Versement de 100 M€ pour soutenir l’économie tunisienne

JPEG - 23 ko
JPEG - 11.4 ko

Comme l’avait annoncé le ministre d’État, ministre des Affaires étrangères, Alain Juppé, lors de sa visite des 5 et 6 janvier 2012, la France vient de verser 100 M€ à la République de Tunisie, à travers l’Agence française de développement.

Ce financement s’inscrit dans le cadre du Partenariat de Deauville, lancé sous la présidence française du G8. Il apporte près de 200 M DTN d’argent frais au Trésor public tunisien, à quelques jours de la révision de la Loi de finances 2012. Il conforte aussi les réserves de devises détenues par la Banque centrale de Tunisie, à hauteur de 100 M€.

Ce soutien financier est complété par une coopération technique active dans plusieurs domaines clé de la transition en cours en Tunisie. C’est ainsi que l’AFD, aux côtés de plusieurs autres bailleurs de fonds (principalement l’Union européenne, la Banque mondiale et la BAD) appuie d’importantes réformes pour moderniser les outils du ministère de l’Emploi et pour faire évoluer le cadre réglementaire de la microfinance et du capital investissement. Ces facteurs jouent en effet un rôle considérable dans la formation des jeunes créateurs d’entreprise et des petits entrepreneurs qui ont l’ambition de développer leurs affaires. Toutes ces actions ont pour finalité d’améliorer l’emploi.

Le soutien de la France à la transition tunisienne s’élève à 425M€ pour les années 2011 à 2013 qui seront cruciales pour la relance économique du pays. En 2011, l’AFD a signé au profit de l’État tunisien des conventions de financement pour un montant total dépassant 200M€. Elle signera à nouveau près de 100M€ en 2012, pour de nouveaux projets soutenant le rééquilibrage régional et social du pays (distribution en eau potable, quartiers populaires…). Elle propose également d’adapter les projets en cours aux nouvelles priorités du pays.

Enfin, l’AFD a proposé d’accélérer la mise en œuvre des projets en cours, ce qui permettrait d’apporter des fonds supplémentaires à la Tunisie, dans des secteurs aussi importants que la formation professionnelle jusqu’au niveau ingénieur, le financement des entreprises et la microfinance, les grandes infrastructures et l’amélioration de la qualité de la vie des Tunisiens.

Dernière modification : 24/10/2016

Haut de page