Réseau ferré rapide du Grand Tunis (RFR)

Les 24 et 25 avril 2014, le ministre des Affaires étrangères Laurent Fabius et le chef de la diplomatie allemande Franck-Walter Steinmeier ont fait une visite officielle conjointe en Tunisie pour illustrer le soutien de l’Union européenne au peuple tunisien.

Leur programme les a conduits sur le chantier du Réseau ferré rapide de Tunis (RFR) financé à 60% par des bailleurs de fonds européens. Le projet nécessite la réalisation d’un tunnel de 260 mètres qui constitue l’un des plus importants ouvrages ferroviaires en Tunisie. Le forage est en cours et devrait s’achever à la fin de l’année 2014.

JPEG


Objectifs du RFR

Le Réseau ferré rapide du Grand Tunis (RFR) va améliorer les conditions de vie des habitants de la périphérie urbaine en leur facilitant l’accès au centre ville. Il va faciliter l’existence des populations qui sont tributaires des transports en commun pour leurs déplacements, tout en réalisant des objectifs d’intérêt public :

- modernisation des réseaux de transport en commun,
- amélioration de la qualité des services,
- réduction des temps de parcours,
- décongestionnement de la circulation et amélioration de la sécurité routière,
- réduction des impacts négatifs du transport urbain (dégradation de l’environnement et dépendance énergétique).

Sur le plan de l’environnement, une répartition transports collectifs / transports individuels équilibrée participe de la réduction de la pollution urbaine, atmosphérique et sonore, notamment dans le centre ville. Le RFR fonctionnant à l’électricité (produite à partir des ressources en gaz naturel de la Tunisie) permet de contribuer à la réduction des émissions de gaz à effet de serre. L’étude d’impact estime à 50.000 tonnes par an les économies de CO2 par rapport à une situation future sans projet.

JPEG


Description du programme

Le programme consiste en la réalisation et la mise en exploitation des premières sections des lignes D et E du réseau, soit une longueur cumulée de 18 kilomètres au départ du centre de Tunis (gare de Barcelone) :

- Ligne D : Tunis - Manouba - Gobâa - Mnihla (19,2 km)
- Ligne E : Tunis - Ezzouhour - Zahrouni - Sijoumi (13,9 km)

Le RFR prévoit à terme 5 lignes sur 86 km et une capacité de 600.000 passagers par jour pour un investissement total de 2 milliards d’euros.

Le réseau du RFR offrira une vitesse commerciale de 35 à 40 km/h, contre 18 km/h pour le métro léger de Tunis et 15 km/h pour les bus.

JPEG


Nombre de passagers

Prévisions de trafic aux heures de pointe dès la mise en service :

- 17.000 voyageurs/heure/sens pour le tronçon le plus chargé de la ligne D,
- 13.500 voyageurs/heure/sens pour le tronçon le plus chargé de la ligne E,
- plus de 20.000 voyageurs/heure/sens sur le tronc commun de la ligne D et E.

Le trafic total des lignes D et E s’élèvera à 350.000 voyageurs par jour, dès la mise en service. L’infrastructure sera dimensionnée de façon à préserver les marges de manœuvre nécessaires à l’absorption de la croissance du trafic.

JPEG


Financement du RFR

Le coût du RFR est estimé à 550 millions d’euros financés à 40% par l’État tunisien (225 M€) et à 60% par un pool de trois bailleurs de fonds européens (325 M€) :

- l’Agence française de développement (AFD) choisie comme chef de file du projet (50 M€),
- la Kreditanstalt Für Wiederaufbau (KfW, 70 M€),
- la Banque européenne d’investissement (BEI, 177 M€).

Ce cofinancement a permis de mobiliser une subvention de l’Union européenne de 28 M€, dans le cadre de la Facilité d’investissement pour le voisinage (FIV).

Le Gouvernement français propose en outre un concours de 290 M€, mobilisable en cas de succès d’une entreprise française sur l’appel d’offres concernant le matériel roulant.

JPEG

L’État a délégué à la société RFR, créée en juillet 2007, la maîtrise d’ouvrage du programme d’investissements. L’exploitation du réseau sera ensuite confiée à la SNCFT qui assurera l’acquisition du matériel roulant.

Le lot système du RFR (rails, signalisation, équipements d’exploitation) sera réalisé par l’entreprise française Colas Rail, avec la filiale autrichienne du groupe allemand Siemens et l’entreprise tunisienne Somatra.

La liste des marchés octroyés dans le cadre du RFR peut être consultée sur le site de l’AFD.


Pour en savoir plus

- site du ministère tunisien du Transport (avec plan du réseau) :
en français
en arabe
- site de l’Agence française de développement (avec perspectives représentant les infrastructures) : AFD
- album photo du dernier coup de pelleteuse donné le 16 octobre 2014

JPEG

Dernière modification : 24/10/2016

Haut de page