La France en Tunisie Ambassade de France à Tunis
fontsizeup fontsizedown

 français  

Accueil » Relations franco-tunisiennes » Université, recherche » Instituts

Les programmes de l’IRD en Tunisie

L’activité de l’Institut de recherche pour le développement est centrée sur les relations entre l’homme et son environnement dans la zone intertropicale et méditerranéenne.

JPEG - 19.6 ko
Cliquez pour en savoir plus sur l’IRD Tunisie

Environnement dans ses relations avec le développement

Vulnérabilité des écosystèmes méditerranéens aux changements globaux en Afrique du Nord
Le Bassin méditerranéen se trouve à l’interface des milieux tempérés et arides et pourrait être des plus affectés par les changements climatiques. De plus, les pays méditerranéens ont subi de fortes modifications socio-économiques au cours du 20ème siècle, avec un abandon du paysage agricole sur la rive Nord au profit des espaces naturels, et une explosion démographique au sud, induisant une forte pression sur les ressources naturelles.
En partenariat avec l’Institut national de recherche en génie rural, eaux et forêts (INRGREF), la Direction générale des ressources en eau (DGRE) et l’Université de la Manouba, des chercheurs IRD cherchent à analyser l’historique de ces processus en Afrique du Nord et à appréhender comment les services des écosystèmes (ressource en eau, ressources agro-sylvo-pastorales, bilan de carbone…) seront affectés au cours du 21ème siècle.
Contact : florent.mouillot@ird.fr

DIGISOL_HYMED (DIGItal SOiL mapping by HYperspectral imagery for environmental modelling in MEDiterranean regions)
Pour pallier le manque de données de sol, le groupe de travail "Digital Soil Mapping" a récemment proposé de réaliser une carte numérique mondiale des propriétés de sol à haute résolution utilisant les techniques de cartographie numérique de sol. Cette nouvelle carte mondiale des sols devrait permettre d’améliorer l’aide à la décision dans une large gamme de problèmes d’intérêt mondial comme la production de la nourriture, le changement climatique et les problèmes de dégradation environnementale. Dans le but d’initier une contribution franco-tunisienne à cette initiative, un test en vraie grandeur de la carte numérique mondiale des sols est conduit en prenant comme exemple la Tunisie.
Ce travail est réalisé en collaboration avec la Direction générale de l’aménagement et de la conservation des terres agricoles, (DG/ACTA Sol), l’École nationale d’ingénieurs de Tunis (ENIT), le Centre national de cartographie et télédétection (CNCT) et l’Institut national agronomique de Tunisie (INAT).
Contact : cecile.gomez@ird.fr

Gouvernance des aires marines protégées (JEAI, 2008/9-2012)
Des recherches sont menées en partenariat avec la Faculté de sciences économiques et de gestion (FSEGT) de l’Université de Tunis el Manar d’une part et l’Université Badji Mokhtar d’Annaba en Algérie d’autre part, pour examiner de manière dynamique les processus de gouvernance dans les aires marines protégées en analysant l’évolution des usages, ainsi que les processus d’allocation des coûts et des gains procédant des nouvelles normes de gestion de ces espaces. Des politiques publiques de création d’aires marines protégées (AMP) (îles Kuryat en Tunisie et Parc National d’El Kala en Algérie) sont étudiées dans leurs dimensions cognitives, normatives et instrumentales.
Contact :tarik.dahou@ird.fr

En Tunisie et Algérie

FUME : Fire Under social and climate changes in the Mediterranean basin. EU-FP7
Dans le cadre de ce programme européen qui couvre l’ensemble du Bassin méditerranéen et pour lequel l’Institut de recherche et de développement (IRD) est impliqué sur les régions du Sud de la France et de l’Afrique du Nord, des recherches sont engagées en Tunisie, en collaboration avec l’(INRGREF)(Tunis), avec l’installation d’un site expérimental, afin de découpler les facteurs climatiques et anthropiques dans les risques d’incendies à différentes échelles pour pouvoir prédire le futur régime des incendies dans un contexte de changements globaux.
Contact : florent.mouillot@ird.fr


