La France s’engage au Sud

Un concours pour récompenser l’innovation sociale

"La France s’engage" est un concours lancé par le président François Hollande en juin 2014, pour faire connaitre et récompenser l’innovation sociale au service d’une économie plus juste et solidaire.

Il s’agit d’identifier puis de soutenir des initiatives portées par des associations, des fondations ou des entreprises. Les projets labellisés apportent des solutions nouvelles aux défis que doit relever notre société, par exemple :

- faciliter l’accès à la culture en proposant une médiathèque en kit qui s’ouvre en moins de 20 minutes,
- permettre aux personnes les plus éloignées du marché de l’emploi d’être accueillies et formées dans une conciergerie de proximité,
- favoriser le vivre-ensemble et la lutte contre les préjugés religieux à travers différentes actions auprès des enfants et des jeunes…

La démarche est conçue pour permettre à des projets isolés, mais efficaces, de changer d’échelle grâce à un soutien actif et mieux piloté des pouvoirs publics.

"La France s’engage" est un appel à projet permanent, qui permet de sélectionner 15 lauréats tous les semestres.

JPEG - 143 ko
Cliquez pour accéder au site "La France s’engage"

La France s’engage au Sud

Depuis le 24 avril 2015, "La France s’engage au Sud" également, à la demande de la secrétaire d’État au Développement et à la Francophonie Brigitte Girardin. Cette extension se traduira en 2015 par une dotation de 500.000 € dont bénéficieront des projets identifiés dans la zone de solidarité prioritaire, laquelle englobe les pays arabes riverains de la Méditerranée.

De fait, les pays du Sud sont face à d’’importants enjeux de développement solidaire et durable. Comme au Nord, et de manière plus évidente encore, l’innovation sociale y fait partie de la solution. Le foisonnement des initiatives, leur impact sociétal et la possibilité d’un essaimage Sud/Nord, sont autant de motifs d’intérêt.

Récompenser l’innovation sociale au Sud, c’est donc l’occasion de porter un message de solidarité et de mise en commun des énergies pour un monde durable. La démarche conduira à des enrichissements mutuels et des synergies. D’éventuels partenariats pourront ensuite améliorer les chances de pérennité des projets accompagnés.

JPEG - 110.8 ko
Martin Hirsh (président du jury), Annick Girardin (secrétaire d’Etat au Développement et à la Francophonie), et Patrick Kanner (ministre de la Ville, de la Jeunesse et des Sports)

Qui peut participer, avec quel type de projet ?

- Les Organisations de la société civile (OSC) tunisiennes disposant de la personnalité juridique,
- les OSC internationales agréées en Tunisie et s’inscrivant dans une démarche de tutorat auprès d’associations locales,
- les services de l’État ou les établissements publics,
- les entreprises du domaine de l’économie sociale et solidaire,
- les entreprises porteuses de projets innovants à impact sociétal,
- les coalitions d’acteurs (incluant par exemple des OSC, entreprises, collectivités locales, instituts de recherche, etc.).

Les projets présentés devront s’inscrire dans une démarche de développement durable, avoir déjà fait leurs preuves, démontré leur pérennité et être reproductibles. Ils seront évalués selon 5 critères :
- l’utilité sociale,
- le caractère innovant,
- les possibilités de développement et de duplication,
- les résultats et la pérennité,
- Les partenariats engagés.

La participation française est fixée à 50 000€ maximum par projet.

JPEG - 164.5 ko
Cliquez pour accéder au site "La France s’engage au Sud"

Projets écartés du concours

Les actions suivantes ne pourront en aucun cas bénéficier d’un cofinancement à travers le concours "La France s’engage au Sud" :

- les opérations de prestige ou de simple opportunité sans but économique, social ou culturel défini ;
- les actions humanitaires et les opérations d’urgence qui bénéficient d’autres instruments financiers ;
- les frais de fonctionnement ou d’équipement de services administratifs, d’associations ou d’œuvres privées, lorsque le financement de ces opérations ne s’inscrit pas dans un véritable projet de développement durable ;
- les actions ponctuelles (bourses, invitations, missions d’experts, appui logistique) ;
- les opérations répétitives, de type abonnement ;
- les projets bénéficiant par ailleurs d’un fonds de solidarité prioritaire (FSP).

Comment présenter son dossier ?

La candidature s’effectue en ligne, sur le site "La France s’engage au Sud jusqu’au 14 juillet 2015.

Après analyse de la candidature, le porteur de projet reçoit une réponse portant sur le caractère recevable - ou non recevable - de l’action proposée.

Un comité procède ensuite à une pré-sélection des meilleurs dossiers, avant un examen approfondi. À ce stade, les porteurs de projets sont invités à fournir des éléments complémentaires.

Puis les dossiers sont examinés par le jury - présidé par Martin Hirsch - qui choisit les lauréats. Ces derniers peuvent bénéficier d’une valorisation, d’un accompagnement et d’un soutien financier. La première vague de lauréats sera annoncée au mois de septembre 2015.

Cliques sur le dossier de presse pour découvrir la composition du jury.

PDF - 579 ko
Dossier de presse

Mise en œuvre des projets lauréats

Les projets devront avoir une durée maximum de 2 ans.

La contribution de la France prendra notamment la forme d’une convention de subvention entre l’ambassade de France en Tunisie et le porteur de projet. La subvention sera versée en deux ou plusieurs tranches, chaque versement étant conditionné par la remise d’un rapport technique et financier.

Les lauréats bénéficieront aussi de l’expertise des réseaux diplomatique, économiques et solidaires pour aider leur initiative à se déployer. Ils s’engageront en outre à faire connaitre leur action afin qu’elle puisse inspirer d’autres porteurs de projets.

JPEG - 96 ko
Cliquez pour accéder au site "La France s’engage au Sud"

Dernière modification : 31/10/2016

Haut de page