Visite au port de Radès

Lors de son déplacement en Tunisie, le secrétaire d’État chargé des Transports Alain Vidalies a visité le port de Radès, puis l’Institut méditerranéen de formation aux métiers maritimes (IMFMM). Voir l’album photo.

Le port de Radès

98% des échanges commerciaux de la Tunisie avec d’autres pays se font par voie maritime. La chaine portuaire s’étend sur 1300 km et elle est composée de 8 ports.

Entré en exploitation en 1987, le port de Radès constitue la principale plateforme d’exportation et d’importation dans le pays. Représentant 28% du trafic de marchandises, il est spécialisé dans le transit des conteneurs et des unités roulantes. En 2013, près de 6 millions de tonnes de marchandises sont passées par Radès.

La réalisation d’un programme d’aménagement comportant la consolidation d’une zone d’activité logistique de 50 hectares ainsi que des extensions de quais devrait lui donner un nouvel essor.

JPEG - 149 ko
Visite guidée du port de Radès
@Aziz Zaiani - Ministère du Transport.

Étude sur la sécurisation des ports

La garantie d’un environnement respectueux des normes internationales de sécurisation des approches maritimes et de sûreté des ports et des espaces commerciaux et touristiques adjacents constitue un enjeu de grande importance.

Un don français (FASEP) de 185.000 € a financé des études d’avant-projet conduites par le bureau d’ingénierie Geos. Les conclusions de ce travail commencé en octobre 2014 ont été remises aux autorités tunisiennes pendant la visite de M. Alain Vidalies.

Cette première phase du projet porte sur l’identification des besoins de sept ports (La Goulette, Radès, Bizerte, Sousse, Sfax, Gabès et Zarzis) relevant de l’Office de la marine marchande et des ports (OMMP). L’identification conduira ensuite au lancement des appels d’offres.

Un prêt concessionnel français de 12 M€ est disponible sur la Réserve pays émergents (RPE) pour financer l’acquisition et l’installation d’équipements dans les trois ports jugés prioritaires par l’étude de Geos (Radès, La Goulette et Bizerte).

JPEG - 125.8 ko
Démonstration du fonctionnement du scanner de la douane
@Aziz Zaiani - Ministère du Transport.

Institut méditerranéen de formation aux métiers maritimes

L’Institut méditerranéen de formation aux métiers maritimes (IMFMM) se trouve dans le périmètre du port de Radès. Il offre une formation initiale et continue dans le secteur portuaire et logistique, ainsi que dans les domaines de la plaisance et de la pêche, avec trois grands objectifs :

- accompagner les grands projets de développement,
- faciliter la mise en conformité des acteurs et des partenaires du secteur maritime et portuaire,
- contribuer au développement de l’emploi maritime, au niveau national et international.

Depuis sa création en 2010, l’Institut enregistre un taux d’insertion professionnelle de 80% et offre une palette de formations variées (6 formations métiers spécialisées en formation initiale). Près de 400 stagiaires ont été qualifiés et 900 salariés formés.

JPEG - 126.1 ko
Les élèves de l’IMFMM accueillent le secrétaire d’État français aux transports

La France a financé l’Institut à hauteur de 2,2 M€, à travers :

- un don FASEPde 150.000 € pour l’étude de faisabilité réalisée par le cabinet Ithaque, qui a permis de définir le contenu pédagogique de l’IMFMM ;

- un don de 2M€ dans le cadre de l’accord cadre relatif à la gestion concertée des flux migratoires et au développement solidaire conclu en avril 2008, pour l’achat du matériel pédagogique (1,9M€) et la formation de l’équipe par l’AFPA – premier organisme français de formation professionnelle qualifiante pour adultes (85.000 €).

En 2014, l’IMFMM a mandaté le cabinet Ficom conseil pour la réalisation d’une étude portant sur la création d’un nouveau centre de formation maritime, afin d’accroître la capacité d’accueil et de mieux intégrer les nouvelles normes internationales.

JPEG - 120.7 ko
Alain Vidalies avec la directrice de l’IMFMM, Mme Hajer Farza

Dernière modification : 24/10/2016

Haut de page