Visite en Tunisie de M. Jean-Marie Bockel

Jean-Marie Bockel, secrétaire d’Etat à la Défense et aux Anciens combattants, s’est rendu en Tunisie, du 25 au 28 février 2009. Au cours de son déplacement placé sous le triple signe des anciens combattants, de la mémoire partagée et des enjeux de la défense, Jean-Marie Bockel a rappelé l’étroitesse des relations entre les deux pays et la confiance qui caractérise ce lien.


Déroulement de la visite

Après avoir visité le service des anciens combattants à Tunis qui travaille au bénéfice d’environ 8 500 personnes relevant du monde combattant en Tunisie, le secrétaire d’Etat s’est rendu au cimetière militaire français de Gammarth, près de Carthage, qui abrite près de 4200 sépultures. Il y a présidé une cérémonie d’hommage, entouré d’une vingtaine d’anciens combattants tunisiens. Au cours des deux conflits mondiaux du XXème siècle, plusieurs dizaines de milliers de soldats tunisiens se sont en effet engagés au côté de la France.

JPEG

À l’issue de cette cérémonie, M. Jean-Marie Bockel a retrouvé les vétérans, les lycéens des établissements français de Tunisie et les représentants de la communauté française à la résidence de France, où il a prononcé un discours.

Au cours de son séjour, secrétaire d’État s’est déplacé à Béja où il a visité un centre militaire de formation professionnelle en partie financé par la France en 2004, au titre de la coopération militaire et de défense. Environ 150 stagiaires, civils et militaires, sont formés chaque année dans ce centre.

Il a par ailleurs effectué un déplacement dans le sud-est de la Tunisie, jusqu’à la ligne de Mareth. Le site de Mareth est connu pour sa ligne défensive, baptisée "Ligne Maginot du désert", construite par les Français entre 1936 et 1940 pour faire face à l’éventualité d’une attaque de la Tunisie par les forces de l’Axe en provenance de Libye. Mais ces ouvrages défensifs ont été utilisés par les forces de l’Axe, italiennes et allemandes, face à l’avancée de la 8ème Armée britannique, en mars 1943. La ligne s’étend sur 45 km et relie le golfe de Gabès aux montagnes de Matmata.

Exemple de mémoire partagée, le musée de Mareth, situé à proximité du site, rassemble un grand nombre de documents sur les événements qui se sont déroulés en 1942 et 1943.

JPEG

En matière de mémoire partagée, la Tunisie et la France ont signé, en mai 2006, un arrangement relatif à leur participation côte à côte aux deux conflits mondiaux du XXème siècle. Cette action commune revêt plusieurs aspects dont l’organisation de réunions de travail, la valorisation des cérémonies patriotiques, le soutien à l’édition de livres d’histoire et le soutien aux initiatives pédagogiques des lycées français sur le sol tunisien.

Peu avant son départ, M. Jean-Marie Bockel s’est entretenu avec le ministre tunisien de la Défense nationale, M. Kamel Morjane. Au cours d’une séance de travail, les deux ministres ont évoqué divers aspects de la relation bilatérale entre les deux pays.

Les différents volets de ce déplacement ont été abordés au cours d’une conférence de presse donnée par le Secrétaire d’État à l’issue de son séjour en Tunisie.

Ce voyage a fourni une occasion de renforcer l’étroite relation existant entre la France et la Tunisie qui se retrouvent, par ailleurs, régulièrement au sein de l’Union pour la Méditerranée (UPM), ainsi que dans le cadre des rencontres du "5+5 défense".


L’album photo de la visite

Cliquez ICI pour feuilleter l’album photo.


Conférence de presse de M. Jean-Marie Bockel


Entretien avec l’hebdomadaire tunisien "Réalités"

PDF - 350.8 ko

Dernière modification : 27/09/2012

Haut de page