Partenariat industriel, plus si affinités

Le 5 octobre 2013, dans la région de Nabeul, a été inauguré le bâtiment flambant neuf de "la Pratique électronique", symbole d’une colocalisation réussie entre la France et la Tunisie.

JPEG - 105.9 ko
Le cordon est coupé, on entre dans le bâtiment.

De la rencontre à la concrétisation du projet

Tout commence en 2000, avec le nouveau millénaire.

La société française SGAME, spécialiste des solutions micro-électroniques, compte 14 années d’existence, 14 salariés et 1M€ de chiffre d’affaires.
Le 1er client de SGAME augmente alors ses commandes et lui demande de trouver une solution pour rester "attractif". Comment produire plus à moindre coût ?

Pendant ce temps, Walid Benamor vient d’achever ses études d’ingénieur en France et cherche à développer une activité électronique à Nabeul, près de sa famille.

Au printemps 2000, le salon "Alliance" de la sous-traitance industrielle ouvre ses portes à Lyon. L’Agence tunisienne de promotion de l’industrie (API) est présente et donne une conférence sur le développement industriel avec la Tunisie. À la fin de cette conférence, Habib Gaïda, directeur général de la Chambre tuniso-française de commerce et d’industrie (CTFCI) propose à Jean-Claude Gas, le fondateur de SGAME, un dossier de coopération avec des entreprises tunisiennes.

JPEG - 82.1 ko
Un brin de solennité à l’entame des discours...

Fin 2000, Jean-Claude et Bernadette Gas se déplacent en Tunisie et rencontrent cinq partenaires potentiels, dont Walid Benamor. Il le choisissent en raison de sa compétence électronique et se lancent avec lui dans une nouvelle société : "La Pratique électronique".

En mars 2001, Jean-Claude Gas revient en Tunisie avec une ouvrière de SGAME et Walid Benamor démarre son activité avec deux ouvrières. Dix ans plus tard débute la construction d’un bâtiment neuf pour abriter "La Pratique électronique".

Entre mars 2001 et octobre 2013, le personnel de SGAME est passé de 14 à 24 personnes et le chiffre d’affaires a été multiplié par quatre.
Les effectifs de "La Pratique électronique" sont passés de 2 à 40 salariés, pour un chiffre d’affaires de 400.000 euros en 2012.

JPEG - 102 ko
...devant la foule des amis et des compagnons du projet.

Clé du succès : la colocalisation

Les deux acteurs industriels donnent volontiers la clé du succès de leur entreprise : la colocalisation, plutôt que la délocalisation. En effet, "La Pratique électronique" n’est pas un simple sous-traitant délocalisé, mais un partenaire, sur la base d’un actionnariat 50/50.

La direction est tunisienne. C’est bien Walid Benamor, et non un cadre français, qui dirige la société. Aucune personne de SGAME n’est présente sur place.

Le partenariat est fondé sur une exigence commune de qualité, le même état d’esprit donnant les mêmes résultats. Chacune des sociétés détient d’ailleurs la 1ère place sur son secteur : "La Pratique électronique" est la 1ère entreprise tunisienne certifiée QSE (ISO 9001, 14001 et 18001) dans le domaine de l’électronique tandis que SGAME est la 1ère entreprise labellisée ISO 26000 de la métallurgie rhodanienne et du SNESE.

Cela se traduit par une confiance réciproque. Ainsi, la construction du nouveau bâtiment, en partie financée par SGAME en dépit de la conjoncture tunisienne, est gérée totalement par Walid Benamor.

JPEG - 124.7 ko
Coup d’oeil sur l’atelier.

L’amitié en plus !

La conduite de ce projet industriel a permis aux deux familles de développer des liens d’amitié, en découvrant qu’elles partageaient les mêmes valeurs tout en appartenant à deux cultures différentes :

- sens de la famille,
- principe d’honnêteté,
- respect de l’autre, de sa culture, de sa façon de gérer l’argent, de ses problèmes personnels.

Sans le côté humain de l’aventure, renforcé à chaque événement familial, heureux ou malheureux, le projet industriel n’aurait peut-être pas été aussi solide.

JPEG - 85 ko
Partenaires et amis.

Dernière modification : 24/10/2016

Haut de page