Scander Abdelkader, rencontré au Forum Jeunesse 2013

Scander Abdelkader Soufi, tuteur des associations algériennes

Consultant en santé publique, Scander Abdelkader Soufi a déjà quelques années d’activité associative derrière lui…. Et devant : « En travaillant pour une agence de conseil et non directement pour le gouvernement algérien je garde une certaine autonomie, ce qui me permet de consacrer du temps à mes engagements associatifs » assure-t-il.

Deux activités dans son pays, donc, et deux casquettes à Monastir : l’une d’accompagnateur de la délégation algérienne, l’autre d’expert et animateur de l’atelier "Droits et santé des femmes".

JPEG

« La santé des femmes en général et les questions de santé liées à la sexualité sont des sujets chargés de tabous, vecteurs de stigmatisations pour les personnes fragiles » fait remarquer ce médecin de formation. « Les échanges entre participants confirment bien le fait que ces problèmes sont partagés dans une large partie du bassin méditerranéen ».
En Algérie, Scander préside une association de lutte contre le sida. « J’ai parlé aux jeunes de l’action de mon association auprès des personnes atteintes de la maladie, des publics très sensibles comme les prisonniers, les homosexuels ou encore les migrants, des personnes souvent peu suivies par les pouvoirs publics et qui doivent faire valoir leurs droits ».

Au sein du groupe de travail, Scander canalise les débats, les oriente pour qu’ils restent ancrés dans la réalité, insistant notamment sur la complémentarité des associations avec les autorités gouvernementales, mais aussi sur leur rôle moteur : « Concertation ou opposition, peu importe, il faut que chacun connaisse l’autre, que les milieux associatifs, administratifs et politiques ne soient pas imperméables. Cela permet de faire passer les idées et, à long terme, d’infléchir les politiques publiques ».
Il parle d’expérience, là aussi. Scander est membre du comité de pilotage du réseau Joussour (Passerelle), qui réunit 120 acteurs associatifs français et algériens, mais aussi des collectivités locales et d’autres structures institutionnelles.

De nouvelles passerelles pourraient-elles naitre des contacts pris au Forum jeunesse ? « C’est certain, ce qui ressort des échanges c’est précisément la nécessité de se mettre en réseau au niveau méditerranéen. On constate que les contextes d’action sont les même dans tous les pays de la région » assure-t-i, avec l’espoir que de nouveaux projets vont voir le jour. « La réussite du Forum nous inspire ».

JPEG - 39.6 ko
Cliquez pour en savoir plus sur le Forum

Dernière modification : 08/05/2014

Haut de page