Gestion de l’eau, acteurs et usages

Impact of a Small Hill Reservoir, in a Mediterranean Agricultural Catchment for Biomass Production, Water Quality and Food Security. (Kamech Catchment, Cap Bon, Tunisia)
Des recherches sont réalisées dans le but de comprendre le fonctionnement hydrologique des retenues collinaires, aménagements hydrauliques largement rencontrés en Afrique du Nord et dans les régions arides et semi arides du globe. Il s’agit plus spécifiquement de quantifier les flux entrant (ruissellement, nappe, pluie directe) et sortant (infiltration, évaporation, déversement) de ces ouvrages, et l’effet des retenues collinaires sur le transfert d’azote par les flux hydrologiques. Il s’agit aussi de savoir si le développement des zones humides et des lacs en amont des retenues est propice à une dénitrification significative (ie transformation des nitrates dissous dans l’eau en azote gazeux dans l’atmosphère).
Contact : jerome.molenat@ird.fr

Programme OMERE
Suite à l’appel d’offre lancé en 2001 par le ministère de la Recherche visant la mise en place d’Observatoires de recherche en environnement (ORE), le Laboratoire d’étude des interactions sol - agrosystème - hydrosystème LISAH, l’unité mixte de recherche "Hydrosciences" de Montpellier (UMR HSM), l’Institut national agronomique de Tunis (INAT) et l’Institut national de recherche en génie rural, eaux et forêts (INRGREF) de Tunis ont mis en place l’Observatoire méditerranéen de l’environnement rural et de l’eau (OMERE), à partir de deux sites qui faisaient l’objet d’observations hydrologiques depuis une dizaine d’années : Roujan (Hérault-France) et Kamech (Cap Bon-Tunisie). Cet observatoire, qui consiste en un suivi à long-terme des activités anthropiques et des activités des flux d’eau et de matières associées, s’inscrit dans le contexte de l’étude des changements globaux affectant les hydrosystèmes et se focalise sur les agrosystèmes méditerranéens.
Contact : damien.raclot@ird.fr

Projet Merguellil
Des tensions croissantes s’exercent sur les ressources en eau des régions méditerranéennes du sud, particulièrement pour les terres agricoles de la Tunisie qui sont confrontées à une surexploitation des ressources en eaux renouvelables, à cause de l’irrigation et d’une baisse chronique du niveau des nappes phréatiques. En collaboration avec l’Institut national agronomique de Tunis (INAT), un programme de recherche sur le site de Merguellil est mené dans le cadre d’une modélisation globale des flux d’eau à l’échelle du bassin versant semi-aride. La télédétection permet d’appréhender certaines variables biophysiques clefs du système sol-plante. Ces variables sont assimilées dans un modèle d’estimation de l’évapotranspiration dans la perspective d’une meilleure distribution de l’eau d’irrigation.
Contact : Mehrez.Zribi@ird.fr.

Évapotranspiration et consommation en eau des cultures en conditions de relief collinaire. Cas des agrosystèmes semi-arides du Cap Bon, Tunisie (projet du programme MISTRALS 2011-2014)
L’objectif de ce projet est de caractériser l’influence du relief collinaire sur l’évapotranspiration de la végétation cultivée, de proposer des adaptations opérationnelles pour la modélisation, et d’évaluer les bénéfices pour l’estimation de la consommation en eau des cultures. Ces questions scientifiques, abordée en partenariat entre le Laboratoire d’étude des interactions sol - agrosystème - Hydrosystème LISAH, l’Institut national agronomique de Tunis (INAT) et l’Institut national de recherche en génie rural, eaux et forêts (INRGREF), représentent un enjeu agricole fort en terme de gestion de la disponibilité en eau pour la production agricole.
Contact : frederic.jacob@supagro.inra.fr

