Nicolas Sarkozy dénonce la profanation de tombes musulmanes

Nicolas Sarkozy dénonce la profanation de tombes musulmanes

Le mardi 26 janvier 2010, le président Nicolas Sarkozy s’est rendu au carré musulman du cimetière militaire national de Notre-Dame de Lorette, dans le Pas-de-Calais, profané à plusieurs reprises depuis 2007. Accompagné de M. Brice Hortefeux, ministre de l’Intérieur, de l’Outre-mer et des Collectivités territoriales, de M. Hervé Morin, ministre de la Défense et de M. Éric Besson, ministre de l’Immigration, de l’Intégration, de l’Identité nationale et du Développement solidaire, le président de la République a salué la mémoire de tous les soldats morts pour la France, toutes origines et toutes croyances confondues.

JPEG

Le chef de l’État français a exalté « le courage » des soldats d’Afrique qui
« ont consenti le sacrifice ultime » pour la France. Il a également dénoncé le « geste innommable » des « profanateurs lâches et imbéciles » qui ont à plusieurs reprises profané le carré musulman du cimetière, où sont enterrés 550 soldats musulmans au milieu de quelque 40.000 soldats tombés lors de la bataille de Notre-Dame de Lorette, d’octobre 1914 à 1915.

JPEG

En même temps que son soutien à la communauté musulmane, Nicolas Sarkozy a tenu à réaffirmer mardi son ferme attachement à la laïcité, qu’il a définie comme un « principe de tolérance (...) d’ouverture et d’apaisement » et non comme « la négation ou le rejet du fait religieux ». « La laïcité (...) c’est la reconnaissance par l’État de l’égale dignité des religions, dès lors qu’elles se conforment à nos lois, dès lors qu’elles se conforment à nos principes, dès lors qu’elles se conforment à nos valeurs », a insisté le chef de l’État, citant parmi ces valeurs « la dignité irréductible de la personne et l’égalité absolue entre les hommes et les femmes ».

JPEG - 8.9 ko
Visionnez l’allocution du président de la République

Le président de la République a défendu la liberté de culte et assuré que la France ne pouvait « laisser stigmatiser les citoyens français musulmans ». « Je ne laisserai personne entraîner notre pays sur la voie de ces régressions », a-t-il poursuivi. «  La liberté de conscience et la liberté de culte sont des libertés fondamentales garanties par notre Constitution, tout comme la laïcité qui est la condition à la fois de leur libre exercice et de l’autonomie de l’État ».

PDF - 19.5 ko
Et retrouvez le texte

Les carrés musulmans, des lieux de mémoire

Les carrés musulmans qui se trouvent dans les cimetières militaires français de l’Hexagone et à l’étranger, dont celui de Notre-Dame-de-Lorette, près d’Arras, où Nicolas Sarkozy a prononcé un discours le 26 janvier 2010, rappellent le sang versé pour la France par les soldats issus de l’empire colonial.

De 1914 à 1918, 38.200 soldats maghrébins (Algériens, Marocains et Tunisiens) et 34.400 venus en très grande majorité d’Afrique noire ont été tués sous l’uniforme français, selon l’historien Jean-Jacques Becker, spécialiste de la Première Guerre mondiale.

58.000 Tunisiens ont participé aux combats de la 1ère Guerre mondiale, sous le drapeau de la France. 45.000 se sont encore engagés dans la lutte contre le nazisme, pendant la seconde guerre mondiale.

JPEG

Le service des anciens combattants en Tunisie entretient la mémoire des défunts tout en apportant une assistance administrative, sociale et médicale aux survivants.

Dernière modification : 17/11/2015

Haut de page