Six bonnes raisons d’étudier en France

Qualité et diversité, co-diplômations, coût raisonnable des inscriptions, du logement, des repas et de la couverture sociale, possibilités de financement, proximité géographique, culture et art de vivre...
Pourquoi pas la France ?


Les bonnes raisons, de un à six

Quelles sont les bonnes raisons d’envisager une partie de ses études supérieures en France ?

1) L’enseignement proposé y est l’un des tout premiers au monde, par sa qualité et sa diversité : thèses, masters et licences dans toutes les spécialités, diplômes d’ingénieurs, parcours professionnels.

2) Il existe de nombreuses passerelles (équivalences de parcours universitaires, L2 et L3 vers école d’ingénieurs, licence professionnelle vers master de recherche, licence ou DUT ou BTS vers école d’ingénieur…), qui permettent de d’orienter vers un parcours plus long, à caractère professionnel, ou vers une école d’ingénieur.

JPEG - 127.3 ko
Pour trouver sa formation, cliquer !

3) Un grand nombre d’accords de partenariat entre formations tunisiennes et françaises permettent, avec une double inscription en Tunisie et en France, l’obtention simultanée de deux diplômes académiques : licence ISET’Com et L3 Université de Limoges, nombreux masters entre facultés de sciences et de droit ou entre instituts d’économie et de gestion, nombreux parcours d’ingénieurs (ENIT-ENSTA, Sup’Com-Mines ParisTech, ENIB-ENSAM ParisTech… ).

JPEG - 110.2 ko
La co-diplômation, star du 2ème salon Campus France Tunisie

4) Les frais annuels d’inscription sont modestes (394€ en Licence, 465€ en master, 599€ en thèse) et ils incluent l’un des meilleurs systèmes de protection sociale. Des chambres ainsi que des studios sont proposés aux étudiants par le CROUS, pour un montant mensuel débutant à 115€, une fois l’allocation logement déduite. Le coût d’un repas en restaurant universitaire s’élève à 3,15 €.

JPEG - 94.3 ko
Pour se renseigner squr les procédures d’inscription, cliquer !

5) Différents mécanismes de soutien financier peuvent intervenir durant le cursus en France : bourses de mobilité du gouvernement français, du gouvernement tunisien, ou bourses européennes (voir aussi le programme Erasmus et l’Agence universitaire de la Francophonie), projets ou contrats de recherche liant formations françaises et tunisiennes, stages de fin d’études rémunérés en laboratoire ou dans l’industrie, contrats de travail.

JPEG - 124.7 ko
Pour chercher une solution de financement, cliquer !

6) La proximité géographique (une heure et demie d’avion) permet des retours plus fréquents en Tunisie. L’avantage de la langue et la présence en France d’une forte communauté tunisienne facilitent une mobilité temporaire en cours d’études.


Points d’information et de contact

Les dispositifs CampusFrance de Tunis, Sousse et Sfax sont à la disposition du public. L’Institut français de Tunisie (IFT) fournit pour sa part des informations relatives à la coopération universitaire, la recherche, l’apprentissage du français et aux possibilités de certification.

Tous les ans à l’automne, un salon de l’enseignement supérieur et des double-diplômes tuniso-français est co-organisé avec le ministère tunisien de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique pour présenter les formations disponibles, expliquer les formalités administratives à accomplir et proposer une aide à l’orientation.

JPEG

Dernière modification : 30/06/2014

Haut de page