Pour un nouveau modèle de partenariat économique entre l’Afrique et la France

La conférence de Bercy "Pour un nouveau modèle de partenariat économique entre l’Afrique et la France" s’est tenue le 4 décembre 2013, au ministère de l’Économie et des Finances, en complément du Sommet de l’Élysée pour la paix et la sécurité en Afrique (6 et 7 décembre 2013).

Six cents participants, chefs d’entreprises, membres de gouvernements africains, représentants d’organisations régionales et dirigeants d’institutions financières se sont penchés sur les partenariats économiques, industriels et financiers entre entreprises africaines et française. À leurs yeux, les coopérations qui tisseront la relation de demain seront caractérisées par leur diversité, leur caractère innovant, leur contribution sociale et humaine, ainsi que leur qualité environnementale.

La délégation tunisienne était conduite par Mme Wided Bouchamaoui et la Tunisie a été citée à bien des reprises au cours de cette journée de réflexion.

JPEG - 33.3 ko
Cliquez pour en savoir plus sur la conférence de Bercy

Lors de la conférence, un rapport co-signé par Hubert Védrine et intitulé "Un partenariat pour l’avenir : 15 propositions pour une nouvelle dynamique économique entre l’Afrique et la France", a été remis au ministre de l’Économie et des Finances, Pierre Moscovici.


Discours d’ouverture de Mme Nicole Bricq, ministre du Commerce extérieur

« (…) il faut renforcer notre présence dans les secteurs de l’innovation, des nouvelles technologies et dans tous ceux qui ont trait à la ville durable dont on assiste à l’émergence sur le continent africain. Ainsi, plus de 80% de la population africaine est aujourd’hui connectée à un réseau de téléphonie mobile.

Or, La France a les moyens de répondre à cette demande, notamment en s’appuyant sur ses entreprises déjà présentes sur le continent.
Et c’est dans ce sens qu’elle agit. Ainsi, l’Alliance numérique franco-tunisienne, signée le 5 juillet dernier lors de la visite en Tunisie du président de la République, a d’ores et déjà permis la création de 20 binômes franco-tunisiens dans les domaines de l’e-santé, des incubateurs numériques, des systèmes d’information géographiques ou encore de l’édition logicielle. (...) ».

JPEG


Allocution de Mme Wided Bouchamaoui, présidente de l’UTICA

Mme Wided Bouchamaoui, présidente de l’Union tunisienne de l’industrie, du commerce et de l’artisanat, a pris part aux travaux de la conférence économique, à la tête d’une importante délégation composée de chefs d’entreprises et de membres du bureau exécutif de l’UTICA. Elle a participé à une séance de travail sur les "Nouveaux marchés africains, nouveaux champs de partenariats" », dans un panel intitulé "De la demande locale au développement des capacités productives".

La présidente de l’UTICA a fait une intervention sur le thème "Nouveaux marchés africains, nouveaux champs de partenariat", mettant l’accent sur l’expérience tunisienne en matière de développement industriel et soulignant le rôle de la Tunisie en tant que relais entre la France et l’Afrique.
Mme Bouchamaoui a expliqué, dans ce cadre, que la Tunisie a pu développer au fil des années un tissu industriel diversifié et performant, ajoutant que ce tissu a été modernisé grâce à un vaste programme de mise à niveau mis en place ces dernières années, pour s’orienter de plus en plus vers les industries à forte valeur ajoutée, en particulier les TIC, tout en procédant au renforcement des filières traditionnelles de l’industrie tunisienne, à savoir le textile, l’agroalimentaire et les industries mécaniques et électriques.
Elle a souligné que ces secteurs présentent aujourd’hui un véritable potentiel d’investissement et de partenariat qui pourrait être exploité par les entreprises tunisiennes, françaises et africaines suivant le principe de gagnant-gagnant. La Tunisie constitue en effet une excellente plateforme pour développer des synergies mutuellement bénéfiques aux entreprises de France, de Tunisie et du sud du Sahara.

JPEG - 37.9 ko
Photo Jeune Afrique

Mme Bouchamaoui a indiqué par ailleurs que le concept de "co-localisation" pouvait servir d’exemple pour développer des synergies entre les entreprises françaises et africaines. « Le partenariat recherché ici en matière de co-investissement industriel se conçoit de manière à créer des activités supplémentaires aussi bien en Afrique, en Tunisie, qu’en France, suivant le principe gagnant-gagnant et ne pas se limiter à la recherche du moindre cout de production », a-t-elle indiqué.

La présidente de l’UTICA a affirmé, en outre, qu’il était temps de mettre en place une véritable alliance économique entre les entreprises africaines et françaises. Car aujourd’hui, « on ne parle plus de compétitivité de l’économie, ni de l’entreprise, mais de la compétitivité des alliances à même de se mesurer avec les puissances concurrentes qui sont en train de se positionner en Afrique » a-t-elle conclu.


Discours de clôture du président François Hollande

Le président de la République a évoqué « des exemples qui nous permettent d’être confiants ; des entreprises qui ont fait l’effort durable d’être en Afrique, en ont reçu les dividendes et ont été capables de nouer des relations de grande confiance avec les pays et avec les dirigeants (…) ».

François Hollande est venu « dire aux entreprises françaises d’accentuer, d’amplifier leurs investissements et de le faire dans le cadre de la réciprocité ». Il a cité les secteurs de l’énergie, des TIC, de la ville durable et des industries agroalimentaires, exemples à l’appui :
« J’ai de multiples exemples de ce dont est capable le continent africain dans une bonne coopération avec la France. (…) En Tunisie, il a été mis au point un produit vétérinaire  [1] qui sera absolument indispensable, à terme, à l’élevage avicole ».

PNG

Regardez la vidéo sur Dailymotion. Le passage sur la Tunisie intervient autour de la 11ème minute.


[1Note : Ceva Santé Animale est implanté en Tunisie depuis 2002 et a développé un partenariat technique et commercial depuis 2006 avec le groupe tunisien Poulina. Ce partenariat a permis la mise en place d’une technique permettant d’effectuer le diagnostic et le suivi de plusieurs maladies affectant les volailles.

Dernière modification : 06/06/2014

Haut de page