La réfome de l’État, une passion d’expert

Le ministère français des Finances met son expertise au service des ministères tunisiens, dans le cadre de la mise en place de la Gestion budgétaire par objectifs (GBO).

JPEG - 176.2 ko
cliquez !

Portrait d’expert

Jean-Marie Barral, marié et père de 3 enfants, est arrivé à Tunis en septembre 2011, en tant que "Conseiller résident jumelage" détaché par le ministère français de l’Économie, des Finances et de l’Industrie, pour les besoins d’un programme européen d’Appui à la réforme budgétaire et comptable tunisienne.

Depuis sa sortie de l’École nationale des finances, en 1987, Jean-Marie Barral a occupé des postes variés au sein de la Direction générale des finances publiques (DGFiP) : informatique, comptabilité ou même gestion du patrimoine de l’État. Il décrit un parcours atypique, un besoin d’avancer, d’innover, de relever des défis et reconnaît sa passion pour les grandes réformes de l’État.

Pour toutes ces raisons, il a été choisi en vue d’accompagner la réforme de gestion financière et budgétaire de l’État tunisien.

JPEG - 82 ko
Jean-Marie Barral, conseiller résident jumelage en Tunisie

Objectifs et axes d’intervention du jumelage

Doté d’un budget de 1,7 millions d’euros de fonds européens, au titre de l’Accord d’association et du Plan d’action voisinage entre la Tunisie et l’Union européenne, le projet est géré administrativement et financièrement par l’agence de coopération technique ADETEF.

Ce jumelage vise à mettre en place une gestion optimisée des finances de l’État, en introduisant par exemple des objectifs et des indicateurs de performance. Cette culture financière basée sur la transparence doit permettre à l’État tunisien d’améliorer l’efficacité de son action, pour le bénéfice de tous. Afin d’atteindre cet objectif, des actions importantes de formation et de coaching ont été réalisées, notamment pour les auditeurs.

Le programme mobilise les compétences techniques de plusieurs directions ministérielles françaises : la Direction générale des finances publiques (DGFiP), ou encore les services du Contrôle budgétaire et comptable et du Contrôle général économique et financier.

Le jumelage comporte plusieurs volets :

- Adapter les procédures et le cadre législatif et réglementaire de la gestion des finances publiques à cette nouvelle "GBO" ;
- Réformer les systèmes et modes de contrôle ; mettre en place des techniques d’audit basées sur la recherche de performance ;
- Adapter les systèmes d’information et les systèmes informatiques.

JPEG - 96.3 ko
Réunion de travail

Premier bilan du jumelage

Cinq ministères pilotes se sont engagés dans le programme dès 2011 : l’Agriculture, la Santé publique, l’Enseignement supérieur, l’Éducation et l’Emploi. L’Équipement, le Transport, l’Industrie et les Finances les ont rejoint par la suite. Ce total de neuf ministères représente plus de 65% du budget de l’État tunisien.

Le dernier séminaire organisé par l’Unité GBO, le 16 septembre 2014 en présence du ministre de l’Économie et des Finances, Hakim Ben Hammouda, et de l’ambassadrice de l’Union européenne Laura Baeza, a fait le point sur la progression de la réforme et les résultats enregistrés jusqu’ici. Il a permis de présenter quelques avancées dans le cadre de la nouvelle Loi organique du budget (LOB), véritable "constitution financière de l’État". La nouvelle nomenclature des dépenses de l’État, la formation des formateurs ou encore le développement d’un logiciel web de suivi de la performance sont aussi des actions importantes réalisées grâce au travail de l’équipe-projet.

Planifié pour une durée initiale de trois ans, le jumelage a été prolongé 31 août 2015 afin de consolider les actions entreprises.

JPEG - 118.1 ko
Réunion de travail

Un mot sur le P3A

Le jumelage "Appui à la réforme budgétaire et comptable tunisienne" est financé dans le cadre du Programme d’appui à la mise en œuvre de l’Accord d’association et du Plan d’action voisinage (P3A).

Le P3A est un programme de coopération financé par l’UE dans le cadre du partenariat euro-méditerranéen. Il vise notamment au rapprochement des législations et à la mise à niveau des administrations, à travers des échanges d’expertise et des jumelages entre institutions.

Le programme repose sur une série de conventions de financement : une première de 20 M€ signée en 2003, une seconde de 30M€ en 2008 et la dernière, de 10 M€, signée le 9 mars 2012.

Depuis 2003, une quarantaine de jumelage ont été lancés. La France est l’unique opérateur européen pour 17 d’entre eux et assume le rôle de chef de file pour 12 autres.

JPEG - 142.2 ko
Les partenaires du programme européen d’appui à la réforme budgétaire et comptable tunisienne

Dernière modification : 24/10/2016

Haut de page