Partenariat de Deauville : premier bilan

Réunion des membres du partenariat de Deauville à Koweït

Six mois après le sommet de Deauville, organisé sous la présidence française du G8, un premier bilan de la mise en œuvre du Partenariat de Deauville a été tiré à Koweït, le 23 novembre 2011 : enveloppe financière, réunions de suivi, plateformes de coordination.

Intervention de Monsieur Alain Juppé
Ministre des Affaires étrangères et européennes
Koweït - 21 novembre 2011

JPEG - 18.1 ko

« Six mois après le sommet de Deauville, (...) notre partenariat offre désormais un cadre de discussion et d’action structuré et efficace pour soutenir les pays arabes qui se sont engagés dans un processus de réformes politiques et économiques. (...)

Le Maroc, la Tunisie et la Jordanie ont d’ores et déjà organisé des réunions de suivi. (...)

À Marseille, le 10 septembre dernier, un effort d’accompagnement de 70 à 80 milliards de dollars a été annoncé pour la période 2011-2013. (...)

Les plateformes de coordination des organisations internationales sont maintenant en place. Sous l’égide de l’Organisation de développement et de coopération économiques et de la Banque africaine de développement, elles seront essentielles pour accélérer la mise en place des financements multilatéraux aux bénéfices des pays en transition. (...) »

Cliquez pour accéder au texte intégral


L’envoyé spécial du G8 pour le partenariat de Deauville à Tunis

M. Béji Caïd Essebssi, Premier ministre du gouvernement tunisien de transition, a reçu le 18 octobre 2011 M. Édouard Balladur, envoyé spécial du G8 pour la mise en œuvre du Partenariat de Deauville.

Dans une déclaration à l’agence Tunis Afrique presse, l’ancien Premier ministre français a indiqué qu’il avait également rencontré le ministre des Finances, le ministre des Affaires étrangères et le gouverneur de la Banque centrale de Tunisie (BCT) pour étudier la meilleure manière de venir en aide à la Tunisie.

Il a jugé "important pour les peuples vivant une transition démocratique d’avoir le sentiment d’être aidé et soutenus, en vue de résoudre les difficultés qui sont les leurs".


Réunion des ministres des Affaires étrangères du Partenariat de Deauville

Alain Juppé a présidé le 20 septembre 2011, à New York, une réunion des ministres des Affaires étrangères des pays membres du Partenariat de Deauville et des institutions financières internationales impliquées.

Le ministre tunisien des Affaires étrangères Mouldi Kéfi participait à cette réunion organisée en marge de l’Assemblée générale de l’ONU.

PDF - 533.6 ko
Allocution de M. Alain Juppé en français
PDF - 507.7 ko
Allocution de M. Alain Juppé en arabe

Thèmes abordés dans le discours de M. Alain Juppé :
- renforcement de l’État de droit,
- soutien à la société civile,
- amélioration de l’éducation et de la formation professionnelle,
- développement économique,
- intégration régionale et mondiale,
- mise en œuvre du partenariat et suivi.


Réunion des ministres des Finances du Partenariat de Deauville

Le 27 mai 2011, à Deauville, le G8 a lancé un partenariat de long terme avec l’Égypte et la Tunisie afin d’accompagner les changements historiques actuellement à l’œuvre dans plusieurs pays d’Afrique du Nord et au Moyen-Orient. Ce partenariat repose sur deux piliers : un processus politique destiné à soutenir la transition démocratique et un pilier économique pour appuyer les stratégies mises au point par les pays afin d’assurer une croissance durable et qui profite à tous.

Le 10 septembre 2011, les ministres des Finances réunis à Marseille ont lancé le pilier économique du Partenariat de Deauville et annoncé son élargissement à l’Arabie saoudite, aux Émirats arabes unis, au Koweït, au Qatar et la Turquie, pour soutenir les pays engagés dans un processus de transformation politique et économique, à savoir la Tunisie, l’Égypte, le Maroc et la Jordanie. Neuf institutions financières internationales et régionales participent désormais activement au Partenariat de Deauville.

PDF - 79.1 ko
Lire le communiqué de presse des ministres des Finances

Premier décaissement français de 166 millions de dinars

En application des conventions de financement signées à Deauville, à l’occasion du Sommet du G8, l’AFD a décaissé le 21 juillet 2011 une première tranche de 85 millions d’euros .

Ces fonds sont pour l’essentiel destinés à soutenir la mise en œuvre du programme "Amal", conduit par le ministère tunisien de la Formation professionnelle et de l’Emploi, qui offre aux jeunes diplômés au chômage des formations professionnalisantes assorties d’une bourse d’insertion, afin de faciliter leur entrée sur le marché du travail.


Deux conventions France/Tunisie signées à Deauville

À Deauville, pendant le déroulement du G8, le gouvernement de la République tunisienne et l’Agence française de développement (AFD) ont signé le 27 mai 2011 deux conventions de financement :

- 185 millions d’euros en prêt, destinés au programme d’appui à la relance (PAR) de l’économie tunisienne
- 15 millions d’euros en prêt pour la construction de l’École nationale d’ingénieurs de Bizerte (ENIB).

Ces deux conventions représentent la première tranche des 350 millions d’euros annoncés par le ministre des Affaires étrangères et européennes, M. Alain Juppé, lors de son déplacement à Tunis en avril dernier. Il s’agit d’un prêt à décaissement rapide qui va permettre d’appuyer les priorités définies par les autorités tunisiennes.


Axes d’intervention de l’Agence française de développement

Pour améliorer l’accès des jeunes diplômés à l’emploi, le concours de l’AFD portera sur le programme "Amal" ("espoir", en arabe) qui vise à faciliter la recherche d’emploi en permettant des formations professionnelles complémentaires.

Alors que la Tunisie connaît d’autre part une demande croissante d’ingénieurs en génie civil, industriel et mécanique, l’AFD financera également la construction de l’ENIB dont les diplômés sortants devraient trouver de nombreuses possibilités d’insertion professionnelle.

Parallèlement à l’accompagnement du volet emploi-formation, l’AFD appuiera le renforcement des capacités de l’économie tunisienne pour répondre aux difficultés structurelles du secteur financier et assurer le développement et la création des PME par la promotion de la micro-finance et du capital investissement.

Ces deux axes d’interventions de l’AFD devront favoriser l’activité économique, indispensable à la stabilisation du pays. L’AFD appuiera les nouvelles priorités de la Tunisie par son expertise technique et accompagnera la Tunisie dans sa transition.


Déclaration du G8 sur les printemps arabes

Sommet du G8 de Deauville
26 et 27 mai 2011

Les changements historiques actuellement à l’œuvre en Afrique du Nord et au Moyen-Orient peuvent ouvrir la voie à des transformations comparables à celles survenues en Europe centrale et orientale après la chute du mur de Berlin. (....)

Nous, membres du G8, soutenons vigoureusement les aspirations des "printemps arabes", ainsi que celles du peuple iranien. (...)

PDF - 1.9 Mo
Lire la déclaration du G8

Un envoyé spécial du G8 pour le soutien aux pays arabes

Après consultation de ses partenaires du G8, le président Nicolas Sarkozy a décidé de confier à M. Édouard Balladur, ancien Premier ministre, la mission d’envoyé spécial du G8 pour la mise en œuvre du "Partenariat de Deauville", consacré au soutien aux pays arabes dans leur transition vers des sociétés libres et démocratiques.


Word - 64 ko
Lire le communiqué officiel

version arabe

Dernière modification : 24/10/2016

Haut de page