La France en Tunisie Ambassade de France à Tunis
fontsizeup fontsizedown

 français  

Accueil » L’Ambassade » Les services

Service de coopération et d’action culturelle

La coopération française en Tunisie, pilotée par le Service de coopération et d’action culturelle (SCAC), se caractérise par son importance et sa diversité.

L’Institut français de Tunisie (IFT), placé sous l’autorité du SCAC, constitue le principal instrument de cette coopération et occupe une place centrale dans la relation bilatérale. Il poursuit cinq objectifs majeurs qui s’inscrivent dans la dynamique de la Révolution de janvier 2011.

L’Institut de recherche sur le Maghreb contemporain (IRMC), également placé sous l’autorité du SCAC, ainsi que l’antenne locale de l’Institut de recherches pour le développement (IRD) viennent compléter ce dispositif.


Coordonnées du SCAC

Adresse : 87, avenue de la Liberté - BP 180 - 1080 TUNIS
Standard : (00 216) 71 105 200
Télécopie : (00 216) 71 105 203


Le Conseiller de coopération et d’action culturelle et son équipe

- Patrick FLOT
Conseiller de coopération et d’action culturelle
Directeur de l’Institut français de Tunisie

- Valérie MAYOT
Conseillère de coopération et d’action culturelle adjointe, chargée de la coopération décentralisée, de la gouvernance et du développement solidaire

- Emmanuel CAPDEPONT
Conseiller de coopération et d’action culturelle adjoint, chargé du réseau scolaire français et de la coopération éducative et linguistique

- Ivan BERTOUX
Attaché culturel

- Marie-José VEGA
Secrétaire générale


Cliquez et découvrez le bilan 2011

Cinq objectifs pour l’Institut français de Tunisie

1. Développer les liens entre sociétés civiles tunisienne et française

L’Institut français de Tunisie appuie l’émergence du tissu associatif tunisien et favorise ses relations avec les associations et ONG françaises. À la suite des évènements de janvier 2011, la France a accordé une aide sociale d’urgence, mise en place par l’Institut français de Tunisie, à des associations de soutien aux personnes les plus vulnérables, tout particulièrement des régions du Centre et du Sud de la Tunisie.

Le 21 mai 2011, l’Institut français de Tunisie a contribué à l’organisation, par quatre associations tunisiennes (Sawty, Amal, Enda Interarabe et le collectif Randet), du premier "Forum tuniso-français de la société civile". Cette coopération a abouti à plusieurs partenariats entre associations tunisiennes et françaises et au lancement de projets concrets : des bus citoyens parcourant le pays, des formations à la vie associative, tout particulièrement dans le domaine de l’environnement, un soutien aux femmes en détresse, un programme de microcrédits à destination des Tunisiens revenus de Libye à cause de la situation dans ce pays.

En partenariat avec ces associations, l’Agence française du service civique et le groupe associatif français SOS, l’Institut français de Tunisie met en place un programme d’échange de jeunes volontaires français et tunisiens. Ces actions bénéficient d’un soutien financier accru du ministère français des Affaires étrangères et européennes, à travers la création d’un Fonds social de développement (FSD) consacré au soutien, au développement et à la structuration du milieu associatif tunisien, à l’affermissement de l’État de droit et à l’insertion économique et sociale des jeunes et des populations défavorisées.

2. Appuyer le processus démocratique et l’affermissement de l’État de droit

Aujourd’hui, la formation des fonctionnaires et les échanges d’expertise dans le domaine administratif soutenus par l’Institut français de Tunisie s’ouvrent à de nouvelles problématiques : les droits des citoyens et des usagers, la décentralisation ou encore la transparence de l’administration. Dans cette perspective, l’Institut français de Tunisie développe une étroite coopération avec plusieurs écoles de formation de la fonction publique, notamment les Écoles nationales d’administration (ENA) française et tunisienne.

L’Institut promeut également la formation des acteurs du débat démocratique à travers un programme de formations des journalistes des télévisions et radios publiques tunisiennes, porté par Canal France International (CFI), France 24 et RFI. L’Institut français de Tunisie contribue enfin au débat d’idées, en développant des partenariats avec de grandes institutions tunisiennes ou des associations citoyennes afin d’être au plus près de la société civile sur l’ensemble du territoire tunisien.

