Protection civile : poursuite d’une coopération

Inondations, feux de forêts, chutes de neige… En 2012, les services de protection civile tunisiens ont assuré près de 84.000 interventions. En plus des risques courants et des catastrophes naturelles, les sapeurs-pompiers tunisiens doivent également faire face à un accroissement des accidents de la route (1625 morts en 2012) et s’inquiètent du danger potentiel que représentent les sites industriels à risque dans la périphérie des grandes villes.

JPEG - 28.9 ko

Face à l’ampleur de ses missions, la Protection civile tunisienne a éprouvé le besoin de se renforcer et a signé une convention de coopération avec la France en mai 2011.


Cadre de la coopération franco-tunisienne en matière de protection civile

À la demande des autorités tunisiennes qui souhaitaient moderniser leurs capacités d’intervention, la France et la Tunisie signent un accord de coopération et d’assistance dans le domaine de la protection civile, en mai 2011.

JPEG - 108.4 ko
Promotion de formateurs aux premiers secours.

En juillet 2012, le ministère français des Affaires étrangères alloue un Fonds de solidarité prioritaire de 800.000 euros au développement de la protection civile tunisienne et, à partir de septembre 2012, un conseiller en protection civile est envoyé en Tunisie comme chef de projet du Fonds de solidarité (conseiller protection civile).

JPEG - 133.6 ko
Départ reconnaissance - simulation d’une intervention liée à un risque chimique.

800.000 euros pour le développement de la protection civile tunisienne

Le Fonds de solidarité prioritaire (FSP) a fait l’objet d’une convention signée le 14 décembre 2012 par l’ambassadeur de France, François Gouyette, et Touhami Abdouli, secrétaire d’État aux Affaires étrangères en charge des Affaires européennes.

JPEG - 118.8 ko
Etude de cas pratique - Formation à la gestion opérationelle et commandement.

D’un montant de 800.000 euros, ce fonds a pour objectif :
- la mise en place d’un schéma national d’analyse et de couverture des risques, qui passe par une analyse de l’évolution des risques par zone géographique et la constitution d’une base de données,
- l’élaboration d’un nouveau schéma pour la formation initiale et continue au sein l’École nationale de protection civile (ENPC),
- une évaluation du risque technologique, notamment industriel, et une formation des acteurs tunisiens de la protection civile à la gestion de ce risque avec la création d’un département spécialisé dans les risques technologiques au sein de l’ENPC.


Gwenaël Barbot, conseiller de protection civile en Tunisie

Le chef de bataillon Gwenaël Barbot, expert en protection civile, travaille depuis 2012 au sein de l’Office national de protection civile tunisien (ONPC).

JPEG - 74.8 ko
Chokri Ben Janet, Directeur de l’Office national de protection civile et Gwénaël Barbot, conseiller de protection civile en Tunisie.

Avec ses vingt ans d’expérience, notamment en opérations extérieures (Colombie, Thaïlande, Chypre…), et sa formation de sapeur-pompier, ce militaire a plusieurs missions :
- conseiller le directeur général de l’ONPC et le directeur de l’ENPC,
- programmer et suivre les actions de formation en protection civile dans le cadre de la coopération franco-tunisienne,
- piloter le Fonds de solidarité prioritaire.

JPEG - 3.2 Mo
Explications préalables à l’entrée dans l’eau - formation de sauvetage subaquatique.

Création d’une nouvelle école nationale de protection civile

Situé sur un terrain de huit hectares à Djebel Jeloul (15 km au sud de Tunis), une école est sortie de terre à partir d’août 2012. Toujours en construction, elle peut déjà accueillir, depuis septembre 2013, 125 stagiaires par jour. Elle devrait à terme, en 2017, accueillir 1.200 personnes (1.000 stagiaires et 200 administrateurs et formateurs).

JPEG - 75.8 ko
Ecole nationale de la protection civile en novembre 2013.

La protection civile tunisienne dispose désormais de deux écoles, un centre de formation existant déjà à Nassen avec une capacité de 60 stagiaires par jour. Les stages au sein de la nouvelle école ont débuté en septembre 2013 et ont déjà permis de former des centaines d’agents venus de l’ensemble des gouvernorats tunisiens.

JPEG - 93.8 ko
Formation de secourisme au sein de ENPC.

Actions de formation conduites par la France

En 2012, 50 agents ont été formés en Tunisie par huit experts français. En 2013, 354 agents ont été formés par 45 experts français en protection civile.

JPEG - 99.6 ko
Examen théorique au sein du Centre de formation de Nassen (Feux de forêt - niveau 3).

Ces stages de formation portent sur divers domaines parmi lesquels : stage de sauvetage subaquatique, secourisme, risques chimiques, plongée… Ils se déroulent dans les deux centres de formation ainsi qu’à Tabarka.

JPEG - 108.5 ko
Mise à l’eau - Stage de sauvetage subaquatique.

Les formations programmées en 2013 ont amélioré les compétences de nombreux officiers quant aux risques présents en Tunisie : technologiques (chimiques et hydrocarbures) naturels (feux de forêt) ou encore à la gestion opérationnelle et commandement.

JPEG - 155.5 ko
Officiers stagiaires à l’analyse et couverture des risques au sein du centre de formation de Nassen.

Dernière modification : 27/02/2015

Haut de page