Yamina Benguigui à Tunis

Yamina Benguigui s’est rendue en visite officielle en Tunisie du 18 au 20 novembre 2012, à l’invitation de Touhami Abdouli, secrétaire d’État aux Affaires européennes, qu’elle avait reçu à Paris, le 5 octobre 2012.

JPEG


Contexte

La France soutient le processus de transition démocratique en cours en Tunisie, pionnière des révolutions arabes.

Ce soutien se manifeste à travers une aide bilatérale accrue par le biais de l’Agence française de Développement ainsi que par un rétablissement des contacts politiques dans le dialogue et la confiance, avec toutes les parties prenantes au processus de transition en Tunisie.

JPEG - 81 ko
Photo Virginie Claviere

Programme

Le programme de Mme Benguigui a comporté une série d’entretiens politiques. Elle a remis un message du Premier ministre français Jean-Marc Ayrault à son homologue tunisien Hamadi Jebali.
La ministre a également été reçue par le président de la République, M. Moncef Marzouki, le président de l’Assemblée nationale constituante, M. Mustapha Ben Jaafar, et la ministre des Affaires de la femme, Mme Sihem Badi.
Elle a partagé un déjeuner avec le ministre du Tourisme, M. Elyes Fakhfakh.

JPEG

En marge des Journées cinématographiques de Carthage (JCC), un événement culturel majeur de la scène euro-afro-arabe, Mme Benguigui a présenté le nouveau Fonds français de soutien aux cinémas du monde, cofinancé par le Centre national de la cinématographie et de l’image animée (CNC) et le ministère des Affaires étrangères.

Afin de marquer l’intérêt qu’elle porte à la condition des femmes dans l’espace francophone, la ministre a rendu visite à l’association "Appui aux initiatives de développement", soutenue par l’Institut français de Tunisie. Dans la cité Ettadhamen, un quartier de la périphérie tunisoise, l’AID a mis en place un centre de formation pour favoriser l’accès à l’emploi de femmes issues de milieux défavorisés.

JPEG


Déclarations

Déclaration de Mme Yamina Benguigui à l’issue de son entretien avec le chef du gouvernement tunisien, M. Hamadi Jebali
(19 novembre 2012 - Kasbah de Tunis)

Je viens d’avoir un entretien très chaleureux avec le Premier ministre. Je lui ai remis une lettre du Premier ministre Jean-Marc Ayrault et je lui ai fait part de l’importance pour la France d’être au côté de la Tunisie dans son processus de transition démocratique. Nous avons parlé aussi longuement de ce que j’appelle l’espace francophone et de la place de la Tunisie et de la France à l’intérieur de cet espace.

En tant que ministre de la Francophonie et représentante personnelle du Président de la République au sein de l’OIF, j’ai fait part au Premier ministre de mon regard sur la Francophonie. J’ai dit que la langue française s’est débarrassée des oripeaux du colonialisme et que nous étions aujourd’hui, avec le président François Hollande, dans une logique de langue égalitaire, de langue solidaire et de langue économique. La Francophonie, c’est avant tout un espace dans lequel chacun peut se positionner. Un Tunisien qui aura une bonne maîtrise du français, ici à Tunis, pourra, demain peut-être, commercer ou travailler ou s’installer au Cameroun, en RDC, au Burundi ou au Québec.

Nous avons proposé un plan de relance avec 100.000 formateurs de formateurs, pour que le français soit le socle de notre espace. C’est une nouvelle idée et c’est une façon de circuler différemment, encore une fois en s’éloignant du spectre qu’était le colonialisme, de ce que représentait pour certains pays maghrébins la langue française. Aujourd’hui, cette langue française n’appartient pas à la France. La langue française appartient à la Tunisie aussi bien qu’à l’Afrique ou à d’autres continents et pays. C’est une langue qui doit renforcer à la fois notre amitié et nos projets. Merci beaucoup.

*****

Déclaration de Mme Yamina Benguigui à l’issue de son entretien avec le président de la République, M. Moncef Marzouki
(19 novembre 2012 - Palais de Carthage)

Je voudrais juste vous dire que je suis très honorée d’avoir été reçue en audience par le président de la République. Je suis honorée aussi car je suis la première membre du gouvernement sous la présidence de François Hollande à faire ce voyage en Tunisie qui me tient énormément à cœur. J’ai fait part au Président Marzouki de la volonté de la France d’être aux côtés des Tunisiens et du gouvernement tunisien, en tant que partenaire et amie.

Puisque je suis ministre de la Francophonie, je suis aussi venue lui dire l’importance de l’espace francophone. Je lui ai dit que la langue française s’était définitivement débarrassée des oripeaux du colonialisme. Nous sommes passés d’une vision où la France toisait la francophonie à une pratique par laquelle nous nous estimons membres de cet espace, au même titre que la Tunisie ou le Bénin, le Gabon, le Québec... Le français est une langue que l’on se partage, c’est une langue égalitaire et une langue solidaire. Je suis venue porter tous ces messages. Je crois qu’aujourd’hui nous avons ensemble à construire dans cet espace francophone une langue économique. C’est à hauteur d’homme que notre partenariat s’est construit depuis de nombreuses années mais il est important de le redire et de parler de ce socle de la langue.

Je lui ai fait part aussi de toute mon admiration pour la Tunisie, ce grand peuple qui a su faire de sa révolution quelque chose d’incroyable. Aujourd’hui, nous sommes dans des turbulences démocratiques logiques, normales, comme dans n’importe quelle révolution. Mais ce peuple a su se mettre en marche, a su tordre le cou de la dictature. On a peut-être tendance à l’oublier aujourd’hui mais le monde arabe - et le monde entier - lui doit beaucoup. Il doit beaucoup aussi aux femmes tunisiennes auxquelles je rends hommage car elles ont été, pour ma mère qui a soixante-dix-sept ans et pour moi-même, un très grand modèle d’émancipation, en ayant toujours au cœur leur identité, leur culture, leur religion. Elles sont des femmes modernes avant tout et je suis ravie de poursuivre ma tournée ici en Tunisie et d’aller à leur rencontre. Je vous remercie.

*****

Allocution de Mme Yamina Benguigui devant le monde de la culture
(19 novembre - Résidence de France de La Marsa)

PDF - 17.5 ko
Cliquez sur la photo pour lire le discours

Dernière modification : 26/03/2013

Haut de page