3. Développer les échanges culturels entre la France et la Tunisie

L’Institut contribue à la diffusion de la création française en Tunisie. Il a ainsi programmé à Tunis, mais également dans l’ensemble du pays, divers artistes ou spectacles français. Au cours de l’année 2011, il axe ses efforts sur l’appui à la structuration du secteur culturel tunisien et aux échanges artistiques entre la Tunisie et la France.

Il appuie ainsi les transferts d’expertise entre le ministère tunisien de la culture et son homologue français dans les domaines du cinéma, du livre ou de la valorisation du patrimoine. Il renforce son soutien au secteur de l’édition tunisienne, à travers le doublement du programme d’aide à la publication Salah Garmadi (PAP). Il participe à la formation de techniciens du spectacle, d’archivistes, de photo-reporters, de restaurateurs du patrimoine ou encore de scénaristes.

L’Institut français de Tunisie contribue également à l’organisation de grandes manifestations, en partenariat avec des opérateurs culturels publics et privés, à destination des publics jeunes et/ou des gouvernorats de l’intérieur du pays.

Aux côtés du ministère français de la Culture et de la Communication, de l’Institut français (Paris) et de partenaires tunisiens publics et privés, l’IFT contribue à l’exceptionnelle programmation culturelle tunisienne en France en 2011 dans les domaines du livre, du cinéma, des arts plastiques et du théâtre.

Pour donner à cette coopération une vitrine reflétant à la fois la qualité et l’étendue des relations entre les deux pays, l’ambassade de France a lancé le projet de restauration du "Petit Lycée Carnot" qui abritera, d’ici deux ans, un centre culturel français moderne et accueillant.

4. Promouvoir la langue française

Le Centre de langue de l’Institut français de Tunisie reçoit chaque année, dans ses dix sites répartis sur le territoire tunisien, plus de 13.000 apprenants de français. Il propose des formations à destination des jeunes, des adultes et des professionnels ainsi que les certifications.

De son côté, le réseau des établissements scolaires de l’Agence pour l’enseignement français à l’étranger (AEFE), piloté par l’Institut français de Tunisie, forme chaque année plus de 7 000 élèves. Une dizaine d’assistants techniques sont également placés au sein des départements de français dans plusieurs universités tunisiennes.

Enfin, l’Institut français de Tunisie contribue à la vitalité de l’environnement francophone à travers le soutien aux échanges audiovisuels ou l’organisation de rencontres francophones, notamment à l’occasion de la semaine de la francophonie.

5. Contribuer à la formation, à l’emploi et au développement économique et social de la Tunisie

Depuis quelques années, l’Institut français de Tunisie développe une coopération technique avec les acteurs tunisiens de la santé publique, de la santé animale, de l’archéologie et du patrimoine. Il apporte son soutien aux échanges universitaires entre les deux pays, à travers un important programme de bourses d’études (qui bénéficie actuellement à 212 étudiants tunisiens). Il favorise aussi le développement des doubles diplomations et les partenariats (Ecole d’ingénieurs de Bizerte). La France est le premier pays d’accueil des étudiants tunisiens à l’international : près de 3 200 Tunisiens ont ainsi obtenu un visa d’étude en 2011, afin de poursuivre leur formation en France.

La France est également le premier partenaire de la Tunisie dans le domaine de la recherche. La coopération scientifique développe d’importants programmes d’échanges scientifiques entre laboratoires universitaires français et tunisiens (formation à la recherche et par la recherche : 377 bourses de stage octroyées en 2011). Un soutien aux grands programmes conjoints de Recherche & Développement est apporté en accompagnant activement les partenariats établis entre organismes français et tunisiens de recherche sur des thématiques à enjeux partagés : TIC, énergies renouvelables, biotechnologies…

L’Institut français de Tunisie appuie aussi la politique tunisienne de développement des partenariats technologiques avec les entreprises, la création de technopôles et de pépinières d’entreprises, ainsi que l’impulsion de réseaux d’innovation étendus à l’échelle européenne.

La politique française de développement solidaire, dont l’Institut français assure en Tunisie la coordination, contribue par ailleurs à développer la formation professionnelle dans des domaines porteurs d’emplois comme les métiers du textile ou du marbre.