Consommation hydrique de l’olivier
L’olivier, l’une des principales cultures en Tunisie, a une grande importance économique et l’étude de sa consommation en eau est essentielle dans un contexte où l’eau est rare et le deviendra de plus en plus. Une première phase du programme a porté sur la consommation de l’arbre en association avec des cultures annuelles. La deuxième phase en cours porte sur la mise au point d’une méthode novatrice de mesure des débits de sève basée sur des sondes thermiques.
Contact : jean-paul.lhomme@ird.fr

Eau, blé dur et changements globaux
En collaboration avec l’Institut national de recherche en génie rural, eaux et forêts (INRGREF), des recherches consacrées à la culture du blé dur (une priorité nationale) ont commencé par une étude prospective sur l’impact des changements climatiques. L’étude basée sur des simulations du (modèle ARPEGE) de Météo-France a concerné deux stations représentatives. Elle s’est poursuivie par un travail sur l’analyse rétrospective de la production tunisienne en rapport avec la disponibilité en eau. Ce programme se poursuit actuellement par une généralisation de l’étude sur les changements climatiques à l’ensemble de la Tunisie.
Contact : jean-paul.lhomme@ird.fr


Dynamiques sociales, économiques, identitaires et spatiales

Observation (évaluation, anticipation, suivi) des dynamiques socio-environnementales à l’usage des acteurs du développement local en zones arides
En collaboration avec l’Institut des régions arides de Médenine (IRA), l’Institut supérieur agronomique de Chott-Mariem (ISA) et l’Institut national agronomique de Tunisie (INAT) notamment, des recherches sont menées afin de développer des méthodologies en appui aux observatoires de l’environnement permettant d’intégrer davantage la dynamique sociale aux dynamiques biophysiques des zones arides, d’augmenter leur capacité à mobiliser les acteurs locaux, tant dans leur fonctionnement que dans l’exploitation de leurs résultats et ainsi de garantir leur durabilité et leur rôle dans les prises de décision en terme de gestion des ressources et du territoire. La méthode, in fine, doit produire des indicateurs spatialisés (mobilisant en particulier le paysage) mobilisables pour le suivi des dynamiques.
Les acquis de connaissance, de savoir-faire et les méthodologies seront utiles à l’élaboration de tableaux de bord et scenarii de gestion, au regard des questions de vulnérabilité des ressources, d’impact des changements globaux et adaptation des milieux et sociétés, et de politiques publiques en matière d’aménagements sur les milieux et les territoires.
Contact : maud.loireau@ird.fr


Biologie appliquée à la protection des cultures et aux biotechnologies

Biotechnologie microbienne appliquée à la protection de l’environnement en Tunisie (JEAI, 2010-2013)
Des recherches sont également menées en partenariat avec le Centre de biotechnologie de Sfax (CBS) et le Laboratoire des bioprocédés environnementaux (LBPE) concernant la dépollution par voie biologique des environnements dégradés et contaminés tunisiens : chotts (El Jérid, El Guétar, El Fejaj), salines de Sfax, sédiments du golfe de Gabès. L’objectif du programme et son originalité résident dans le fait que le renforcement des connaissances de la biodiversité microbienne des environnements extrêmes de Tunisie débouchera sur l’utilisation de cette biodiversité dans des procédés industriels de traitement des déchets ou de valorisation biotechnologique d’enzymes d’intérêt. _ Contact : didier.alazard@ird.fr

Ressources génétiques et détermination du sexe du palmier dattier
Le palmier dattier est une espèce emblématique des pays méditerranéens. En Tunisie, le palmier dattier occupe une place stratégique dans la stabilité socioéconomique de l’agrosystème oasien. Or, il subit une érosion génétique sévère qui se manifeste par la disparition de cultivars et l’appauvrissement général de l’agrobiodiversité du palmier dattier. Pour limiter cette érosion génétique, il est urgent de recenser et de conserver la diversité phoenicicole. De nombreux travaux visant à caractériser la diversité des palmeraies ont été réalisés à l’aide de marqueurs morphologiques, phénotypiques, biochimiques ou moléculaires. Aujourd’hui, l’objectif est de standardiser les procédures d’identification des génotypes au niveau international. Ces outils permettront de caractériser l’agrobiodiversité et de mettre en place des stratégies de conservation.
Contact :frederique.aberlenc@ird.fr

