM s’est affirmée, au fil des
années, comme le "réseau des réseaux" en matière d’audiovisuel méditerranéen. Une position qui en fait désormais un partenaire privilégié des projets développés dans le cadre de l’Union pour la Méditerranée (UPM).

La COPEAM cherche à élargir son audience auprès des professionnels et des institutions, de façon à se doter d’atouts supplémentaires et complémentaires pour que la Méditerranée, berceau des civilisations, devienne au XXIème siècle une terre de médias.


Propos sur le paysage audiovisuel méditerranéen

JPEG

Dans un entretien accordé au quotidien tunisien "La Presse", M. Emmanuel Hoog a évoqué la nécessité de créer un paysage audiovisuel méditerranéen commun, de qualité et chargé de sens. Extraits :

"Il est très important que les hommes se réunissent autour d’une table, se rencontrent et se concertent. L’espace méditerranéen consomme plus d’images et de sons qu’il n’en produit. Cette situation devra changer mais encore faut-il que les programmes produits soient de qualité, chargés de sens et non pas des robinets d’images et de sons, sans plus. "

"Le paysage audiovisuel méditerranéen devrait être un paysage commun. (...) que chacun puisse émettre partout et puisse recevoir de partout, c’est l’idéal."

"Il faut savoir que les pays du pourtour méditerranéen collaborent peu entre eux et que les gens ne travaillent pas ensemble. (...) Il faut donc que les gens, de part et d’autre, tissent des liens et apprennent à créer des solidarités."

"Les paysages audiovisuels méditerranéens ont été très concurrencés ces dernières années par le satellite. Je crois que c’est le choix de tous, à présent, que de se réapproprier l’espace audiovisuel. La Méditerranée est une terre de culture partagée, il faudra que cela transparaisse dans les programmes."

Entretien conduit par Hella Lahbib et publié dans l’édition du 10 juin 2009.

Dernière modification : 18/10/2013

Haut de page