Cliquez et découvrez les projets 2012

Activités de l’Institut français de Tunisie

Action culturelle

Parce qu’elle est le reflet le plus visible de la vie des sociétés, la culture a toujours fait l’objet à l’Institut français d’une attention particulière. Qu’il s’agisse de permettre au public tunisien de découvrir dans son pays toute l’actualité culturelle française, ou de mettre en valeur en France la créativité tunisienne, l’Institut français de Tunisie développe des programmes d’échange et de soutien pour les professionnels de la culture dans tous les domaines :

- arts plastiques & visuels
- spectacle vivant
- audiovisuel
- livre
- cinéma

Coopération scolaire et linguistique

La coopération en matière éducative et linguistique intervient tant au niveau de l’enseignement secondaire que supérieur. Son objectif est de développer l’enseignement de la langue française ainsi que la professionnalisation de l’encadrement du ministère de l’Éducation tunisien. Cette action a également pour but d’aider à l’émergence de filières professionnalisantes. En complément de ces actions, l’Institut français de Tunisie s’attache à favoriser l’environnement francophone.

Coopération universitaire et enseignement supérieur

La coopération universitaire vise à promouvoir un enseignement supérieur de qualité permettant l’insertion des jeunes diplômés dans le monde du travail et à soutenir l’émergence d’une société du savoir au service du développement économique et social de la Tunisie.

Coopération scientifique et recherche

Les dispositifs mis en place par notre coopération scientifique en Tunisie visent à structurer les partenariats entre équipes de recherche françaises et tunisiennes, dans les champs d’investigation porteurs partagés et sur des thématiques ciblées, en vue de faire émerger – aux échelles nationales et régionales - des réseaux scientifiques d’excellence. Cette coopération développe également un important programme de promotion de la culture scientifique française en Tunisie.

Aide à l’innovation et transfert de technologie

Notre coopération dans le domaine de la recherche industrielle accompagne les grands programmes nationaux dédiés à l’innovation en favorisant le développement des partenariats technologiques avec les entreprises, et la création de technopôles et de pépinières d’entreprises, et en soutenant un déploiement renforcé des TIC et une extension des réseaux nationaux d’innovation étendus à l’échelle euro-méditerranéenne.

Coopération technique

La coopération technique française a pour objectif d’apporter un appui à des projets structurants entre établissements et organismes des deux pays, principalement en matière de formation et de perfectionnement, dans les secteurs de la santé et de l’archéologie / patrimoine. Ses orientations sont formalisées par des conventions et des accords conclus entre les administrations concernées (Ministères de la Santé publique, de la Culture, etc). La coopération associative, grande priorité de notre action en Tunisie, entre également dans le champ de compétence de ce secteur.

Coopération associative

Dans la continuité du Forum tuniso-français de la société civile organisé à Tunis en mai 2011, la coopération associative se développe avec le concours de quatre associations pilotes (Collectif Randet, Amal, Sawty et Enda Interarabe), principalement dans quatre domaines prioritaires : environnement, femme et santé des femmes, citoyenneté et microcrédit.

Des moyens financiers sont prévus pour accompagner les projets retenus. Un nouveau centre de ressources (Bureau d’assistance et de conseil - BAC), créé à Tunis avec le soutien de l’Agence française du service civique, est mis à la disposition des associations tunisiennes pour les aider à élaborer et structurer leurs projets, et pour leur permettre de constituer leurs réseaux associatifs.

Un programme d’accueil en Tunisie de 15 jeunes volontaires français et d’envoi en France de 15 volontaires tunisiens est lancé fin octobre 2011 avec le concours de l’Agence française du Service Civique, de l’association Développement sans Frontières –DSF- (Groupe SOS) et de l’association tunisienne AMAL.

Un nouveau Fonds social de développement » (FSD) d’appui à la société civile a été mis en place par la France afin de permettre le financement de nouveaux projets associatifs.

Coopération administrative

Chaque année, le programme de coopération administrative offre des bourses à des fonctionnaires tunisiens afin qu’ils puissent compléter leur formation dans des institutions françaises de haut niveau telles que l’École nationale d’administration (ENA), l’Institut national d’études territoriales (INET), l’École nationale des impôts (ENI), etc.

Développement solidaire

Le développement solidaire est un programme de coopération bilatérale initié par la signature entre la France et la Tunisie le 28 avril 2008 d’un accord-cadre relatif à la gestion concertée des migrations et au développement solidaire.

Il finance 19 projets de soutien à la formation professionnelle et à l’emploi en Tunisie.

Coopération décentralisée

La coopération décentralisée permet aux collectivités territoriales françaises de développer des coopérations directement avec des partenaires tunisiens. Elle peut concerner tant l’aide d’urgence que le développement économique, touristique, social ou culturel.


publié le 6 novembre 2013

Liens utiles

Facebook Twitter Google+ Storify Youtube Dailymotion Flickr RSS