Visite en Tunisie de M. Alain Juppé

M. Alain Juppé, ministre d’État, ministre des Affaires étrangères et européennes, a été, les 5 et 6 janvier 2012, le premier représentant d’un gouvernement étranger à effectuer une visite en Tunisie depuis l’entrée en fonction du nouveau gouvernement.

Le jour de son arrivée, M. Alain Juppé a été reçu par le président de la République, M. Moncef Marzouki, le Premier ministre, M. Hamadi Jebali, le président de l’Assemblée nationale constituante, M. Mustapha Ben Jaafar et le ministre des Affaires étrangères Rafik Abdessalem. Au début de cette année déterminante pour les transitions démocratiques dans le monde arabe, il a réaffirmé sa confiance dans le processus démocratique lancé en Tunisie et assuré ses hôtes de la solidarité de la France, sur le plan économique comme sur la scène internationale.

JPEG - 77 ko
Visite de M. Alain Juppé en Tunisie, le 6 janvier 2012.

M. Juppé a rencontré aussi la communauté française qu’il a incitée à l’optimisme quant aux évolutions politiques et économiques locales.

Le programme du lendemain comprenait la visite d’une entreprise, un déplacement dans les locaux de l’association Amal pour y rencontrer des acteurs de la société civile et une conférence de presse, à l’issue d’une promenade à Sidi Bou Saïd, site emblématique du tourisme tunisien.


Des rencontres politiques de haut niveau

Au palais de Carthage, Alain Juppé s’est entretenu avec M. Moncef Marzouki, président de la République et figure historique de l’opposition à l’ancien régime. Il s’est réjoui des objectifs partagés par nos deux pays :

« La France souhaite développer avec la Tunisie un nouveau partenariat d’égal à égal, dans le respect des choix des uns et des autres, avec une dimension politique. Nos deux pays ont beaucoup de choses à faire ensemble, dans la région plus particulièrement, où l’exemple tunisien peut servir de référence. »

À la Kasbah, M. Juppé a été reçu par le Premier ministre, M. Hamadi Jebali. À l’issue de cet entretien, il a a réaffirmé avec force les liens d’amitié qui unissent nos deux nations :

« Nous soutenons pleinement le processus démocratique qui se déroule ici en Tunisie, parce qu’il est fondé sur des valeurs qui nous sont communes. (...) C’est donc avec un grand sentiment de confiance que je vois se dérouler ce processus démocratique qui conduira bientôt à l’adoption d’une nouvelle Constitution.
Pour que ce processus réussisse pleinement, il faut aussi que les difficultés économiques et sociales auxquelles la Tunisie est confrontée puissent être surmontées. Et j’ai assuré le chef du gouvernement du plein soutien de la France. »

Lire la suite.

JPEG - 15.5 ko
M. Alain Juppé au sortir d’un entretien avec M. Hamadi Jebali (photo Leaders.com.tn)

Au ministère des Affaires étrangères, où il était reçu par son homologue M. Rafiq Abdessalem, M. Juppé a confirmé les engagements financiers pris au sommet de Deauville : 380 millions d’euros d’aide au développement sur la période 2011 – 2012, dont une partie a déjà été décaissée.

Enfin, le ministre d’État a rencontré M. Mustapha Ben Jaafar, président de l’Assemblée constituante, auquel il a affirmé la confiance de la France dans le processus de transition démocratique, la mise en place d’un État de droit et le retour à la stabilité sociale qui sont des éléments clef de la reprise économique.

A l’issue de cette journée, M. Juppé s’est adressé à la communauté française à la résidence de France, en soulignat son rôle primordial dans la relation bilatérale.

JPEG - 79.5 ko
Alain Juppé face à de jeunes français effectuant leur service civique dans le milieu associatif.

Visites de terrain : acteurs économiques et société civile

M. Juppé a visité, le vendredi matin, la filiale du groupe français Cahors spécialisée dans la plasturgie-électricité. Cette PME est un exemple de « partenariat gagnant-gagnant entre la Tunisie et la France ». Les 1200 entreprises françaises implantées en Tunisie contribuent significativement à l’emploi (autour de 110.000 postes de travail).

Puis le ministre d’État s’est rendu dans le centre d’accueil de l’association "Amal" qui apporte un soutien aux mères célibataires et à leurs enfants. Née dans la clandestinité pour lutter contre les tabous et l’exclusion, l’association existe depuis plus de 10 ans.

Visite du musée de Carthage, promenade dans les rues ensoleillées de Sidi Bou Said : la fin de matinée a été l’occasion pour M. Juppé de souligner la richesse du patrimoine culturel et de l’histoire de la Tunisie en souhaitant le succès de sa prochaine saison touristique. Au cours d’une halte à la galerie de peinture "Ammar Farhat", le ministre d’État a rappelé la vivacité de l’art contemporain sur le sol tunisien.


Rencontre avec les médias

Avant son retour en France, M. Juppé est revenu sur le déroulement de sa visite et a répondu aux questions de la presse dans la maison du baron d’Erlanger :

JPEG - 70.1 ko
Alain Juppé répond aux questions de la presse tunisienne.

« J’ai été à tous les niveaux reçu avec énormément de sympathie et surtout de volonté de coopération. Partout, on m’a dit : la France est aujourd’hui l’un des premiers, peut-être le premier partenaire économique de la Tunisie et nous avons l’intention de continuer dans cette voie. C’est aussi notre intention à nous, Français. (...)

Je repars dans quelques instants vers la France avec confiance dans l’avenir de la Tunisie. Je ne sous-estime pas les défis considérables que la Tunisie, ses autorités, son peuple vont avoir à relever dans les mois qui viennent. Principalement les défis économiques et sociaux, bien sûr. Mais je pense qu’il y a suffisamment d’énergie, dans cette société, pour relever ces défis. »

Cliquez pour accéder au texte complet.

Dernière modification : 26/03/2013

Haut de page