Laboratoire international associé CNRS / Institut Pasteur de Tunis

Le Centre national de la recherche scientifique (CNRS) a étendu à la Tunisie un de ses outils de coopération internationale les plus importants : le laboratoire international associé (LIA). Un LIA est un laboratoire sans murs regroupant par une convention des laboratoires dont l’objectif est de mettre en commun, pendant quatre ans renouvelables, leurs ressources humaines et matérielles pour la réalisation d’un programme de recherche défini conjointement. Le LIA est doté d’un comité directeur qui se réunit au moins une fois tous les 2 ans.

La convention relative au laboratoire international associé d’"ingénierie biomoléculaire" a été signée à Tunis le 21 février 2003, entre le CNRS et l’Université de Méditerranée, côté français, et le ministère de l’Enseignement supérieur, de la Recherche scientifique et de la Technologie, côté tunisien. Ce partenariat implique une double association entre :

- deux unités de l’Institut Pasteur de Tunis : le laboratoire "venins et toxines" dirigé par le Pr El Ayeb et le laboratoire d’immunopathologie dirigé par le Pr Dellagi (Directeur de l’Institut Pasteur),

- et deux unités du CNRS : le Laboratoire de biochimie et d’ingénierie des protéines UMR 6560 de Marseille et l’Institut de génétique humaine UPR 1142 de Montpellier.

Le thème fédérateur de recherche concerne les fléaux sanitaires du Bassin méditerranéen, notamment la défense contre l’envenimation scorpionique et l’étude des transcriptomes de la cellule hôte ou de l’agent pathogène dans la leishmaniose et la tuberculose.

La création du LIA, co-financé par les deux parties à hauteur de 30.000 euros par an sur 4 ans, représente une étape importante dans la coopération entre le CNRS et la Tunisie. Ce cofinancement est complété par un soutien financier de l’Ambassade de France à travers les crédits de coopération (bourses de thèse et moyens de mobilité). Le partenariat établi avec deux laboratoires du CNRS spécialisés dans la recherche sur la « protéomique » devrait permettre à l’Institut Pasteur de devenir en centre d’excellence dans ce domaine en Afrique.

Dernière modification : 19/05/2005

Haut de page