Moisissures post-récolte : BIOdiversité, MYCOtoxines et Sécurité Alimentaire (BIOMYCOSA)
En collaboration avec le Laboratoire microorganismes et biomolécules actives (LMBA) de l’Université de Tunis el Manar, la Faculté des sciences de Tunis (FST), l’Institut de l’olivier de Sfax (IO) et l’Institut national des sciences appliquées et de technologie (INSAT), des recherches sont menées dans le but de répondre aux exigences de qualité des produits agroalimentaires en prenant deux aliments de base (les céréales et les olives) comme modèle d’étude pour l’amélioration des matières premières et de leurs produits dérivés. En effet, la valorisation économique des produits aux échelles nationale et internationale dépend directement de la qualité de ces produits, notamment de leur acidité et d’éventuelles traces de mycotoxines.
Contact : sev.roussos@gmail.com


Contaminations industrielles et analyse des expositions sur les populations

Transfert en climat semi-aride méditerranéen de la contamination métallique vers les différents compartiments de l’environnement et analyse de l’exposition potentielle des populations – Cas des anciens sites miniers de Tunisie
En collaboration avec l’Université de Tunis El Manar, le projet se focalisera sur l’étude du transfert des contaminants métalliques, depuis leur source vers les différents compartiments de l’environnement, air, eau, sol. Il conduira également à une meilleure compréhension des mécanismes contrôlant le transfert de métaux vers le compartiment biotique (bioaccessibilité et phytoaccessibilité) et de mieux contraindre les paramètres d’exposition par rapport aux spécificités climatiques et socioculturelles des pays du sud de la Méditerranée. En outre, ils conduiront à la mise au point d’une approche interdisciplinaire prédictive et transposable à d’autres sites miniers situés dans un contexte similaire au nord du Maroc et de l’Algérie.
Contact  : margot.munoz@lmtg.obs-mip.fr


Écologie microbienne, écosystèmes lagunaires et écotoxicologie marine

Impact de l’anthropisation sur la diversité et le fonctionnement des premiers maillons trophiques pélagiques dans la Lagune de Bizerte (ECOBIZ)
Le programme de recherche ECOBIZ (Écologie des lagunes côtières sud méditerranéenne) propose d’étudier les conséquences de l’anthropisation dans la lagune de Bizerte à travers trois objectifs distincts et complémentaires, visant à étudier les effets de l’eutrophisation des eaux sur la structure et le fonctionnement du réseau trophique planctonique ; évaluer les conséquences des contaminations organiques et inorganiques (HAP, PCB, métaux) sur la diversité et la dynamique du bactérioplancton, du phytoplancton et du zooplancton ; analyser les proliférations de microalgues toxiques, leurs mécanismes et leurs conséquences sur le fonctionnement de l’écosystème et les ressources aquacoles. Les résultats obtenus dans le cadre d’ECOBIZ sur la lagune de Bizerte seront transposés aux écosystèmes côtiers comparables dans le Sud de la Méditerranée, et aideront à prédire l’évolution de ces écosystèmes face aux changements locaux ou globaux, thématique générale de l’Unité 238 ECOSYM (Écologie des systèmes marins côtiers).
Contact : marc.bouvy@ird.fr


Transition nutritionnelle et santé humaine

Projet Obe-Maghreb : "Comprendre la transition nutritionnelle au Maghreb pour contribuer à la prévention de l’obésité et des maladies non transmissibles associées" (Tunisie, Maroc). CORUS
Des recherches sont également menées en partenariat avec l’Institut national de nutrition et de technologie alimentaire (INNTA)) dans le but de contribuer au développement de stratégies de prévention de l’obésité et des maladies non transmissibles adaptées au contexte de transition nutritionnelle, en déterminant la nature et l’ampleur de la double charge au niveau individuel et familial, en estimant la prévalence des facteurs de risque biologiques et comportementaux, en caractérisant les déterminants psychosociologiques du comportement et en recueillant le point de vue d’acteurs clés sur diverses options d’action.
Contact : francis.delpeuch@ird.fr

TAHINA : « Transition and Health Impact in North Africa »
Le programme implique sept institutions partenaires de quatre pays (France, Belgique, Tunisie, Algérie) sur le thème de la transition nutritionnelle et dans le domaine de l’épidémiologie de la nutrition et des maladies non transmissibles.
Contact : pierre.traissac@ird.fr


Nouvelles migrations, mondialisation et codéveloppement

Nouvelles migrations, mondialisation et codéveloppement
En collaboration avec l’Université de Sousse, des recherches sont menées dans le but de caractériser la nature des migrations de travail actuelles au départ du Maghreb et leur conséquences sur le tissu social dont elles sont issues, et ce dans le cadre des mutations politiques qui ordonnent et contraignent ces flux (espace Schengen, reprise d’une immigration de travail de la part des pays industrialisés, espace partenarial euro-méditerranéen).
Contact : swpotot73@gmail.com


Partenaires de l’IRD en Tunisie

L’IRD en Tunisie conduit ses activités de recherche en partenariat avec des institutions tunisiennes, méditerranéennes et internationales.

Principaux partenaires au niveau national

- Centre de biotechnologie de Sfax (CBS)
- Centre national de cartographie et de télédétection de Tunis (CNCT)
- Cellule territoriale de vulgarisation (CTV), Chbika
- Commissariats régionaux au développement agricole (CRDA) (Kairouan, Nabeul)
- Direction générale des ressources en eau (DGRE)
- Direction Générale de l’Aménagement et de la Conservation des Terres Agricoles (DG/ACTA)
- Direction des ressources en sol (DS)
- Direction de la conservation des eaux et des sols (CES)
- Institut de l’olivier (IO), Sfax
- Institut Pasteur de Tunis (IPT)
- Institut de recherche et de l’enseignement supérieur agricole (IRESA)
- Institut des régions arides de Médenine (IRA)
- Institut des sciences agronomiques de Chott Meriem (ISA)
- Laboratoire des bioprocédés environnementaux (LBPE)
- Institut des céréales, Chbika
- Institut national agronomique de Tunisie (INAT)
- Institut national de nutrition et de technologie alimentaire (INNTA)
- Institut national de la recherche agronomique de Tunisie (INRAT)
- Institut national de santé publique (INSP)
- Institut national des sciences et technologies de la mer (INSTM)
- Institut national de la statistique (INS)
- Institut national de recherche en génie rural eaux et forêts (INRGREF)
- Institut national des sciences appliquées et de technologie (INSAT)

Établissements d’enseignement supérieur et établissements scolaires tunisiens

- Université de la Manouba / Université de Carthage / Université de Tunis el Manar / Université de Sfax / Université de Sousse
- Ecole d’ingénieurs supérieure de communication (Sup’Com)
- Ecole nationale d’ingénieurs de Tunis (ENIT)
- Faculté des sciences de Tunis (FST), Laboratoire microorganismes et biomolécules actives, Laboratoire des ressources minérales et environnement (LRME)
- FSHS/Géographie/laboratoire de Géomorphologie, CGMED (Cartographie géomorphologique des Milieux, des Environnements et des Dynamiques)
- Laboratoire de télédétection et systèmes d’information à référence spatiale (LTSIRS) de l’Ecole nationale d’ingénieurs de Tunis (ENIT)
- Lycée Pierre-Mendès-France, Mutuelleville


publié le 23 février 2012

Liens utiles

Facebook Twitter Google+ Storify Youtube Dailymotion Flickr RSS